Seconde Guerre Mondiale

Rejoins les forces Alliées ou les forces de l'Axes et combat l'adversité dans une vaste guerre pour la domination du monde!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Entre Dog Green et Dog White

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Dim 14 Déc - 10:18

Andy se rendit compte que le tir n'avait pas eu l'effet escompté, *je me suis gouré ou quoi ? ou bien les artilleurs ont foiré leur coup ?*

Il n'eût pas davantage de temps de se poser la question...Deux, trois événements s'enchaînaient :

Primo : Les Allemands chargeaient
Deuxio : Un autre tir de barrage tombait
Tertio : Andy cria à l'attention des groupes de soutien
- Feu à volonté !

S'étant assuré d'une bonne position de tir (couché) en déployant le bipied de son arme, avec son groupe "Able", il faisait confiance à Earl pour que celui-ci l'imite et dressent ensemble un tir de barrage destiné à casser l'élan Allemand. Le Browning aboya de plus belle sur sa gauche, prenant les soldats ennemis de face, son équipe et lui, leur tiraient quasiment dans le dos pour semer un maximum de confusion et de pertes.

- Allez-y les gars, ne les épargnez pas ! Ils ne nous feront pas de cadeaux !

Le feu répétitif, des M1 Garand, carabines M1 et du BAR semaient la mort, prenant au dépourvu l'ennemi, certains se retournaient aux 3/4 grimaçant sous les impacts dévastateurs, endommageant leurs équipements individuels, déchirant les vêtements, perforant les chairs, dispersant leurs liquides vitaux et énergie en une fraction de seconde.

Sa première bandoulière de chargeurs était terminée, il entamait la seconde ! Les armes avalaient les magasins de projectiles aussi rapidement qu'un gamin consommait un paquet de popcorn devant un western au cinéma, comme lors d'une scène où le héros risquait de succomber sous la menace du "bad guy".

Cette fois-ci, Andy n'avait plus 8 ans mais se retrouvait au coeur de l'action comme les héros de son enfance, il se donnait à fond mais souhaitait que cela se termine bien comme prévu ! D'ailleurs, le second bombardement provenait des lignes amies, il fallait juste encaisser le choc, tenir bon et ne pas arrêter de tirer !

Andy visait tout ce qui portait un casque ou un uniforme "vert-de-gris" passant d'une rangée d'ennemis à l'autre aussi vite que son entraînement le lui permettait. L'adrénaline courait dans son sang, lui faisant oublier la peur, aiguisant sa concentration et ses automatismes, il pouvait presque se passer de pourvoyeur mais il regretta de ne pas avoir plus de chargeurs.

Lui et son équipe, disposaient suffisamment de munitions pour anéantir cette vague, s'ils prolongeaient la "bullet party", la deuxième pouvait être repoussée, la troisième contenue mais à la 4ème, le corps-à-corps deviendrait inévitable !

Il y avait encore une solution, c'est de reculer en bon ordre jusqu'au second bunker, que chaque groupe fasse feu à tour de rôle pour laisser manoeuvrer celui qui ne tirait pas et ainsi de suite...Les MG dans le blockaus (encore occupé ?) seraient les bienvenues pour saturer la zone de leur tir dévastateur. Il fallait s'attendre à investir le second bunker de force, sinon...c'était la plage de nouveau (en attendant les renforts)

Andy encouragea ses équipiers :
- Rangers, on les arrête ici ! Les renforts arrivent, on va pas les laisser nous voler la victoire !

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Carl Granby
soldat
soldat
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 25/08/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: aviateur

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Dim 14 Déc - 11:13

Le sergent Tyler ce dirigait vers le second Bunker puisque les groupes Able et Baker semblaient bien ce débrouiller. Si ont pouvaient investir ce Bunker, ont pourraient canarder les boches avec les MG42 qui était à l'intérieure. Ont couvraient ont bon champs de vision, et ont pourraient mettre les Allemands en déroute. Nous étions dans la "tranché" qui reliait les deux Bunkers. Nous étions sur le point de faire le plan mais deux boches était sorti en courant du Bunker en question.

L'un d'eux prit de surprise tira dans le tat d'Américain blessant Paterson, pauvre lui, je me ruais sur lui pour l'aidé laissant les autres tué les boches dans une rafale de projectile de fer brulant. Wayne voulu prendre soin de Paterson pendant que nous ont s'occupait du Bunker.

-Bon! Bayonette au canon, attender vous à des combats rapproché, Forman, Jackson vous ouvré le feu puis ont charge! (Mon "très" vieu clavier ne me permet pas de faire le i avec : en faite avec cette "antiquité je ne sais pas comment le faire.)

Les deux hommes armé de B.A.R vidèrent leur chargeur dans le Bunker les ricochait était mortelle, les boches hurlait de douleur je n'aurais pas aimer à leur place. Tous se ruaient dans le Bunker, il y avait 2 boches au sol blessé, armé de Walter P38 qui nous pillonais de leur pistolet, je visais le premier et lui envoyais une balle dans l'estomac, les deux boches était mort "enfin..." mais il restait un bon 5 mettre encore inconnu surment des boches en "pleine" forme. Alors je me jetais la puis un tir de Karabiner 98K me frolait l'oreille je lui enfonssais ma bayonette dans l'estomac, puis un autre arrivait poignard à la main, d'un coup de cross rapide je lui "cassais" la machoire. Un autre était prêt à m'embroché vif, mais le sergent Tyler lui envoya une rafale de son Tompson le tuant sur le coup.

-Prenez le MG ont va finir le travail dehors!

Jackson et Forman décrochait les deux mitrailleuses 42 puis nous montion la "colline" d'ou nous avion un très bon champ de vue sur toute la contre attaque Allemande, les rafales ce firent entendre, et les cris de douleur des Allemands aussi. C'était la meilleur position pour envoyé ces boches tous droit dans les profondeurs abyssal t'elle son l'enfer!



Dernière édition par William Macintoch le Dim 14 Déc - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl Campbell
caporal
caporal
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 29/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Dim 14 Déc - 13:28

Le Texas rebalanca des salves de feu qui eurent moins d'effets que prévu.
Les allemands,après ce déluge de feu et de métal,chargèrent.

La le groupe "Able" commenca un tir de barage,ainsi que la Browning.
Earl enleva le lourd réservoir et le posa a côté,la lance prête a être attrapée,puis il se coucha et commenca tirer sur les ennemis depuis son trou d'obus.


-Faites comme moi!Ne laissez pas ces chiens passer!!!

TOut le groupe en fit de même et se rejoingnit au tir déja important.
Les allemands se faisainet décimer,et c'était tant mieux.
Un ou deux soldats se firent tout de même atteindre par les balles "boches".

En se tournant,Earl put voir qu'un groupe d'américains partaient en direciton du second bunker pour le nettoyer,fort heureusement.
L'artillerie navale avait bombardée un autre bunker,et ce blockhaus allait surement se faire submerger par les hommes de la 29th,les renforts.

