Seconde Guerre Mondiale

Rejoins les forces Alliées ou les forces de l'Axes et combat l'adversité dans une vaste guerre pour la domination du monde!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Entre Dog Green et Dog White

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Entre Dog Green et Dog White   Jeu 27 Nov - 15:04

Soldats, Marins et Aviateurs des Forces Expéditionnaires alliées !

Vous êtes sur le point de vous embarquer pour la grande croisade vers laquelle ont tendu tous nos efforts pendant de longs mois. Les yeux du monde sont fixés sur vous. Les espoirs, les prières de tous les peuples épris de liberté vous accompagnent. Avec nos valeureux Alliés et nos frères d'armes des autres fronts, vous détruirez la machine de guerre allemande, vous anéantirez le joug de la tyrannie que les nazis exercent sur les peuples d'Europe et vous apporterez la sécurité dans un monde libre...

Voilà le message qui avait circulé à la veille du "Jour-J", chacun l'avait lu avec attention, presque religieusement...Andy rangea le précieux document sous son "liner". Des centaines de milliers de soldats alliés s'étaient embarqués pour l'une des plus grandes aventures qui soient, un moment historique...Bouter et botter les Allemands des pays d'Europe occupée !

Son regard balayait la mer encombrée de bateaux même le ciel était assombri d'avions de tout type, aux ailes peintes de bandes blanc et noir, sans doute pour éviter que l'on ne les confonde avec ceux d'en face. Sur le L.S.I (Landing Ship Infantry) où il avait pris place, l'espace était un luxe, les troupes d'assaut essayant de ne pas gêner les marins en rangeant leurs équipements bien encombrants.

Il avait embarqué en début de soirée, le 5 juin, cela n'en finissait pas.
Le port engorgé de véhicules, d'hommes, d'équipements, de fournitures et tout cela partaient dans les entrailles métalliques des géants des mers, seule leur lente et majestueuse allure trahissait leur chargement humain et matériel logés dans leurs vastes soutes.

Quand l'heure du départ fut venue, chacun, à part les marins, vaqua à ses occupations favorites. Certains dormaient, jouaient aux cartes, aux dés, vérifiaient leur équipement, d'autres n'en finissaient pas d'écrire de longues lettres ou leur testament...Andy n'avait plus que son frère, Richard.

D'ailleurs un caporal interrogeait tous les hommes à sa portée pour savoir s'ils avaient fait leur testament, dans le cas contraire, il leur fournissait un document pré-rempli puis le collectait au retour de sa "tournée" quand il atteignit l'autre bout du navire. Pour passer le temps, Andy contrôla son équipement, ce qui lui prit au moins une bonne heure pour vérifier que tout était en ordre et que l'essentiel était à portée de main. De même que s'il tombait à l'eau, il savait déjà de quoi, il se séparerait avant de ne plus savoir remonter.

La nuit fut courte car, à part ceux qui avait pris des pilules contre le mal de mer, presque personne ne dormait. Andy ne fit que somnoler. Le mouvement du bateau, le grondement lointain venant du ciel, rendirent son sommeil fragile. Pour tromper l'ennui, il partit chercher un peu de café en cuisine mais ce fut davantage une course d'obstacles pour enjamber les centaines de gars qui essayaient de dormir.

Quand il put arriver aux cuisines, on lui servit une grande tasse de café brûlant et bien sucré agrémenté de sandwiches au jambon. Le café fut vite évacué moins d'une heure plus tard !

*
Vers 2h du matin, tout le monde était silencieusement mais fermement réveillé, les péniches d'assaut se remplissaient au fur et à mesure, allégeant les navires de transport avec déjà son lot de morts...Des soldats trop nerveux ou mal réveillés manquèrent leur prise au filet posé le long de la coque, on ne pouvait rien faire pour eux, ils plongeaient pour ne plus remonter. Nous étions silencieux car on nous avait dit que sur l'eau, les sons portaient plus loin que sur terre et il aurait été mal venu qu'un bâtiment ennemi ne vienne semer la panique à ce moment crucial quoiqu'avec cette formidable armada sur l'eau et dans le ciel, il n'aurait pas longtemps survécu*

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Simon Plante
1er soldat
1er soldat
avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 24/08/2008

Feuille de personnage
pays: Canada
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Jeu 27 Nov - 22:51

Wolt regarda la personne à coté d'elle elle semblait bien calme, Wolt ne savait pas fait d'amis en faite tous ces amis casiments était mort sur les plages de normandies, la fraîcheur de la mer étonna Wolt qui lui était plutôt habituer au soleil de plomb des plages Américains. Finalement Wolt s'addréssa à Andy.

-Salut, je m'appelle Wolt, et toi

Wolt était très embarasser de lui parler soudainement même ci cela faisait des jours qu'il ce voyait sans s'adresser la parole, au louin ont ne voyait même pas encor les cotes seulement des centaines de navire. Les soldats autour de lui semblait sur le nerf mais Wolt savait calmer son stress.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Dick Winters
capitaine
capitaine
avatar

Messages : 1121
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: Administrateur
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Ven 28 Nov - 0:04

MJ:

HRP:

double Incohérence flagrante mon cher wolt puisque vous êtes à Juno Beach au moment précis où Andy Reiben est à omaha... et que lui va faire le débarquement et que vous dites que vous l'avez déjà fait et avez perdu beaucoup d'amis... Votre poste ne devrait point intervenir ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwii.forum-actif.net
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Ven 28 Nov - 21:20

Ces premières heures furent des plus pénibles qu'Andy ait pu vivre, elles annonçaient le début des "réjouïssances" mais tous savaient que leur futur retour aux USA passait par la case "Berlin" et aucun mal de mer, aussi pénible soit-il ne les feraient renoncer.

A son tour, il prit place dans la péniche d'assaut lentement, voulant assurer sa descente. Arrivé sur le sol déjà glissant de la petite embarcation, Andy prit position, d'autres hommes arrivaient pour s'installer devant, sur ses flancs et derrière...Lui se trouvait dans le premier tiers avant de la péniche, son pourvoyeur le suivait de près, il s'appelait Chuck Merrison, originaire du Maine et se connaissaient depuis leur admission dans les Rangers.

Grâce à sa constitution robuste, Chuck s'était vu désigné "pourvoyeur", cela avait bien marché à l'entraînement entre eux jusqu'à être bien synchronisés, formant ainsi un tandem efficace en soutien pour les équipes d'assaut. Ils avaient même poussés leur collaboration à inter-changer leurs postes et échanger leurs savoir-faire pour une meilleure efficacité et cela porta ses fruits...Désormais, ils allaient mettre cela en pratique et ajouter quelques "huns" à leur tableaux de chasse.

Andy disposait de son BAR, d'un ceinturon de 13 chargeurs et d'une trousse de nettoyage et réparation, sans oublier les vivres et tout le reste...Chuck, lui, en plus des munitions supplémentaires (1 ceinturon de toile de 13 chargeurs) pour son coéquipier, transportait son M1 Garand, 32 clips de munitions et comme Andy, tout l'équipement necessaire que l'Armée leur avait "généreusement" prêté.


L'aube commençait à poindre à l'horizon, la houle et le vent firent leur apparition ajoutant un inconfort supplémentaire faisant voler des paquets d'eau salée sur les soldats, qui ne pouvaient rien faire qu'attendre...vomir ce qu'ils avaient réussi à ingurgiter quelques heures plus tôt et à se protéger comme il le pouvaient mais se protéger avec la housse anti-gaz dont ils étaient tous pourvus, ne fit que renforcer leur mal de mer, essayer de respirer là-dessous était impossible.

*D'épais écrans de fumée nous barraient la vue, si on ne pouvait apercevoir les côtes de France, ceux d'en face, ne nous voyait pas non plus, du moins, je l'espérais...Car si leurs radars n'avaient pas été détruits, ils devaient se rendre compte de la gigantesque armada qui allait leur rentrer dedans en ces premières heures du 06 juin 1944.

Jusqu'à présent, aucun obus Allemand n'est tombé, pas de navire ou d'avion ennemi mais pour combien de temps encore ? Je jetais un oeil sur le navire qui nous avait amené jusque là, sur sa coque était indiqué le "H.M.S Prince Charles". Je regardais ma montre, presque 6h00 du matin, l'agitation maritime maintenant très nette, je me sentais comme au milieu d'un nid de guêpes énervées prêtes à fondre sur leur proie.

Ensuite, je dus me protéger les tympans...La flotte entière se mit aboyer les flammes de l'enfer déversant des milliers de projectiles sur le rivage, parsemant la plage et ses abords en espaces de pure destruction. N'étant pas marin, je savais à peu près distinguer les destroyers des autres unités, tous faisaient rugir leurs tourelles et lance-fusées de tous calibres afin de faire place nette pour les troupes d'assaut. J'en étais bouche bée, rien ne resterait debout après ces tirs de barrage, du moins, c'est ce que pensait nombre d'entre nous
*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Douglas Dillard
soldat
soldat


Messages : 39
Date d'inscription : 26/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Sam 29 Nov - 18:16

Habillé chaudement, avec le double du nécéssaire comme packtage, nous étions tous fatigué surtout avec ces pillules qu'on nous avaient donné.
Je déscendis dans cette péniche qui était déjà trempé, avec toutes ces vagues qui s'abattait sur nous on avait maintenant froid et nous étions plus lours encore.
Hier on m'avait piqué mes vêtements, on m'en avait donnée des nouveaux, oui mais un uniforme anglais... en souvenir de mon "stage commando" en plus de sa on m'avait donnée un fusil Lee Enfield, sapée comme un rosbeef fallait le faire ! En plus de sa, pas de casque, juste un bonnet...
J'avais cousu vite fais l'insigne des rangers sur mon épaule gauche, j'avais mon ami Andy a côté de moi, lui était un "BAR-man" comme je les appelles.
En éspérant que la péniche arrive vite sur la côte, l'atteindre déjà serait formidable, et avec tous ces canons qui tire je me demande si je ne deviendrait pas sourd...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Sam 29 Nov - 19:39

De grosses unités navales, telles que le "Texas", le "Glasgow" sur la droite, le "Georges Leygues", le "Montcalm" et l'"Arkarsas" sur le flanc gauche vidaient successivement leurs salves d'acier vers leurs objectifs. Leurs unités d'escorte composées de destroyers envoyaient des centaines d'obus vers les points d'appuis et fortifications camouflées. Grâce aux centaines de photos de reconnaissance, la Marine avait pu cartographier les emplacements ennemis avec une relative précision et faisaient s'abattre une pluie de feu et d'acier sur ces positions connues de l'Etat-Major.

Maintenant les différents groupes d'assaut navals avançaient, protégeant les unités plus petites et les milliers de péniches de débarquement. Les convois montaient à l'assaut sous le feu rassurant des cuirassés, destroyers, croiseurs.

La première vague d'assaut s'élançait vers les plages...Là-bas...Les explosions en chaîne avaient sûrement du assourdir et choquer les défenseurs car aucune riposte ne provenait de la terre. Des débuts d'incendie commençaient à troubler sérieusement la visibilité, les obus ravageaient la plage et ses innombrables obstacles plantés au prix de la sueur et des callosités Teutonnes.

Andy perdit presque de vue les premières péniches, on dirait presque qu'ils semblaient toucher terre sans heurts mais cette fois-ci, le rivage s'illumina de centaines...de milliers d'éclairs aveuglants envoyant leurs charges mortelles jusqu'à la péniche où il se trouvait. Le bruit des armes automatiques était couvert par celui sporadique, des canons de tout calibre, depuis les calibres moyens jusqu'aux batteries côtières...D'ailleurs des gerbes d'eau plus ou moins hautes encadraient les navires, jusqu'à ce que des bruits d'explosions et de ferraille concassée lui firent comprendre que ceux d'en face n'allaient pas se laisser faire !


*Pour l'instant, il n'y a que le gros calibre qui peut nous toucher mais à moins d'un coup du sort*, Andy se sentait en veine, *d'ailleurs maman me l'a toujours dit, j'étais né chevelu !* A ce moment, il entendit un morceau de shrapnel heurter violemment la coque de la péniche, rebondir sur un angle et s'enfoncer dans l'épaule de l'homme qui le précédait, lui arrachant un cri de douleur. Ses compagnons réagirent et réussirent à extraire le métal aussi délicatement que possible, le blessé avait été maintenu calme grâce aux ampoules de morphine qu'on lui avait sur injecté.

*Celui-ci a gagné une blessure à un million de dollars...Pas encore sur la plage et déjà de retour à bord !*

Au loin, la première vague mourait en quelques minutes sous le feu ravageur, par centaine, fauchés par les balles, les explosions, les mines, la noyade aussi...
Ils cherchaient un refuge précaire derrière les obstacles jusqu'à un maigre talus formé de pierres, haut à peine d'une trentaine de centimètres qui pouvait abriter un homme se tenant juste à sa base.

Les blessés, les morts s'amoncelaient, au milieu de leur matériel abandonné, endommagé et désormais livré à la marée. Un bord de mer dont l'eau, se mêlait à un mélange de sang et de sable sous le feu et le fracas des armes.

L'assaut continuait, les navires s'approchaient au plus près, risquant d'être touchés à leur tour par les grosses pièces Allemandes mais l'équipage conscient de son devoir, frôlait le risque de s'échouer sur un banc de sable pour offrir leur puissance de feu au plus près du rivage, attirant ainsi sur eux le feu ennemi au lieu des plus fragiles embarcations.

La première heure avait commencé par la vacarme assourdissant et régulier de la flotte qui répliquait aux batteries ennemies. La surface des eaux vertes de la Manche zébrées par l'écume blanche des hélices, voyait parcourir à sa surface, les bâtiments bleus-gris transportant de jeunes hommes en kaki vers un rivage blond, inconnu.

Andy sentit le moteur de la péniche gronder sous ses pieds, il regarda sa montre...*7h00 ! On est partis !* Le vent charriait l'eau de mer par dessus l'embarcation, au fur et à mesure de leur avancée, les vagues se faisaient de plus en plus agressives, comble de tout, ils durent se mettre à écoper avec leurs casques.