Earl vidait ses chargeurs,mais avec prudence tout de même,car il n'était pas blindé de munitions.

Un groupe d'allemands "profita" du massacre des leurs pour passer sur le côté et attaquer le groupe "Baker" qui avait une moins grande puissance qu' "Able".

Campbell les remarqua,et vit qu'ils voulaient tenter un assaut a la baionnette,"grossière erreur" pensa-t-il.

Earl attrapa la lance e son M2 et attendit qu'ils arrivent a moins de dix mètres,la il se releva en se mettant accroupi,un genou a terre.
Earl cala la lance a sa hanche et balanca une grande langue de Napalm-gasoil sur le groupe d'allemands qui partit en feu,ceux-ci s'arrêtèrent en lachant leurs armes et se mirent a crier,tomber,se débattre avec le feu.

Les quelques américains du groupe se tournèrent vers Earl et voulurent les achever mais Earl mit sa main en signe de protestation,en contemplant son "oeuvre".


-LAISSEZ-LES BRULER!!!

Après une ou deux seconde a regarder,Earl se ressaisissa et reprit sa Carabine M1 pour continuer a faucher les allemands chargeant.
Les hommes furent écoeurés par le spectacle des "fritz" calcinés,mais ils n'eurent pas le temps d'y réflechir plus,Earl était content de les avoir eu quant a lui.


Dernière édition par Earl Campbell le Mar 16 Déc - 8:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ice Richard
2nd lieutenant
2nd lieutenant
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 07/12/2008
Age : 26

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: aviateur

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Dim 14 Déc - 15:29

- Ok serrez la formation, on y retourne sinon on sera short pétrole pour rentrer.

- Bien reçu boss on est derrière vous.

- Euh, ici Shark, mon réservoir est endommagé, je suis a court jus, demande permission de me replier. A vous.

- Shark rentre a la maison ou tu finira comme Buns. Enseigne Sharks je vous autorise a quitter la formation, terminer.

Les 2 P47 restant filèrent droit vers le front et les marines n'avaient toujours pas solliciter leur présence. Mais Richard n'allait pas les abandonné sans faire une dernière passe.

- A tout l'infanterie au sol est-ce que quelqu'un me reçois ? A vous.

Personnes ne répondait, et Richard renouvela son appel.

- Ici leader Grand Duc en approche pour une passe final, a toute les unités américaine au sol répondez !!! J'ai besoin d'une confirmation au sol de cibles ennemi a vous.

* Bon sang grouiller de répondre les gars je serais pas là éternellement*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Dick Winters
capitaine
capitaine
avatar

Messages : 1121
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: Administrateur
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Dim 14 Déc - 16:14

MJ:

Jackson était à la radio en train de transmettre des messages à d'autres groupes de plage quand il entendit l'appel de Leader Grand Duc. Il regarda autour de lui pour voir si Andy se trouvait dans sa ligne de vue. Il ne le trouvait pas.

-Jackson: Ici White 6. Un passage serait profitable ici. Marquage lignes allemandes au funigène rouge. Ouvrez le tir au delà. À vous!

Puis Jackson se retourna vers le soldat qui l'avait soigner et qui maintenant le protégeait sur la demande du soldat qui l'avait sauvé.

-Jackson: Trouve les groupes avancé et signal leur le passage de chasseur pour un dernier passage. Blance ces funigènes sur les premières lignes allemandes.

Jackson décrocha deux fumigènes accroché à sa ceinture et les remit à l'homme. Celui-ci partit aussitôt.


Du côté allemand, les soldats progressaient du mieux qu'il pouvait malgré le tir nourrit des américains leur faisant face. Les pertes étaient sérieuses, mais il n'était pas question de retraiter.


Un lieutenant arriva au niveau de la calibre .30 avec 20 soldats, mais aussitôt qu'il ordonna d'ouvrir le feu, il s'écroula une balle dans la tête. Un tireur d'élite allemand l'avait descendu en tirant de la position du bunker de droite. Les soldats qui l'avaient accompagné se couchèrent au sol se couvrant la tête de leurs deux mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwii.forum-actif.net
Ice Richard
2nd lieutenant
2nd lieutenant
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 07/12/2008
Age : 26

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: aviateur

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Dim 14 Déc - 18:02

-Jackson: Ici White 6. Un passage serait profitable ici. Marquage lignes allemandes au fumigène rouge. Ouvrez le tir au delà. À vous!

Après 2 minutes, les thunderbolt voyaient la fumée qui s'élevait lentement

- Bien reçu White 6, fumigène en vu, baissez la tête les copains, il nous reste des roquettes. Eagle avec moi passage bas 3° Sud-Ouest vent de travers gauche, fait gaffe aux écarts. Tu prend le côté gauche et moi le droit on se repli en Angleterre dès la fin de notre passe.


- Bien reçu, Je suis derrière vous Leader.

Les 2 appareils volèrent à 25 mètre du sol, juste assez bas pour mitrailler l'ennemi et ne pas se faire tirer dessus par la DCA. Richard voyait distinctement les soldats américains au sol qui tentait d'établir une tête de pont solide. Les fumigènes masquaient la vu mais il n'avaient pas besoin de voir se qui se trouvait derrière, puisque l'infanterie avait repéré des cibles.

- Foxtrot Deux-Quatre-Un, phase de bombardement en cour.

Richard appuya sur la gâchette qui libéra les deux dernière roquettes et les 1420 balles restante. Des gerbes de sang et de terre s'élevèrent et des soldats allemand prient de panique, s'enfuyaient après notre salve. Eagle fit demi-tour comme je lui avais ordonné mais je voulais voir se qu'il y'avait derrière la ligne de front. Des mouvements étaient perceptible des les bois environnent et certains ennemi fuyaient par les grand axe routier.

- Ici Leader Grand Duc petite force ennemi se repli vers les terres, mouvement dans les bois aussi. Je suis pas sûr mais je crois que c'est une embuscade a environ un petit kilomètre derrière la ligne de front. Fioul Bingo les gars je me retire, bonne chance. Terminer.

Je virais de l'aile pour revenir sur mes positions de base, on avait fait tout ce qu'on pouvait pour nos gars, maintenant ils devaient se débrouiller seul.

Richard appuya sur le bouton d'injection d'eau se qui avait pour effet d'emballer le moteur et augmenter sa vitesse de pointe. Bientôt le Thunderbolt de Richard sera hors de portée visuel des plages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Dim 14 Déc - 19:22

Andy semblait vivre les choses comme en rêve, il appuyait sur la gâchette, les adversaires tombaient comme des quilles...ensanglantées. *L'ennemi s'accrochait malgré les pertes lourdes qu'il subissait et ne désirait qu'une chose : nous balayer.