*Vivement qu'on touche terre, je préfère encore me battre que de patauger dans la flotte, j'ai signé pour les Rangers ! Pas la Marine !*


Dernière édition par Andy Reiben le Ven 5 Déc - 4:46, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Earl Campbell
caporal
caporal
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 29/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Sam 29 Nov - 20:56

Une longue nuit passée longuement et difficilement pour la majorité des hommes présents dans ces bateaux.
Même Campbell avait quelques difficultés,il savait qu'ils allaient en baver le moment venu.Mais ce ne serait surement pas comme dans les jungles de Guadalcanal...

Le matin,tout le monde embarqua dans les LCVP,avec plus ou moins de difficultés.
Earl du combattre avec le filet et le poids de son Lance-flammes,qu'il réussit a passer a ceux dans la LCVP pour alléger sa descente.

Certaines LCVP étaient devant,c'était la première vague,qui allait surement en baver.
Beaucoup vomissaient,Earl n'était pas serain mais n'avait aucun problème sur ce point vu le temps passé dans le Pacifique.

L'armada se mit a cracher tout ce qu'elle avait dans ses entrailles,les obus,missiles et fusées allèrent s'écraser sur les côtes normandes face aux LCVP.
Ca avait l'air calme par la-bas,le calme avant la tempête surement...

Earl savait qu'il n'était pas le seul a avoir l'encombrement du Lance-flammes,mais il avait surement beaucoup plus l'habitude.Ce ne serait pas une partie de plaisir pour autant.Campbell pensait qu'il y avait un Lance-flammes pour deux LCVP,mais il n'avait aucune certitude.

Tout a coup,la côte prit le relai pour ce qui était de l'envoi d'engins de la mort.
Certains LCVP furent touchées,et la majorité reçurent des litres d'eau qui passèrent par-dessus les rebords.

La première vague débarquait,et ils en bavaient les pauvres,ils se firent simplement massacrer.
La plage se rapprochait,et la mort aiguisait sa faux,prête a frapper sur de nombreuses personnes,avant de se préparer pour la prochaine fournée...

Le plus gradé de chaque péniche faisait son spitch pour renseigner les hommes a l'intérieur,Earl l'avait déja entendu,et le connaissait.
Il ne devait pas être le seul ancien Marine présent dans la Compagnie ou le Bataillon,mais il était le seul dans cette péniche,le seul vétéran,ormis quelques uns de Sicile peut-être.

Du moins la plage s'approchait,et le poids de son lourd équipement allait ne devoir plus jouer au moment fatidique....


Dernière édition par Earl Campbell le Dim 30 Nov - 9:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douglas Dillard
soldat
soldat


Messages : 39
Date d'inscription : 26/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Dim 30 Nov - 5:09

On entendait par la radio de l'officier commandant de la barge, les radio sur la plage entrain de s'affoler, certain crié pour se faire entendre. On s'avait alors, que la 1e vague c'était fait massacré. Nous, nous étions la deuxième. "Alors, on y va quand même ?"
Dis un soldat. Personne ne dit rien, certain était trop téténisé par la peur, le froid, la fatigue.
Je n'avais jamais vu un têlle chao, même en afrique, mais la, il fesait jour, et on y voyait clair.
La, la barge se mit a avancé. Au début sa allez, mais après les obus commencèrent a pleuvoir. On se mit couché, mais avant cela des homems de ma compagnie se prirent des éclats d'obus, d'autres c'étaient fais tirais dessus.
Nous n'avions qu'un objéctif : Prendre la plage, et survivre. C'est tout.

Avant de partir un homme vint avec un lance flamme. C'était du suicide... J'avais crus ma dernière heure arrivé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Dim 30 Nov - 15:50

Le bateau-refuge n'était plus qu'un lointain souvenir...A mi-course, une des péniches sauta sur la droite, projetant hommes et matériels à la mer. Une fine pluie rougeâtre aspergea les hommes de la barge où se trouvait Andy, pour certains, cela fut de trop et ils se mirent à vomir une fois de plus, le peu que leur estomac contenait encore, heureusement que l'eau de mer se déversait un peu à cause de la houle mais personne n'aurait souhaité patauger dans ce drôle de "mélange".

Les balles cognaient contre le blindage de la plaque avant, fouettaient l'eau...Malheur à celui qui osait jeter un oeil trop curieux, la mort régnaît en maîtresse absolue, prête à faucher n'importe qui, n'importe quand, n'importe où...On criait à l'aide de chaque côté de l'embarcation mais on ne pouvait pas s'arrêter ! Cette fois-ci, le pilote poussa le moteur au maximum de sa vitesse, rien n'empêchaît plus l'eau de mer de tremper les hommes, seule leur activité d'écopage les maintenait dynamiques, s'ils s'arrêtaient, le froid les tétaniserait.

Les obus de mortier encadrèrent l'embarcation, les balles de tout calibre cherchaient à percer les chairs tendres et vulnérables, les tirs frontaux ne posaient pas trop de problèmes mais ceux provenant des côtés firent plusieurs morts et blessés, une balle toucha le casque d'Andy et une autre ricocha sur sa ceinture de chargeurs, s'il ne l'avait pas mise, il serait mort.

Le choc le fit tomber à la renverse et lui coupa le souffle, Andy fut étonné d'être encore vivant, ses camarades le relevèrent et il reprit sa place.

- Aaaahh...De colère, il épaula son BAR, visant l'un des multiples éclairs venant de la plage mais se résolut à suspendre son tir, il était encore trop loin pour être à portée mais d'ici le prochain quart d'heure...

*Quand on traverse l'enfer, il vaut mieux ne pas s'arrêter, je ne sais pas qui a dit ça mais c'est très sensé !* De longues minutes passèrent, Andy sentit que le pilote avait obliqué sa course,*sans doute, c'était dû au courant ?*. En réalité, l'objectif avait changé, ce n'était plus la "Pointe du Hoc" mais bien vers les plages que la péniche se dirigeait.

De longues minutes passèrent, rajoutant encore son lot de soldats touchés, désormais, sa barge comptait trois morts et deux blessés, *quand est-ce que cela finira, cette traversée est interminable !*
Le pilote annonça : 1 minute, prêt à débarquer !, Andy serra son fusil-mitrailleur, fit coulisser la culasse et engagea une première cartouche...30 secondes...*A nous deux Adolf !*

Andy ne reconnaissait pas l'endroit où il était sensé débarquer mais il fit de son mieux pour repérer un abri viable, il repéra un talus herbeux, n'offrant qu'une trentaine de centimètres de haut où une mince couche de galets en tapissait la base. Il avait remarqué que s'il l'atteignait, il aurait peut être une petite chance de s'en sortir...

La plaque avant s'abattit, les premiers rangs s'efondrèrent sous le feu ennemi, Andy sauta sur le côté et il se retrouva quasiment avec un peu plus d'un mètre d'eau au-dessus de lui. Tant bien que mal, il surnagea au milieu des balles qui fouettaient l'eau, son bar était mouillé, il se maudit de ne pas avoir su le tenir au sec mais d'un autre côté, il aurait fait une cible plus tentante.

Andy chercha un abri parmi les obstacles émergés, reprenant sa course entre deux rafales. Il ne s'abrita que derrière les croisillons d'acier car il avait remarqué que les poteaux de bois comportait une mine à leur extrêmité, Andy ne regardait que vers l'avant, il suffisait d'une micro-seconde pour faire la différence entre être vivant ou devenir mort. D'autres gars essayaient d'avancer mais les MG les clouaient au sol, il choisit néanmoins de progresser. Quelque chose le retint, d'un coup, un tir de barrage s'abattit sur la portion de plage qu'il voulait atteindre, quand la poussière de sable retomba un peu, il s'élança...Cinq mètres plus loin, une explosion le souleva telle une main invisible lui faisant parcourir en quelques secondes, une distance salvatrice à condition de ne pas s'empaler sur les obstacles encore présents.

L'atterrissage fut périlleux, il allait retomber sur son flanc gauche et par pur reflexe, fit un tourné-boulé qui lui évita de se fêler les côtes. Une rafale se dirigea vers lui, entamant son avant-bras gauche et sa chair mais laissant l'os intact. La fulgurance de la douleur le poussa à réagir et à se mettre à l'abri. Andy reprit ses esprits en se tassant contre le talus, il mit plusieurs minutes à nettoyer sa plaie avec de l'eau et des sulfamides puis il posa un pansement avec sa main droite, serra le tout modéremment et souffla un peu. S'il avait eu à sa disposition, un flacon d'alcool, il en aurait bien pris un peu ou de la morphine lui ferait du bien mais il voulait conserver ses idées claires et ne pas se faire bêtement cueillir par les "Krauts".

Si la douleur ne le faisait pas tomber dans les pommes, elle le maintiendrait suffisamment alerte pour se tirer de ce merdier...Il avait réussi, là où d'autres avait échoué mais cela ne faisait que commencer !


Dernière édition par Andy Reiben le Lun 1 Déc - 14:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Earl Campbell
caporal
caporal
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 29/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Dim 30 Nov - 16:16

La plage devenait proche quand le cap changea.Les hommes se préparaient,et certains ne supportaient pas l'odeur qui provenait a leur narines.Celle des cadavres consumés dans un LCVP bloqué sur un banc de sable,et qui avait été touché par un obus.

Le pilote signalait qu'il ne restait qu'une minute avant que la rampe ne s'ouvre.
Tout a coup,entre les bruits des balles ricochants et ceux des obus claquant dans l'eau,un se démarqua.Celui d'une des péniche sur la droite de celle de Campbell,qui venait de se faire toucher de plein fouet par un obus.

La rampe allait maintenant s'abaisser.
Mais soudain,l'ambarcation se mit a trembler.Le LCVP a gauche avait été projeté légerement vers le leur,et il poussait vers la droite la péniche ou se trouvait Earl.
La porte s'ouvrit dans la seconde,et les hommes secoués par cette "bourrade" entre péniches sortirent rapidement.

Earl suivit le tas,et vit un homme se faire faucher par une MG a quarante centimètres de lui.Ceci le sauva.
Il tourna a droite en sortant,courant le plus vite qu'il put.Il atteignit un LCVP qui était sur le flanc et qui montrait son dessous aux mitrailleuses.

Earl tenta un regard sur le côté,il y avait plusieurs blochaus a prendre,si seulement les Rangers y arrivaient.
Il vit deux hommes au Lance-flammes un peu plus loin.
L'un tomba fauché au bout de deux secondes,le second continua,puis une grande explosion se produisit,le sapeur était dans les flammes de celle-ci.Son réservoir avait été atteint.
Le réservoir du premier porteur mort se fit atteindre aussi et explosa.
Earl put remarquer comme une stupéfaction des allemands,qui s'arrêtèrent courtement de tirer.

Il en profita pour courir le plus vite possible,il rejoignit avec quelques difficultés un petit groupe de soldats derrière une de ces barrières de métal rouillées,sencées gêner l'avancée des blindés surement.


-Hey!Faut tenter de passer,mais restez pas près de moi!

Les types acquiéssèrent et ils partirent dans une course folle jusqu'a ce talus affublé de barbeléssur le dessus.
Il servait de blocage pour l'avancée des Rangers,mais quelques-uns avaient réussit a l'atteindre,et ils pouvvaient maintenant se protéger derrière,vu que peux de MG pouvaient atteindre le talus,ormis celles placées entre les Bunkers,derrière des murs de sacs de sable.

durant la course beaucoup tombèrent du petit groupe d'une dizaine d'hommes.Mais le fait que Earl s'est éloigné de ses camarades pour courir,au départ pour les protéger d'une explosion de son réservoir,le sauva.
En effet le tireur allemand depuis son blochaus préfera truffer le groupe d'américains qui courraient en tas.

Campbell arriva derrière le talus et se jeta dans le sable se recroquevillant un peu pour se protéger au mieux des balles.
Il tomba sur quelques hommes qui étaient la,et d'autres qui arrivèrent en se jetant sur le talus.

Ils purent voir qu'un servant de BAR comme couverture,et n'écoutant que son courage,Earl enleva son Lance-flammes M2 de son dos puis s'lanca vers lui,se protégeant de temps a autre sur le talus.
Arrivé a sa hauteur il l'interpella,le voyant blessé au bras.


-Ca va mon gars?!J'espère que oui,parce que tu es le seul a avoir un FM pour nous couvrir.Il faut que je puisse atteindre l'arrière des Bunkers pour m'occuper de ceux a l'intérieur avec mon zippo!

Un Sergent allait pendant ce temps chercher des sapeurs aptes a faite pêter les barbelés a divers endroits pour passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douglas Dillard
soldat
soldat


Messages : 39
Date d'inscription : 26/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Dim 30 Nov - 16:34

" Bon sang " j'entendis de la part du commandant de la barge. Bon sang, car nous changions de cap, nous n'allions plus a la Pointe, les autres rangers avaient surement échoués...
Il y avait quelques morts et des bléssés dans la barge, les médecins fesaient ce qu'il pouvait pour calmer leur douleur.
Ont étaient tous accroupis dans cette barge qui se fesait tiré dessus sans cesse, par miracle elle n'était pas encore la cible des canons allemands.

" 30 secondes, bonne chances les yankees ! "

Encore 30 secondes, j'étais très éxités à l'idée de pouvoir de nouveau tiré du fritz.
La l'avant de la barge s'ouvrit. Les 2 ou trois premières rangés d'hommes tombèrent sous les balles, avant même de pouvoir la quitté, j'eu heureusement le reflexe de sauté a babord de celle-ci.
Je savais nagé heureusement, et je n'avais pas un lourd barda, mon Lee-Enfield était mouillé, en éspérant pouvoir tiré encore avec.

Je nagea jusqu'à un premier "hérisson tchèque" puis j'avança jus'à un 2e, puis un 3e...
Mais j'avançais difficilement a cause de la puissance de feu des MG ennemi.