Nous n'étions que deux groupes au front, je ne sais pas ce qu'est devenu le troisième , il n'est resté que trop peu de temps pour ajouter sa puissance de feu à la nôtre ! Une retraite n'est envisageable que s'il n'y a aucun renfort disponible mais vu le nombre de navires, de barges, d'avions, de tanks et de troupes dont nous disposons, cette tactique me semblait absurde.

Il faut tenir ! Point à la ligne ! Sauf si cela devenait impossible...

Je ne sais pas encore combien d'hommes j'avais déjà fauché mais j'avais consommé le premier quart de ma bandoulière, plus de cinquante cartouches parties se blottir avec violence dans les organes de dizaines de Teutons frissonnants sous l'impact.

Le léger répit entre deux chargeurs me laissait entendre au loin, un vrombissement qui s'imposait de plus en plus...s'agissait-il des nôtres ? Je n'osais pas relever la tête de crainte de me faire avoir bêtement et restais concentré sur ma tâche guerrière.

Néanmoins je discernais Earl, du moins, j'apercevais brièvement, une grande lueur à une dizaine de mètres de ma position, il avait dû en allumer quelques-uns au passage, sacré Earl ! Il tenait bon et faisais exactement ce que j'attendais de lui, je sentais grandir un profond respect pour cette "armoire à glace" alors que nous n'avions fait connaissance qu'une heure plus tôt !

Décidémment, la guerre accélère tout, l'Amitié, la Vie...le Chaos aussi !*

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Carl Granby
soldat
soldat
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 25/08/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: aviateur

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Lun 15 Déc - 18:30

Je regardais les pilotes massacrers les lignes Allemandes, c'était très impréssionant de les voir piquers sur les boches et de leur envoyer une pluie de projectile emflamé. Mais il ne falait pas ce relaché! Les MG42 récupéré au second Bunker continuais leur feu dévastateur, la "colline" leur offrait un très bon angle de tir sur les boches qui même en s'accroupissant serais touché par les innobmrables balles qui leur tombait dessus. Alors je vus Earl lanssé du napalme sur ces ennemi qui s'enflammait et tombait en ce tordant de douleur roulant pour éteindre le feu.

C'était l'enfer sur le champs de bataille, même les abysses devait être mieu, d'ailleur je sentais que ma tête allait explosé, j'avais tellement mal à la tête avec toute ces bombes ces hurlements de détresse et les cris de la MG à coté de moi. Mais je poursuivais mon tir d'appuis sur les lignes ennemis, qui malgré tous ça avançais. Les radios était spectateur de ce massacre.

-En tous cas il faudrait trouvé un moyen de dégomé ce mortier!

Dit-je en lanssant des rafales de balle de mon Garant, Wayne lui prenait soin de tous les blessés ce penchant sur chaqu'un qui devait souffrir, il avait presque épuisé ces réserves de Morphine. J'avais mal au coeur en premier puisque je venais de faire une course de plusieur de centaine de mêtre, et aussi voir le spectacle devant moi le sang qui couvrait le térrain, les hommes au sol en train de brulé. Tous ça ne serais pas arrivé sans Adolfe Hitler...

-Continué les gars vous faite du bon boulot! si ont continue comme ça les boches vont surment batre en retraite et ont pourra prendre le troisième Bunker!

Je croyais que la gachette alalit cédé suite à tous les tirs que j'avais éffectué.

*En tous cas tant qu'il n'a pas de blindé ont est correcte!*

Si une division de Panzer arrivait ont pourrais envoyé des obus perforant venant des navires mais même à ça les ingénieurs Allemand nous impréssione toujour avec leur invention.

-Allez! tener bon Rangers!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ice Woody
sergent
sergent
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 14/12/2008
Age : 26
Localisation : Sur le front dans mon blindé

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mar 16 Déc - 14:28

La première vague de tank Amphibie fut composé d'une 112 de blindé dont un peu plus de la moitié étaient des M4 DD
Spoiler:
 

et l'autre moitié était des chars M4-A2 Sherman Snorkel
Spoiler:
 

Dès que l'ordre fut donné les M4 plongèrent dans l'eau mais les M4 DD avaient un défaut, ils coulaient a cause des mauvaises conditions climatique. Les Sherman Snorkel eurent moins de mal étant donné qu'ils ne dépendaient d'une jupe pour flotter.
--------------------------------------------------------------------------------------
Le jour le plus long de ma vie ....

Le débarquement à Omaha se passait mal, une force d'assaut amphibie constitué de tank Sherman DD et a Snorkel devait arriver avant l'infanterie pour leur apporter un soutient considérable en puissance de feu et protection. Mon Char Sherman à Snorkel naviguait bien malgré les secousses de la Manche. Mon char était en première ligne mais je n'avais pas remarqué que nous étions que 2 chars à Snorkel à naviguer vers la plage.

- Ici Woody au PC où son les autres chars a vous !!

- Woody désolé mon vieux mais les autres chars débarqueront par le biais des barges, nous avons perdu 16 tanks et nous ne voulons pas en risquer d'en perdre d'autres.

- Quoi !!!! Mais on va se sentir seul là bas.

- Faite se que vous pouvez. Terminer.

Le canonnier s'extirpa de la tourelle et regarda autour de lui.

- Euh sergent où sont les autres ?

- Dans les barges, on en a perdu 16 qui ont coulé.

- Quoi ???? Et les bombardements de la 8ème air Force ?

- Y'avait trop de nuages et ils ont foiré. Ils ont bombardé derrière les bunkers. Regarde aux jumelles, ils sont tous intact et je ne les ai pas tous repéré.

Le canonnier blêmit en comprenant la situation, ils allaient être seuls contre des dizaines de bunkers allemand équipé de MG42 et de canons pouvant les détruire en un tir. Marc, le canonnier retourna à l'intérieur se préparant à affronter l'ennemi.

---------------------------------------------------------------------------

- A droite toute Bill on va se planquer derrière cette obstacle anti-char, tu le vois à 3 heures.

- on y va chef.

Le char avança lentement dans le sable humide de Normandie qui l'enfonçait peu à peu.

- Marc position MG42 à 1 heure. Haut les cœurs les amis

Marc fit pivoter la tourelle et tira un obus qui tomba juste en dessous les sacs de sable.

- MERDE !!! Jura-t-il tout haut.

Il chargea un nouvelle obus et tira une nouvelle fois

- Bingo !!! Jolie tir, aller on bouge Bill en avant toute.

L'enseigne mit plein gaz mais le char ne bougeait plus, des gerbes de sable s'éjectaient derrière nos chenilles mais rien y faire, nous étions bloqué et embourber. L'autre Sherman sur la page avança tant bien que mal mais un tir d'artillerie le pilonna.

* Merde de merde ça devient un cauchemar* pensais-je

Des sifflets retentirent et des hommes hurlaient en courant sous le feu ennemi. L'infanterie était déjà sous le feu d'une puissante défense que personne n'avait jamais encore affrontée au cour d'un débarquement. Nos gars tombaient par dizaine, la plage se transformait en véritable boucherie.