" Bordel on peut pas resté la ! "
" T'inquiète pas mon gars, reste a côté de moi et on s'en sortira ! " lui dis-je.
J'avança, et lui était derrière moi, malheureusement il prit une rafale en plein ventre, et il était mort sur le coup, grâce a lui je n'étais pas mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Dim 30 Nov - 17:40

Encore un peu choqué mais fermement décidé à en découdre, Andy vit qu'un ranger isolé lui parla :

-Ca va mon gars ?! J'espère que oui,parce que tu es le seul a avoir un FM pour nous couvrir. Il faut que je puisse atteindre l'arrière des Bunkers pour m'occuper de ceux a l'intérieur avec mon zippo !

- Faut encore que tu arrives à passer ! *Lui dis-je, encore un peu dans le brouillard*

D'autres hommes, apparemment du génie se mettaient au travail malgré les tirs ennemis nourris, *il faut leur donner un tir de protection, je m'adressai aux hommes encore valides autour de moi :*

- si vous savez tenir un fusil ou une mitrailleuse, faites-leur baisser la tête à ces s.l..ds-là ! Faut qu'on couvre les copains !

*Je devais aux Allemands, toutes les balles et projectiles que j'avais déjà reçu comme accompte, je ne voulais sûrement pas demeurer en reste. Je pris une bonne position faisant juste dépasser l'embout de mon canon en prenant appui sur le rebord du talus herbeux, mit plusieurs chargeurs à portée de main.

Je réglais ma hausse puis visait les embrasures du bunker le plus proche, mon bras gauche me faisait mal mais il fallait faire quelque chose pour qu'une belle infirmière Américaine puisse me chouchouter en toute sécurité donc il fallait prendre cette plage et étendre le front jusqu'à Berlin !

A mes côtés, j'entendais plusieurs autres gars qui armèrent leurs fusils, les culasses claquèrent engageant leurs projectiles, j'avais à peine réuni l'équivalent d'une dizaine d'hommes.

Je m'adressai au ranger qui m'avait interpellé quelques minutes plus tôt !*


- C'est quand tu veux, mec ! On est prêts à leur jouer un autre refrain que "Lili Marleen" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Earl Campbell
caporal
caporal
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 29/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Lun 1 Déc - 15:30

Le Ranger au FM avait l'air embrouillé,il répondit un peu défaitiste.
Mais il appela une dizaines d'autres Rangers présents a l'aider pour faire cet appui-feu.

Le Génie était présent et allait faire pêter les barbelés a quelques endroits.


- C'est quand tu veux, mec ! On est prêts à leur jouer un autre refrain que "Lili Marleen" !

- Ouais!Bien,faites vot'besogne,puis quand le gros sera passé,rejoignez-nous sur la paroi des blochaus devant...et merde au fait!


Earl repartit jusqu'a son Lance-flammes,et il put entendre derrière lui le tir commencer,ainsi que des sapeurs hurler "Ca va pêter!" suivient des explosions.

Campbell arrivait vers son M2 quand un Obus tomba non loin del ui,le projetant contre le sable du talus,assez violement.
Il alla jusqu'a son "zippo" en rampant,puis le remetta sur son dos.


-Vous allez le sentir passer quand mon M2 vous chauffera l'arrière saloperies de krauts!

Choses dites,les Rangers s'engoufrèrent derrière le talus par les trous faient par les sapeurs.
Voyant cela,Earl réajusta la sangle de sa Carabine M1 sur son épaule et repartit dans une course folle d'une vingtaine de mètres jusqu'au socle du Bunker face a lui.

Une MaschinenGewehr cracha dans la direction des rangers,et plusieurs furent touchés.Earl passa de justesse,il se colla l'épaule contre la paroi en reprenant son souffle.Une dizaine d'hommes étaient la,et un regardait dans le coin grace au miroir de tranchée.

Ca allait bientôt être au tour des tireurs appui-feu de passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douglas Dillard
soldat
soldat


Messages : 39
Date d'inscription : 26/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Lun 1 Déc - 15:38

J'avais enfin atteint le talu, un homme encore m'avait sauvé la vie en donnant la sienne. Plusieurs hommes c'étaient couché sur ce talu de sable, il y avait aussi des cadavres, et énormément de bléssés, les obus n'arrêtez pas de pleuvoir, c'était le calvaire, je voyais des dizaines d'hommes se faire enlevé la vie.

L'homme armé du lance flamme qui était dans la péniche ou j'étais, était a côté de moi.
" Content que tu t'en sois sortit ! "
A côté de lui je vis Andy aussi, j'enleva se bonnet, et je pris le casque d'un mort...
Quelques minutes plus tard je vis des genres de tubes dans des étuis en plastique.

" Bangalores, attention, laissez passé ! "

Les soldats étaient affolé, les bangalores se firent assemblé rapidement, et la ils mirent une mèche au bout. Et puis...

" Bangalores, sa va sautez !!! "

Les barbelés sautèrent avec tout ce qu'il y avait. Sauf nous.
La on s'abrita, moi et quelques gars devant un bunker, de la, nous étions a l'abris, mais il fallait quand même bouger.
La, un sergent vint vers moi.
" Mon gars il nous faut un tireur, y-a une MG qui nous emmerde. Regarde elle est la, et le loupe pas ! "

Je me frota contre le bunker et pris ma position. La MG était trop occupée a tiré sur d'autres hommes, et ne m'avait donc pas repéré. Je repris ma position, compta 5 seconde et ... PAN ! En pleine tête l'homme s'écroula, aussi tôt le 2e servant me vit, mais je ne m'attarda pas, et je lui tira une 2e balle.

" La voi est libre sergent ! "
" Bien joué mon gars ! Allez tout le monde on y va ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Lun 1 Déc - 18:53

Rejoignez-nous sur la paroi des blockaus devant...et merde au fait !

Voilà les derniers mots que le ranger au lance-flammes lui avait lancé et courageusement avec d'autres soldats, des sapeurs, ils firent voler en éclats les barrières de barbelés grâce aux "bangalores", cette merveilleuse invention, un long tube rempli d'explosif que l'on glissait sous les réseaux défensifs les plus épais pour les faire joyeusement sauter...*Quel plaisir que de f..t.. en l'air leur satanés défenses !*

Andy entendit :grenade, ça va péter !...couchez-vous grenade !, il s'enfonça le plus possible au sol puis...bbooooommmm...Une grosse secousse remua la terre, dégageant le passage sur plusieurs dizaines de mètres carrés.

*Enfin, un passage !*, Andy cria :

- Qui a des fumigènes ? Enfumez-moi le passage illico !

Plusieurs hommes s'executèrent, lançant avec précision les grenades à intervalles réguliers, bien, les gars, ça sert de pratiquer le baseball ! Très vite, une fumée rouge se dégagea masquant ceux qui traverseraient, du moins augmentant les chances de ceux qui allaient s'engager dans cet étroite sortie.

Dès que le nuage fut assez épais, Andy cria :

- Trois volontaires pour franchir les autres couvrent ! Que ceux qui sont arrivés tirent sur le bunker opposé ensuite ! Tirez dans les embrasures avec des angles aigus, cela fera de sacrés ricochets à l'intérieur, on va les faire danser les schleus !

Pendant que les soldats passaient au fur et à mesure, la fumée rendit les Allemands enragés mais certains tireurs ennemis commirent l'imprudence de s'exposer, les équipiers d'Andy les firent taire aussitôt, j'l'ai eu ! ...Un boche de moins !...Tous reprenaient confiance et faisaient face !

Andy vida plusieurs chargeurs dans l'embrasure respective des bunkers abritant les mg et put mettre à son tableau de chasse, deux snipers, un peu trop obsédés à vouloir atteindre tout ce qui pouvait se déplacer sur cette satané plage.

Les premiers fumigènes commençaient à perdre de leur efficacité, Andy en ramassa deux sur un sapeur mort puis les lança pour renforcer sa fragile protection. Quand le nuage se recondensa, il s'élança à son tour. Pendant sa course de quelques mètres, il entendit l'aboiement rageur des M1 Garand, l'aboiement grave des fusils mitrailleurs BAR et le rare staccato des mitrailleuses cal.0.30 face aux K98, MP40 et MG42

Cela lui sembla durer une éternité...Dans sa course, à cause de la fumée, il s'assomma presque contre un obstacle mais arriva néanmoins entier à la base du bunker afin de rejoindre le petit groupe qui s'y était formé.

Il reprit son souffle...S'adressant au "flambeur" :
-T'as été fortiche à passer en force ! Maintenant il faut grimper ! On re..tente le coup...tu passes...j'arrose ? Au fait, je ne vais pas t'appeler "Zippo", ça fait un peu "Marx Brothers", moi, c'est Andy, du 2nd Rangers, Compagnie "A" et toi ?

Pendant qu'il attendait une réponse, Andy regarda la plage
, à divers points, des fumées rouges se mêlaient à celles des incendies. Il était presque impossible pour l'artillerie navale de continuer à soutenir les troupes sur la plage à moins de leur communiquer des coordonnées précises.

Néanmoins si Andy avait pu se rendre compte de ce qui se passait autour de lui, d'autres l'imitèrent, masquant leurs copains à la vue des tireurs Allemands, limitant leurs pertes et sauvant ainsi la vie de plusieurs de leurs camarades.

*Une radio serait la bienvenue, on a besoin d'un appui-feu lourd à vitesse "grand V"*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Earl Campbell
caporal
caporal
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 29/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mar 2 Déc - 12:35

Le gros des survivants étaient passés.Des fumigènes avaient été envoyés pour couvrir l'avancée.Earl n'avait pas attendu forcément!
Ca pétaradait encore de tout les côtés,et la prochaine vague n'allait peut-être pas trop tarder,il fallait empecher un troisième massacre.

Le groupe appui-feu rejoignit la base du bunker quand les fumées rouges furent regarnies.
Le servant BAR arriva jusqu'a proximité de Campbell,avec qui il engagea une petite conversation,tout en zieutant les alentours.


-T'as été fortiche à passer en force ! Maintenant il faut grimper ! On re..tente le coup...tu passes...j'arrose ? Au fait, je ne vais pas t'appeler "Zippo", ça fait un peu "Marx Brothers", moi, c'est Andy, du 2nd Rangers, Compagnie "A" et toi ?

-Earl,ancien Marine,même unité que toi Andy!Pour ce qui est de passer,je sais pas trop,il faudrait quelqu'un pour nous diriger peut-être,sinon on peut refaire la même technique ou la faire comme les "japs"!Personnelement,je suivrais.


Andy avait l'air pensif,les seules pensées qui passaient dans la tête de Earl a ce moment était de comment passer en survivant pour faire cramer le plus d'allemands possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Dick Winters
capitaine
capitaine
avatar

Messages : 1121
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: Administrateur
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mar 2 Déc - 12:47

MJ:

HRP:

Dois-je vous mettre dans la même section ou dans des sections différents? Simple courtoisie car pour ma part, je vous aurais séparé dans les sections, mais si vous préféré RP ensemble, il serait peut-être d'être dans la même. J'attends l'avis des trois.

RP:

Les combats étaient rude sur la plage et plusieurs unités restaient coincées sans pouvoir progresser. Les médecins s'acharnaient malgré les balles sur quelques blessés souvent à couvert, mais parfois extrêmement à découvert. Étrangement, un aumonier se promenait sans souci pour sa vie pour donné le dernier sacrement aux hommes qui étaient mort ou à ceux qui sentaient leur mort proche vu leurs blessures.

Un groupe de jeunes soldats de différentes unitées traversèrent la voie ouverte par les rangers. L'un d'eux, Un soldat du 29th d'infanterie, transportait une radio. Avant d'avoir atteint un lieu sûr il se prit une balle à la jambe et s'écroula dans le sable où les balles sifflaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwii.forum-actif.net
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mar 2 Déc - 15:18

Andy évaluait les possibilités d'action, arriver vivant à la base du bunker était déjà un exploit. A peine avait-il achevé sa pensée sur "comment obtenir obtenir une radio ?" Il repéra un opérateur qui se dirigeait vers son groupe mais, handicapé à cause de son matériel, cela le ralentit et fut touché à la jambe !

Andy s'adressa à Earl :
- Il faut que je ramène ce radio à l'abri, si on demande un appui-feu naval, on leur sonnera les cloches aux boches et tu pourras plus facilement grimper s'ils ne te voient pas arriver !

Il posa son BAR, enleva le surplus de matériel et cria vers le groupe qui l'avait suivi jusque-là : - Je vais aller chercher le radio qui a été touché, il nous faut plus de puissance de feu pour couvrir le groupe d''assaut "zippo" avec Earl en tête si on veut monter puis déloger les Boches, avec la radio, on demandera de l'aide aux navires ou si un blindé nous capte !

A mon signal, vous ouvrez le feu sur les blockaus et sur la ligne de défense qui bloque l'accès aux bunkers, je vais ramener le radio jusque ici ! Vous êtes prêts ? FEU !


Andy courut le plus vite possible jusqu'à l'infortuné opérateur, plusieurs balles s'écrasèrent non loin de lui mais furent imprécises à cause des tirs de couverture. Le blessé gémit fort alors qu'Andy le hissait, le prenant par le bras et le soutenant. Il était debout, le front ruisselant de sueur...Donc encore vivant !

-Allez mon gars ! Tiens le coup ! On a besoin de toi pour que tu puisses prendre ta revanche sur les Fritz là-haut !

*Je ne sais pas si mes paroles l'encouragèrent mais il semblait que ses forces revinrent, ce qui facilita notre effort commun. Les gars continuaient leur feu d'enfer faisant baisser la tête aux défenseurs, qui malgré tout, tiraient à l'aveuglette au-dessus de leurs sacs de sable.

Je déposai le radio avec précaution à la base du bunker, ne voulant pas endommager son matériel, on en avait trop besoin. Pour qu'il ne tombe pas dans les pommes, je lui parlais...*


-Alors, c'est quoi ton prénom ?

Jackson...Merci de m'avoir tiré de là, aaah, ça fait un mal de chien !