- Marc à 10 heures, Bunker avec artillerie et mitrailleuse.

- Je le tiens.

Marc appuya sur la double gâchettes du canon principal de notre Sherman et un Obus de 75 fila à pleine vitesse sur son objectif. Des morceaux de bêton volèrent mais le bunker restait actif. Marc tira une nouvelle fois et la réserve de munition explosa.

*Et de Un* Pensais-je rageusement

Les douilles d'obus s'entrechoquaient au fond de notre Sherman et nous continuons d'aider au maximum l'infanterie. Au fil du temps notre char s'enfonçais et l'angle de tir était trop mauvais pour continuer le tir de soutient que nous fournissions.

Spoiler:
 

- Chef l'angle d'attaque est trop mauvais je ne peu plus tirer

- OK on sort de là aller bougez les gars

Mon équipage sortit sans problèmes supplémentaire et on se réfugiait derrière notre char qui commençait à s'arrêter à s'enfoncer. On avait 3 colt et un fusil pour 3, et on ne pouvait pas faire grand à part attendre et tirer nos 30 cartouches. Les troupes continuaient de débarquer et à se faire massacrer mais nos hommes progressaient courageusement. Une petite section d'hommes venait se réfugier derrière notre tank.

- Hey les gars qu’est-ce que vous foutez ???? Demanda l’un des soldats

- On est trop enfoncé dans le sable le canon monte plus assez haut pour tirer les bunkers Répondit Marc.

- Alors on peut utiliser votre 50 si ça vous dérange pas sergent ?

- Bien sur allez y et bonne chance on va essayer de vous couvrir.

Le temps passait et nous avions utilisé toute nos cartouches, mais les barges contenant les chars arrivaient enfin. Deux M4 du génie poussaient les obstacles anti-char et ils eurent l’infini bonté de sortir notre char du trou ou il était bloqué.

- C’est repartit !!! On y va les gars, aller aller aller !!!
Le Sherman démarra et cette fois-ci, nous avancions jusqu’à la digue. Les M4 de génie avancèrent en formation serré, ils déblayaient le champs de mine juste en face de nous.
- Marc colonne ennemi en fuite à 2 heures, arrose les a la mitrailleuse.

La mitrailleuse de 50 logé dans la tourelle du Sherman déversa un flot de balles continue sur la section allemande puis se fut un obus pour nettoyer un peu le tout.

- Ici Yankee one on traverse la digue et on pénètre dans les terres pour soutenir l’infanterie. Si quelqu’un a besoin d’aide faîtes nous signe maintenant. A vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mar 16 Déc - 17:18

*Ce que j'avais perçu quelques minutes plus tôt s'intensifia, ce bruit sourd venant du ciel et qui devient plus aigu au fur et à mesure qu'il se rapproche du sol.

Heureusement pour nous, il ne s'agissait pas d'un avion ennemi mais bien de P47 aux ailes argent, deux d'entre eux plongèrent à tour de rôle vers les lignes adverses lâchant leurs roquettes restantes puis leurs balles vers nos adversaires. De grandes gerbes de sable traversèrent leurs rangs, soulevant les soldats Allemands de terre et les jetant à quelques mètres plus loin, sous l'impact.

Ce bref mais violent strafing diminua encore la menace de leur supériorité numérique, équilibrant davantage nos chances. Le délai ainsi gagné avec les pillonnages successifs et notre harcèlement de leurs lignes toutes proches, permettraient ainsi aux prochaines vagues d'arriver dans un espace, encore certes dangereux mais petit à petit sous notre contrôle.

Je sentais que le résultat de ce combat échappait peu à peu à nos adversaires, pourtant ils s'accrochaient et essayaient de renverser encore le cours des choses. Je ne sais pas si cela était dû à la confiance que nous avions envers nos valeurs, idées ou entraînement mais j'étais sûr que nous allions enfin percer leurs lignes.

Je ne me laissais plus distraire par mes émotions intérieures mais continuais à faire feu, la moitié de ma seconde bandoulière était finie, j'engageais prestement mon septième chargeur.

Je criais aux gars :
* - Faites le point "munitions" !
Les hommes s'executèrent rapidement entre deux passes de tir :

- Suis presque à sec ! Il me reste 6 chargeurs de 8 balles !
- Moi, j'ai encore une bandoulière en réserve, je l'entame !
- Une moitié de bandoulière pour moi !
- Moi aussi !

J'ajoutais : - Egalité les gars, une moitié seulement !

Toi ! M'adressant à un gars de la 29ème qui avait rejoint mon groupe, va prévenir Earl du groupe "Baker" sur notre flanc gauche, qu'il fasse le point munitions aussi. Je veux que toi et un gars de l'autre équipe, alliez en reconnaissance vers le second bunker, voir s'il y a des "locataires à expulser" qui sont encore sur place !

Ensuite, vous revenez et faites votre rapport ! Si c'est occupé par l'ennemi en force, on recule vers nos lignes en se couvrant mutuellement avec "Baker" pour refaire le plein et on y retourne !

Si c'est occupé par nos gars, on recule vers le bunker à tour de rôle en nous couvrant, un groupe se déplace, l'autre couvre etc...Gardez le dernier quart de vos chargeurs pour nous frayer un chemin jusqu'au bunker, on utilisera les MG pour balayer la plage tenue par l'ennemi.

L'éclaireur désigné hocha de la tête puis partit en courant vers "Baker"

- Couvrons-le et visez bien !

Je ne souhaitais que deux ou trois choses, que nos chars arrivent, une bandoulière de munitions et que cet homme réussisse.

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Carl Granby
soldat
soldat
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 25/08/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: aviateur

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mar 16 Déc - 18:49

Les hurlements des MG42 poursuivaient ces tirs dévastateurs sur les rangs Allemands qui tombaient comme des pions sur un échiquier géant la ou nos dirigants nous fesait avançer et tomber...

J'étais à genou tirant des rafales de mon Garant, nous offrions un feu nourrit au boche depuis la "colline" la ou les MG42 récupérés au second Bunker fesaient leurs massacres, puisqu'ils était en hauteur les boches même accroupis n'était pas à l'abris des rafales meutrières de cette arme Germanique.

Les balles sifflaients de partout tombant comme une pluie infernale sur l'ennemi qui commençais à perdre beaucoup de ces "effectifs" le sergent Tyler ce débrouillait bien nous donnant des ordres par ci et par là. Ces à ce moment que je vus le... MORTIER! il était dans une trancher je l'avais repéré car de la fumé c'échapais souvent de la et des hommes baissais la tête, levais la tête par ci par la.

-John! à 350 mêtres la bas sur la gauche... tu tue tous les boches que tu voix!