- Laisse-moi voir ! Je déchirais le pan de son pantalon, la balle avait traversé le gras de la cuisse, je pris un pansement qu'il me donnait de son équipement, passait un peu d'eau avec ma gourde et saupoudrai la plaie de sulfamides et serrai le tout pas trop fort en faisant un noeud.

Voilà, tu devrais te sentir mieux jusqu'à ce qu'un infirmier vienne renouveler le pansement. Bon, écoute-moi, il faut que tu demandes un tir de barrage sur les positions au-dessus et le bunker d'en face. Mes copains et moi, on va aller faire griller quelques saucisses de Francfort !


Il grimaça, cherchant a atteindre quelque chose dans son sac...Ma grille de tir est dedans !* Je la lui sortis après avoir un peu fouillé dans ses affaires.

Je l'installai du mieux que je pouvais et l'aidait à mettre son appareil en fonction, par chance, l'eau de mer et les balles ne l'avait pas atteint ! Il se mit au travail, communiquant notre position, nos intentions et ce que nous désirions.*


En moins d'une minute, nous avions une réponse positive :


- Eh, J'ai le "Texas" en ligne, ils peuvent nous couvrir pendant une minute, ensuite, ils doivent arroser un autre secteur !


Je levai le pouce en guise d'accord et prévins Earl.

- Earl, dis aux gars de se mettre à couvert, il va pleuvoir de l'acier dans moins d'une minute !

Moins de trente secondes plus tard, terré dans le sable, l'horizon tout proche sembla exploser en gerbes de flammes ! L'espace entre les deux bunkers fut labouré, transformé en chaleur et lumière, j'ouvrais la bouche pour résister à la compression de l'air surchauffé par les explosions, mes tympans étaient engourdis malgré que j'avais mis mes deux mains pour les protéger.

A peine, cela fut terminé, que je repris mon arme et ajustais le haut de la ligne de défense, les autres, les embrasures, chacun visait l'objectif désigné pendant qu'Earl et son groupe d'attaque s'apprêtait à bondir vers sa cible.


GO ! GO !


---------------------------------------------------

HJ

Pas de problème pour moi pour jouer ensemble mais je ne connais pas Nelson, contrairement à ce qu'il semble écrire dans ses posts...Au MJ de répondre après nos posts

---------------------------------------------------


Dernière édition par Andy Reiben le Mar 2 Déc - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Earl Campbell
caporal
caporal
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 29/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mar 2 Déc - 15:50

Les tirs continuaient,et ceux sur la plage combattaient la mort du mieux qu'il pouvaient.
En particulier un illuminé qui marchait tranquillement entre les balles,un aumônier.

Un radio tenta de franchir,mais il fut touché.Voyant cela,Andy n'attendit pas pour donner des instructions,il se dégagea de son équipement et se prépara a partir.
Le tir de suppression commenca,Earl se cala dans le coin du bunker et tira sur les hauteurs avec sa Carabine,tout en laissant le réservoir hors de vue des allemands.

Grace a ce tir et au courage de Andy,le radio fut ramené au bas du bunker.Andy s'occupa de sa plaie avant de lui demander de faire ce qu'il faut pour charger les têtes allemandes d'obus.
Earl rapporta l'équipement a andy,dont le BAR,et lui tapa du plat de la main sur l'épaule.


- Bien joué!

Le radio se chargea de la radio tant bien que mal,et il réussissa a avoir un tir de soutien de la part de l'un des cuirassé.
Celui-ci n'attendit pas et commenca son feu d'enfer sur les positions en hauteurs,faisant arrêter les tirs ennemis.
earl se cala du mieux qu'il put contre le mur avec le réservoir et attendit en rechargeant sa carabine,gardant tout de même la bouche ouverte pour pas perdre ses tympans,malgré leur habitude aux bombardements.

Après une minute d'enfer pour les "fritz",le tir cessa,et earl fit un grand geste de la main pour faire comprendre de le suivre.


-En avant les Rangers!!!!Et restez pas trop près du réservoir a napalm!

Ceci dit,Earl partit en courant le plus vite possible avec la charge sur son dos,suivit du groupe d'assaut.Protégé par les tirs de suppression du groupe d'Andy.
Plus de sentiments a ce moment-la,juste une boule au ventre causée par le rapide passage dans la tête de l'idée d'y passer,idée qui partit en même temps que le groupe d'assaut.


[HRP]Idem pour moi,c'est Roger! Smile [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douglas Dillard
soldat
soldat


Messages : 39
Date d'inscription : 26/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mar 2 Déc - 16:31

Les hommes commencèrent a avancer sur cette hauteur, difficilement mais surement ! Moi je les appuyés avec mon arme, a la grande surprise de ce sergent.
Avant sa les obus d'un détroyer ou cuirassé, avait écrasé des petits groupes de résistances ennemis. Et la j'entendis une phrase, Ouvrez la voix les rangers ! cette pharse fut dite par le général Cota.

En avant les Rangers!!!! Dit l'homme armé du lance-flamme. Dans ma tête je me dis qu'il avait eu beaucoup de chance de traversé cette plage... Surtout avec une bombonne de napalm !

Je sortis quand même de mon trous, plusiers hommes avaient déjà étaient la haut, j'allais enfin les rejoindre, mais je ne savais pas ce qu'il si trouvé...
En prenant de grande enjambés j'étais enfin en haut voyant des dizaines d'allemands et d'américains s'affronter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Dick Winters
capitaine
capitaine
avatar

Messages : 1121
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: Administrateur
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mar 2 Déc - 21:35

MJ:

L'artillerie du Texas semblait avoir tout nettoyer sur l'espace séparant les deux bunkers. Il y avaient nombres de trous où au paravant se trouvaient des MG et des soldats allemands. Nul ne semblait avoir survécu, mais lorsque les rangers commencèrent à grimper les tirs reprirent de plus bel sans les MG et un mortier suportait maintenant la position.

Le radio avait commencé à répondre à des messages radio qui ne s'arrêtaient plus. Il effectuait son devoir malgré la blessure qui le laissait souffrir.

Au loin, la prochaine vague approchait de la plage et se trouvait toujours autant sous le feu de l'ennemi que les précédentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwii.forum-actif.net
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mer 3 Déc - 18:57

Malgré le tir de couverture imposant du "Texas", ceux d'en face, ne lâchait pas un pouce de terrain ! Après avoir vidé plusieurs chargeurs, Andy se rendit compte qu'il faudrait un traitement plus radical.

-Ces mecs sont pire que des sangsues ! Ils s'accrochent ! Il se tourna vers le groupe d'appui-feu : Continuez à couvrir le groupe d'assaut ! puis descendit vers le radio quelques mètres plus bas qui répondait aux appels incessants, faisant le lien entre mer et terre.

Jackson ! Les Boches tiennent toujours le haut de la ligne de défense, tu vas leur dire ceci à la Marine :

Nous avons besoin d'un tir soutenu non ponctuel (un "feu roulant") que tout navire capable de nous appuyer le fasse à tour de rôle ! Voici la procédure :


- Bombardement sur le haut de la zone comme précédemment sur celle-ci durant trente secondes.