S'en savoir vraiment pourquoi John grace à son "sniper" commençais la liquidé les Allemands qui dirigait le mortier, puis tous d'un coup des tirs céssèrent, c'était un avantage perdu pour les boches, qui déja grace au P47 avait perdu beaucoup d'homme il ne tarderait pas à fuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl Campbell
caporal
caporal
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 29/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mer 17 Déc - 8:46

Les combats s'intensifiaient,et des deux côtés des hommes tombaient.
Les américains avaient été aidés par les P47 qui avaient fait leurs passages meurtriers dans les rangs allemands.
Malheureusement,ce n'était pas fini,ils persistaient les "salauds"!

Des MG42 se mirent a canarder....mais sur les "boches!
Tant mieux,puis des renforts avaient réussit a passer,on reprenait enfin l'avantage.
Un homme arriva en courant jusqu'au groupe "Baker" et demanda Earl.


-Ouais mon gars!Par ici.

-Un type de l'autre groupe te fait savoir qu'il faut faire un point "munitions"!Et il faut que vous me filiez un gars pour partir enreconnaissance vers ce bunker.

-Bien ca!C'est pas con,bonne chance mon gars!Je te file un type aussi.

-Ouais,merde a toi aussi!


Le type repartit faire ce qu'il devait faire avec le ranger désigné par Campbell,et Earl finissa son chargeur en faisant tomber deux ou trois allemands avant d'en réengager un.
Il vérifia rapidement son ceinturon,il ne lui restais que cinq chargeurs en plus de celui sur l'arme.


-Me reste sixchargeurs les gars,faite un point "munitions"!!!

Les gars s'éxecutèrent et firent part du êu de munitions qui leur restaient.
Earl hocha la tête négativement en signe de dépit,puisi l continua a combattre,n'ayant qu'a tenir jusqu'a de nouveaux évenements.


Dernière édition par Earl Campbell le Mer 17 Déc - 10:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Douglas Dillard
soldat
soldat


Messages : 39
Date d'inscription : 26/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mer 17 Déc - 9:44

Un mortier, un satané mortier nous tirais dessus, 7 balles il me resté, mon 45, et ma baïonette. J'avançais, j'étais comem qui dirais tout seul, et quelques secondes plus tard, je vus une nape de fumer s'envoler vers le ciel, je regarda plus bas, et il était la. Je me positionna, et retenue mon souffle, je compta jusqu'à sept, et pan ! Le premier tué sur le coup, le 2e eu le même sort. Je retourne vers les lignes pour faire le point.
La il y avait un autre sniper.

" D'où tu viens toi ? "
" Moi, bah... "
" Bon j'ai déscendus les servants d'un mortier "
" Moi aussi, y-en avait donc 2 ! Sinon faut faire le point munition ! "
" Il ne me reste que 5 cartouches ! "
" Ok, désoler mon gars, mais je ne peut pas t'en passé, je suis presque a cours aussi. "

Repartant dans mon coin, je vis que la guerre était loin d 'être finit, mais heureusement nous étions couvert par les gars de l'air force, et de la navy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Dick Winters
capitaine
capitaine
avatar

Messages : 1121
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: Administrateur
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mer 17 Déc - 17:54

MJ:

Jackson continuait ses messages radio quand il entendit un message disant que: le 29th venait d'enfoncé la ligne de défense qui se trouvait sur la gauche de la position des rangers là où le deuxième tir d'artillerie était tombé. Les troupes progressait sur leur gauche en rencontrant, pour le moment, une faible force de résistance. Vint ensuite un message venant d'un char de combat.

-Ici White 6. Content de vous entendre. Nous avons grandement besoin d'un soutien lourd direct. Nous sommes à...

Jackson vérifia sa carte.

-... 700 m sur la droite de la sortie Dog White. À vous!

Jackson patienta pour la réponse du char d'assaut.


Pendant ce temps, les allemands s'étaient écrasés sur leurs positions et ne bougaient plus tirant par deussus leur trous qui les protégaient assez bien des tirs. Le mortier s'était arrêté, mais un tireur d'élite tirait toujours sur les rangers à chaque fois qu'il en avait l'occasion.


Les deux soldats qui se dirigeaient vers le bunker d'où tirait se tireur d'élite pour voir la situation progressait de couvert en couvert balancant quelques tirs vers les allemands sur leur gauche. Ils finirent par atteindre un bonne position d'observation sur celui-ci. Ils pouvaient ainsi voir que les mitrailleurs étaient toujours à leur poste et canardaient la plage pilonnant les américains qui débarquait dans leur ligne de tir. Le tireur d'élite ne leur était pas visible. Ils voyaient par contre que de nombreux allemands s'étaient placés tout autour pour défendre la position. Ils étaient dans les tranchées ouvrant le feu sur tout américain qui s'approchait trop près. Une MG 42 avait été installé derrière et tirait sur le flanc droit des rangers. Un total de 15 soldats allemands étaient retranchés dans cette position renforcé.

Les deux rangers firent donc demi-tour pour signaler se qu'ils avaient vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwii.forum-actif.net
Ice Woody
sergent
sergent
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 14/12/2008
Age : 26
Localisation : Sur le front dans mon blindé

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mer 17 Déc - 18:30

[HRP= Si j'ai brulée trop détape ou que j'ai trop avancé le rp n'hésitez pas a racoucir mon post par le biais d'un MJ ou par MP]

-Ici White 6. Content de vous entendre. Nous avons grandement besoin d'un soutien lourd direct. Nous sommes à ... 700 m sur la droite de la sortie Dog White. À vous!

Je sortit la carte tactique pour voir où se trouvait cette fichu zone. La chance n'était pas de notre côté, nous étions partit vers l'opposé de là où ils étaient.

- Bien reçu, Yankee one en mouvement. Arriver estimer dans 12 minutes. Terminer.

Je remballais la carte et posais mon micro en indiquant la direction a notre pilote. On avançait aussi vie qu'on pouvait, en coupant a travers champs et en écrasant une ou deux positions ennemi au passage. A 50 mètre de notre objectif, nous revoyons le groupe qui nous avait emprunté la cal.50. Je leur fit un signe de la main tout en ordonnant à Bill d'arrêter le char.

- Salut les gars, vous avez pas trop morflé ?

- Un peu mais avec votre 50 on leur en a fait voir de toute les couleurs. En parlant de ça on vous la rend elle est a sec.

Le sergent monta sur mon tank et un des soldats lui donna la calibre 50 qu'il réinstalla en 2 minutes.

- Vous allez vers où avec votre engin ?

- On monte sur la tête de pont de la White Dog.

- Nous aussi justement, on doit les aider a renforçer leur position et on a aussi cette petite caisse de munition a leur apporter

- C'est parfait je vais approvisionner la 50 que l'un de vos gars monte sur le char pour tirer avec. Les autres avancez a couvert derrière notre char on va essayer de virer les boche de notre chemin.

- Ok c'est parti, Joe tu monte a la 50 et tu dégomme tout se que tu vois sauf nos uniformes. Si il te manque des balles demande au sergent Woody.

Notre petit convoie se remit en marche, et c'est seulement au bout de 5 minutes qu'on dépassait nos lignes arrières. Notre tank avança sans problème vers la ligne de front principal de la White. On voyait des allemands fuirent a notre arrivé, les chars avaient souvent cette effet. Je vis un soldat armé d'un fusil automatique BAR tirer sur des allemands. Je l'interpelais en faisant tirer une fois notre canon sur des boches qui se trouvaient devant sa ligne de tir.

- C'est vous le responsable ici ? Je suis le Sergent Woody Ice 1ere division blindé, 11ème régiment blindé, Dog compagnie. On vient suite a l'appel de votre Radio. Le Sergent Trombly ci-derrière vous apporte des munitions. Quel est la situation du front ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Mer 17 Déc - 19:11

*L'un des éclaireurs que j'avais envoyé revint essouflé, je m'en voulais un peu de lui avoir fait prendre des risques mais il était hors de question de se replier vers une position tenue vers l'ennemi !*

Alors, quelles sont les nouvelles ? dis-je en rechargeant

Y'z'ont un %$*^# de sniper qui nous allume mais on n' a pas pu le repérer, y doit se terrer assez loin pour pas qu'on le remarque ! Il reprit son souffle, par contre le bunker est encore habité par les Fritz, ils arrosent la plage...on a pu aussi repérer une dizaine d'Allemands, environ 15, je crois qui défendent l'accès à la position.

Un vrombissement derrière moi, me fit craindre le pire, je me retournais et reconnus ce bon acier Américain matérialisé sous la forme d'un Sherman M4. La tourelle s'ouvrit et le tankiste m'apostropha,

C'est vous le responsable ici ? Je suis le Sergent Woody Ice 1ere division blindé, 11ème régiment blindé, Dog compagnie. On vient suite a l'appel de votre Radio. Le Sergent Trombly ci-derrière vous apporte des munitions. Quel est la situation du front ?
je reconnus les chevrons sur sa chemise et fit rapidement un bref salut (peu réglementaire) et me présentais

Soldat Reiben, 2nd Ranger, Compagnie A

On est deux groupes de combat d'environ 5 hommes chacun (Able et Baker, sur le flanc gauche), presque à court de munitions. On se bat à un contre 10, vu les pertes qu'ils ont dû encaisser suite au harcèlement naval et aérien précédents. Pour l'instant, on les bloque mais ils s'accrochent !

D'autre part, on avait prévu de se replier vers le bunker derrière nous mais il est encore "occupé" (deux MG et environ une douzaine d'ennemis), un mortier qui nous harcèle et un sniper dans le coin.

Ils sont peut être plus nombreux mais sans armes antichar, ce serait un suicide s'ils chargeaient maintenant. Au fait !
ça fait du bien de vous voir Sergent ! Maintenant que vous êtes là, nos chances s'améliorent et nos options aussi, voilà...Deux choix possibles (sans vous commander) :

1) vous tenez cette position et harcelez l'ennemi. Tandis que nos deux groupes de combat allons prendre le bunker d'assaut, avec un lance-flammes en soutien.

2) Vous tirez à la mitrailleuse dans le bunker (embrasure), obligeant les Allemands qui y sont de se mettre à couvert, tandis que nous, on approche mais vous devrez aussi vous battre sur deux fronts (repousser l'assaut désespéré des Allemands avec votre mitrailleuse de caisse et contenir ceux qui sont à l'intérieur avec votre mitrailleuse en tourelle)

Perso, je prendrais l'option n°01

Si vous avez une meilleure idée, je suis preneur !

Tandis qu'il réfléchissais, je puisais dans la caisse à munitions que son coéquipier fit tomber sur le sol sablonneux. Elle était suffisamment lourde pour que son couvercle saute, ce qui l'éventra un peu et facilita notre approvisionnement
en attendant les ordres de notre tankiste.

Avec une bandoulière regarnie, je me sentais mieux et d'attaque...

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Ice Woody
sergent
sergent
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 14/12/2008
Age : 26
Localisation : Sur le front dans mon blindé

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Jeu 18 Déc - 15:11

J'étudiais soigneusement les deux propositions du soldat mais je ne préférais pas prendre de risque et gâcher inutilement des vie pour un assaut entre deux feux. Ma décision était prise.

- Je prend l'option numéro un, je dirais c'est plus raisonnable et prudent. On reste là pour vous couvrir, faîtes se que vous avez a faire. Bonne chance. Marc, arme libre tir sur tout se qui bouge, je monte a la 50.

La tourelle pivota lentement et tira un obus sur la tranchée ennemi, les boche était vraiment désarmé contre nous mais il essayait un assaut a la grenade qui fut vite repoussé. La mitrailleuse de 50. sur la tourelle était une arme très efficace mais son tireur était fort exposé aux snipers ennemi, mais sa ligne de mire et sa puissance de feu apportait un puissant soutient a l'infanterie. Le canon principal tira encore, la journée de travail commençait pour l'équipage de Yankee One. Ils n'avaient qu'a viser, tirer et attendre que Andy revienne.

- MARC !!! à 10 heures transport blindé léger, dégomme-le.

La tourelle pivota encore et en 3 tir le transport ennemi explosa. Des hommes avaient survécu mais ile ne résistèrent pas a la pluie de balle que je leur déversais avec ma mitrailleuse. Je pris le mirco pour parler a Bill qui maintenant "dormait" dans le tank.

- Bill !!! Combien reste-t-il de munition pour la 50.?

- Trois boîtes de mille balles.

- C'est parfait,, on va bouger dès que notre infanterie sera réunis pour enfoncer les lignes allemande, et le carbu on en est où ?

Bill ne répondit pas immédiatement le temps qu'il vérifie si les information donné par la jauge était correct.

- Encore une petite heure d'autonomie Sergent, va falloir se ravitailler en chemin ou faudra attendre les gars du génie

- Ok j'y réfléchirais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl Campbell
caporal
caporal
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 29/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Jeu 18 Déc - 16:16

Le combat commencait enfin a se retourner en notre faveur,l'arrivée d'un blindée y était pour quelque chose,les allemands se terraient maintenant.
Les deux éclaireurs revinrent rapidement jusqu'a Earl,essouflés,Earl vit du coin de l'oeil qu'une caisse de munitions avait été rapportée par les renforts derrière le blindé.
Le premier éclaireur commenca son rapport de la situation.
Le bunker appartenait encore aux allemands,et il était tenu par une quinzaine de "boches",dont un sniper qui était pour le moment introuvable.


-Bien,les gars!On rejoint Andy!!

Earl reprit le réservoir sur son dos et se déplaca rapidement jusqu'a "Able",suivit de son groupe.
Il leur signala de se ravitailler et il en fit de même en remplissant ses portes-chargeurs de son ceinturon.


-Andy,il y a ce bunker,ils sont une quinzaine,il y a aussi un tireur embusqué on ne sait ou.Il va falloir nettoyer ce bunker,mais je pense que tu y pensais déjà!

Earl lacha un léger rictus en tapant sur l'épaule d'Andy,puis il se cala de côté sur l'arrière du blindé qui faisait son petit bout de massacre.
Le type a la tourelle prenait des riques avec ce tireur dans les parages.
L'ex-Marine préfera l'en aviser.


-Faites gaffe Sergent,un tireur rôde dans l'coin!

earl n'attendit pas de réponse et se prépara a partir au galop jusqu'a ce fichu bunker.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Jeu 18 Déc - 17:21

Earl fit le résumé de la situation. Sans plus attendre, je reprenais l'initative pendant que des balles perdues ricochaient bruyamment sur le blindage du Sherman. Cela me fit sourire car c'était une bien faible réponse au bruit rassurant de son canon de 75 et de l'aboiement de ses mitrailleuses lourdes.

- Ok Earl, tu vois le bunker là-bas ? Lui désignant ainsi qu'a nos deux groupes, l'objectif à prendre. Il y a une "barbecue-party", au menu "choucroute et saucisses grillées à point", le seul problème, c'est qu'on a pas de carton d'invitation, donc...on va entrer de force !

On remet le couvert ! Tu fonces avec ton groupe et je te couvre ! Tu me les flambes juste ce qu'il faut et pas de grenades ! Faut que les MG soient intactes ! On fait comme tout à l'heure, rapides et surtout discrets, Ok ?

Une fois à l'intérieur, vous en descendez un maximum à votre portée. Je laisserais une partie de mon groupe en couverture avec tes hommes pour défendre les accès au bunker et éviter que les Boches ne t'envoient des grenades. Je ferais le chemin inverse jusqu'au blindé pour qu'il avertisse nos amis marins de ne pas tirer sur ton bunker.

Je rechargeais mon arme, le poids des chargeurs supplémentaires me rassurait et m'adressais une dernière fois aux groupes d'attaque.

- "Able" en couverture de "Baker" ! "Baker", après qu'Earl les aura allumés, investissez la position, prenez le contrôle des MG. Vous me balayez la plage de tout uniforme Boche ! Vous tenez la position le plus longtemps possible !

Je désignais trois volontaires de mon groupe : -Toi, toi et toi, vous resterez en couverture de "Baker" en défendant les accès du bunker pris. Je me tournai vers le dernier de mon groupe, l'éclaireur, tu m'accompagneras jusqu'au tank ensuite, il signalera notre position et évitera à la Navy de faire une erreur de tir, ok ?

C'était clair et sans bavures mais...on n'est jamais à l'abri d'une surprise.

Je me fis entendre :
- "Able", prêt ? "Baker" prêt ? Alors, on y va...!!

Mon coeur battait fort. Au pas de course, nous traversions la faible distance qui nous séparait de l'objectif. Des tirs miaulèrent à nos oreilles, probablement le sniper signalé auparavant. J'entendis un bruit sourd d'impact sur l'un de mes hommes qui tomba mais je ne pouvais pas m'arrêter.
Je voulais conclure enfin cet assaut par une initiative décisive, cela faisait maintenant plus d'une heure que la "fête" avait commencé et il était temps d'y mettre un terme, du moins sur cette portion de plage !

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Earl Campbell
caporal
caporal
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 29/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Jeu 18 Déc - 22:08

Les paroles d'Andy étaient claires et précises,de plus,elle rassuraient du fait qu'il dirigait un peu tout.
Il fallait par contre courir vite,car son réservoir était une cible.


-C'est partit!!!On va s'les faire ces fritz!!!!

Chose dite,les deux groupes partirent au pas de course en direction du bunker,quelques tirs frolèrent les soldats,et un tomba derrière.
Earl courrait du mieux qu'il pouvait en zigzaguant un peu pour amoindrir les risques d'explosion,qui ruinerait le tout.

"Able" se mit rapidement en position de couverture,le canon de 75 retentissait et les crachats des calibre .50 et MG42 se faisaient entendre.
Quelques bruits secs des culasses de Kar98 se faisaient aussi entendre,sans oublier celles des MaschinenPistole qui cliquetaient en cadence.
Le tir de couverture de "Able" commence,et calma légerement les ardeurs des "schleus" dans les tranchées.
Une grenade de fusil bien placée fit du dégat dans cette tranchée,et les cinq soldats arrivèrent dans celle-ci sans problème.

Earl en tête,les autres derrière,les combats commencèrent pour "Baker".
L'ex-Marine abattit un allemand qui tenta de le charger,et l'homme derrière finissa son clip dans l'estomac d'un autre.
Un blessé tenta de se relever,mais la baionnette M4 de Campbell eue raison de lui.
Les derniers allemands de la tranchée furent abattut,un américain resta tout de même au sol,mortellement touché par une balle meurtrière du tireur embusqué.

Les têtes se baissèrent instinctivement,et avancèrent jusqu'au bunker.
La,il y avait deux ou trois allemands qui sortaient pour abattre les Rangers,mais le tir de suppression d'Andy et ses hommes les clama de suite.
Earl jeta sa carabine sur son épaule en dégageant rapidement la lance du M2 du côté de réservoir.
La flammeche s'enclencha et le lourd bruit des flammes pénétrant toute la place forte grésilla.
Les cris se faisaient entendre a l 'intérieur,toujours aussi horrible que pour les précédents.Les derniers cris des grands calcinés se firent entendre,morts asphyxiés par le manque d'oxygène occasionné par le feu.
Les soldats pénetrèrent dans le bunker et finirent le boulot.
Deux hommes prirent en mains les Mg42 et commencèrent leur besogne.

Earl Campbell ressortit rapidement du bunker en faisant signe a "Able" que la situation était bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Dick Winters
capitaine
capitaine
avatar

Messages : 1121
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: Administrateur
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Jeu 18 Déc - 23:49

MJ:

Sur la gauche des rangers, la 29th avait enfoncé la défense allemande. La route de la sortie Dog White était maintenant ouverte. On pouvait entendre des Paks 38 ouvrirent le feu contre les américains qui progressait pour libéré la route des allemands et balayer leurs défenses.


Les allemands tenaient tant bien que mal leurs positions devant les rangers, mais leur nombre faiblissait. De 200 hommes au moment de la contre-attaque, il ne restait qu'environ 77 d'entre eux dont le tiers était blessé.

À quelques 500 mètres du bunker que les rangers venaient de prendre, un soldat allemand, le Gefreiter Helrich Görang, se tenait couché sur un légère butte de sable, où il s'était recouvert de sable pour se camoufler, visait, avec son Kar98k équipé d'une lunette ZF39, les américains qui restaient un peu trop longtemps à découvert.

Il avait repéré, un peu plus tôt, le groupe qui avait investit le bunker et avait descendu un des leurs d'une balle à la poitrine. Görang cherchait maintenant à avoir l'homme qui transportait un de ces lanceurs de flammes, mais il avait disparu de son champ de vision.


*La patience est une vertu. Elle paie toujours au moment propice.*

La patience... oui, il en avait une très grande, mais elle ne lui servirait pas à grand chose si les américains anéantissait la série de défenses qui se trouvaient entre lui et les rangers téméraires. Görang tiendrait aussi longtemps qu'il sera possible de le faire avant de se replier vers une position favorable qui se trouvait à près d'un mile derrière d'où il pourrait avoir de nouveau une bonne ligne de tir. En attendant, il patientait que l'un des rangers daigne se montrer suffisamment longtemps pour que de vie il passe à trépat.


HRP: Prièrent de me laisser le contrôle sur ce qui arrive et sur ce que fait Helrich Görang. Je parle par "ce qui arrive", le résultat des tirs contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwii.forum-actif.net
Douglas Dillard
soldat
soldat


Messages : 39
Date d'inscription : 26/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Ven 19 Déc - 7:47

"Une balle, un mort..."

Un tireur allemand rodé dans le coin, impossible de savoir ou il était, je le traquais avec mes jumelles. Je n'étais d'aucun groupe d'attaque, je devais les couvrirs, avant cela, j'avais put prendre une vingtaine de cartouche d'une calibre 30, mais mon fusil était toujours sans lunette. Je mis alors mon Springfield en bandoleer, mis ma baïonette dans ma main gauche et mon .45 dans ma main droite. Maintenant j'allais faire la traque au sniper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Ven 19 Déc - 8:49

Je vis Earl qui me fit un signe que tout était "Ok", je levai la main, pouce dressé en guise de réponse affirmative. Je pouvais aller prévenir le blindé qui relaierait l'info à notre Marine.

Avec mon éclaireur en couverture, je grimpais à l'arrière du blindé, m'accroupis derrière la tourelle et dis au sergent Ice :
le bunker est à nous ! Prévénez la Marine qu'elle ne le bombarde pas ! Si vous avez des fumigènes, on va le signaler pour que l'Etat-Major embarqué, le pointe comme "pris à l'ennemi".

Il y a encore un sniper qui nous ennuie mais je pense qu'on va devoir s'en occuper seuls, c'est pas le boulot qui manque ici !
Je me souvenais qu'avant nos précédents assauts, un ou deux snipers "à nous" traînaient dans les environs, je me décidais pour aller en dénicher au moins, un.

L'Armée m'avait transformé en "agent de recrutement" ou "agent pour l'emploi des snipers désoeuvrés", décidémment...A travers cette image ironique de la situation, je comprenais qu'il fallait travailler en équipe et que les talents, des uns et des autres, contribuaient à la réussite de nos compétences individuelles.

Je m'adressais à mon éclaireur :

- Quel est ton nom ?
- Scott Webster du 29ème !
- Bien Scott, moi, c'est Andy, 2nd Rangers, je lui serrais la main...Au fait, beau travail, je vais encore avoir besoin de toi. Il faut que tu me déniches un de nos snipers pour éliminer un sniper ennemi, je sais que le premier que j'ai vu est près du radio au niveau de la pente. Je vais chercher de mon côté...Dès que tu l'as trouvé, tu me rejoins et je lui fais un résumé de la situation, ok ?

- Affirmatif !

Je partais dans la même direction que lui, là, où arrivaient les vagues d'assaut suivantes. Des souvenirs me revenaient en tête, alors que je m'égosillais : Besoin d'un sniper ! Besoin d'un tireur d'élite pour éliminer un foutu Boche ! Non, je n'étais pas au marché de Fulton Fish mais bien sur une plage de Normandie.

Si maman me voyait...Elle penserait que je faisais les courses de la journée, la différence majeure est que j'étais en uniforme, qu'au lieu d'un crayon et d'un papier, je portais un fusil-mitrailleur et que mon panier de commissions était rempli de grenades.


Je rejoignais Jackson pour faire le point avec lui. Les deux mitrailleurs étaient encore là, non loin de lui. Je leur fis signe en leur montrant qu'ils avaient faits un bon job et m'adressais au radio.

Bon, je crois que la balance est en train de pencher en notre faveur. Dès qu'on aura éliminé ce sniper qui nous harcèle, il reste encore un mortier à démolir puis des unités de la flak (celles qui ont dégommé l'avion d'observation et son escorte) et toi ?

- Ca va encore mais parfois, je tourne de l'oeil...


La jambe de son pantalon était totalement rougie, les efforts qu'il avait dû faire lui firent perdre plus de sang, ça devenait trop sérieux, il fallait qu'il rembarque, sinon, il risquait d'y laisser sa jambe.

- Infirmier ! Infirmier !


Un jeune gars avec une croix rouge sur son casque et portant un brassard vint jusqu'à moi, encore un peu essoufflé Salut les gars, quel merdier, je ne sais par où commencer dit-il en ouvrant sa musette pour en sortir ses ciseaux, bandages et sulfamides.

Commence par mon pote, je crois qu'il devrait être évacué !

L'infirmier coupa le pantalon avec dextérité :
- Bon diagnostic ! Mon gars, puis parlant à Jackson, tu as gagné ton ticket pour l'Angleterre ! Il l'aida à se relever, je le débarrassais de sa radio, - tiens ! ça te sera utile ! Il me laissa tout avec son carnet de bord avec ses fréquences, indicatifs, cibles relevées et coups au but. *Oh mince, du poids en plus !* L'image du sergent instructeur "radio" lors de mes classes s'imprima dans mon esprit et se mit à ricaner.
- Alors 2ème "pompe" Reiben, on croyait encore pouvoir se débarrasser de moi ?

Je chassais ce fantôme malvenu, puis prit les carnets et matériel, heureusement que maman m'a donné une bonne constitution, c'est encombrant, ce truc-là ! Une voix m'apostropha : Elle fonctionne ? la mienne a pris un mauvais coup.
Un autre radio vint près de moi, son appareil avait pris un éclat d'obus, s'il n'avait rien eu, il aurait été gravement blessé et c'est avec plaisir que je lui refilais le tout, fais gaffe à ce carnet de bord, ça vaut de l'or. C'est quoi, ton nom ?
- Miller !
- Ok Miller, je serais ton "ange gardien", tu me suis comme mon ombre, j'ai besoin d'un gars comme toi et baisse la tête, y'a un foutu sniper dans le coin.

J'eus une idée...Miller, tu vois le blindé là-bas ? Mets-toi en contact avec lui ! Il s'agit du Sergent Woody Ice du 11ème régiment blindé, Dog compagnie. Qu'il identifie à vue, tous les objectifs que son "75" ne peut pas dégommer (bunker, positions enterrées...), tu seras son relais vers les unités navales, tu communiques les coordonnées qu'il te donne.

Quand le ménage sera fait ! On avancera pour s'occuper des derniers nids de résistance.