------------------------------------------------------------------------------------

1ère phase

- Le premier navire ayant fait feu, décale son tir en profondeur de 30m.

- Le second navire bombarde alors la première zone visée (les fortifications et l'espace entre les bunkers )

- Un troisième se tient prêt à prendre le relais du 2nd navire

60s de tir par zone ciblée
Profondeur totale de la zone de tir : 1 mile terrestre (1.609m)
Décalage chronométré de 10s entre deux salves
Décalage des zones de tir de 30 mètres d'intervalle par navire.
----------------------------------------------------------------------------------

2nde phase

- Le 1er bateau décale son tir de 30m en profondeur

- Le 2nd tire sur la zone visée par le premier

- Le 3ème vise les fortifications et l'espace entre les bunkers

60s de tir par zone ciblée
Profondeur totale de la zone de tir : 1 mile terrestre (1.609m)
Décalage chronométré de 10s entre deux salves
Décalage des zones de tir de 30 mètres d'intervalle par navire.
-------------------------------------------------------------------------------------

*Dans mon esprit, tout était clair, je voyais un feu d'acier balayant le haut de cette ligne de défense ennemie, jusqu'en profondeur et ne laissant aucun répit aux défenseurs. S'ils avaient le malheur de se lever entre deux "averses", ils seraient transformés en chaleur et lumière. La seule chose, contre laquelle, un soldat ne peut que s'abriter au mieux, c'est bien l'artillerie, en attendant que cela passe...*

Qu'ils fassent débarquer des tanks au plus près des plages, on ne peut pas mobiliser les navires uniquement ici ! Insiste !! Il faut qu'on défonce leurs défenses avec des blindés ! Ce barrage d'artillerie navale occupera les Boches un bon moment...et empêchera leurs renforts de se pointer ou les anéantira sur place...Tu vas y arriver ?


Ouais, t'inquiètes ! j'ai peut être reçu une balle mais je leur réserve du "lourd" ! Le radio examina sa carte quadrillée, prit une table de calcul et griffonna les coordonnées de tir puis leva le pouce pour donner le signe du départ !

Andy cria vers Earl, mettant ses mains en porte-voix :
Earl ! Trois navires vont bombarder la colline toutes les 60 secondes ! Baisse la tête et profites-en pour avancer après le pillonage du dernier bateau ! Planque-toi au moins durant 3 bonnes minutes !

Il reprit son BAR, se colla au sable puis se remit à tirer vers les tireurs encore actifs avec le groupe de soutien en attendant l'armageddon venu des eaux.

*Plus jamais, je ne dirais de mal de la Marine mais il nous faudrait des blindés pour passer leur feu d'enfer, les navires ont d'autres Boches à matraquer !*

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/


Dernière édition par Andy Reiben le Ven 5 Déc - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Earl Campbell
caporal
caporal
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 29/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Jeu 4 Déc - 9:50

Le groupe d'assaut avancait jusque versl e haut,plutôt tranquillement vu la disparition des boches.
Mais ceci ne dura,et les tirs reprirent,sans les MG qui couvraient,mais ils étaient bel et bien la.

Un homme tomba aux côtés de earl,qui sep lanqua du mieux,malgré le poids du réservoir qui se faisait lourd dans la pente.
Campbell tira quelques coups de carabine,arme malheureusmeent moins puissante et précise qu'un Garand M1.
Il cru toucher un ennemi tout de même,mais leurs tirs étaient bien trop dangereux pour avancer.Ils reculèrent un peu pour se mettre a peu près en sureté.

La,les paroles de Andy furent plutôt réconfortante,les navires allaient recommencer,durant trois bonnes minutes.


-Z'avez entendu les gars?!On se planque et on attend la fin du calvaire des krauts avant de charger une bonne fois!

Le group sep lanqua du mieux qu'ils purent par terre quand les obus tombèrent sur le haut,le feu dura un long moment pour les soldats qui attendaient.

Celui-ci finit,Earl fit repartir le groupe d'assaut,espérant tomber sur une résistance beaucoup moins accrue que précédement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douglas Dillard
soldat
soldat


Messages : 39
Date d'inscription : 26/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Jeu 4 Déc - 13:31

Je me coucha violemment a terre, pendant 3 minutes le bombardement explosé les positions allemandes, du moin je l'éspérais. Mais après cela, certain encore vivant approché de ma position pour éssayé de me déloger, mais j'étais plus précis et plus aguérris qu'eux. Je tua 4 allemands avec mon Lee-Enfield a lunette, en éspérant avoir un springfield la prochaine fois... Mais je reçu quand même une balle dans le bras gauche.

- Infirmier ! Y-a un infirmier quelque part ?!

Personne ne répondit, tous le monde était occupé quelque part, je pris alors ma pochette a pensement et y mis de la sulfamine et ensuite un pensement par dessus, la douleur était la, mais ce n'étais pas la première que j'avais pris, ma dernière fut lors de ma dernière opération en Norvège, sale blessure, mais celle-ci dans le bras droit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Granby
soldat
soldat
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 25/08/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: aviateur

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Jeu 4 Déc - 20:03

La lourde porte de fer était tombé, les balles des MG 42 sifflaient de partout, perforant la peau des jeunes soldats, je me jetais dans l'eau, puis je rempais dans le sable, je commençais déja à tirer des rafales de mon M1 Garant, dans les Bunkers sans grand résultat, puis une explosion à coté de moi me fit tomber au sol, j'avais mal au bras par l'Obus, j'étais au sol ou je pourais me faire tué à tous moment. Je me réveillais devant Wayne.

-Mac! ça va ? dit Wayne

-Ouais... ça pourrais aller mieu...



Je courais sur la plage avec Wayne, puis sautais dans un trou d'Obus, pour me cammoufler du tir constant d'un MG42. Puis nos navires commençaient à pilloner les bochs. Alors je fonçais vers un groupe qui c'était planqué dans un bon endroit, pendant que je courais je voyais des blessés qui hurlaient mais ont avaient apris en Italie et en Afrique à les ignorers. Je me plassais prêt d'une personne armé d'un BAR. Les Bochs devaient vivre un véritable enfer.

-Je m'appele William Macintoch, compagnie A, et vous, je sais pas vraiment ou est ma compagnie tout à l'heure un Obus ma fait perdre connaissance, je voudrais me localiser...

Un morceau de pierre passa tout prêt de moi je reculais d'un bon alors, il fallait dire que les plages de Normandie était plus que dangereuse. Nos navires faisaient un bon boulot, je me tournais un instant vers la plage et Wayne ce jetais prêt de moi, il tentait de soigner un homme qui avait reçu une balle dans l'épaule.

-Mac, ta de la morfine ou des bandages ? depuis tous à l'heure je soigne des soldats j'ai presque plus rien...

-J'ai un bandage

Je sortais un long bout de tissus de ma poche et lui lançais il serrait la blessure du soldat, puis ont le plaçaient prêt d'une sorte de butte de sable la ou il serrait à l'abrit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre Dog Green et Dog White
Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seconde Guerre Mondiale :: RP :: autre zone de combats :: France :: Plages-
Sauter vers: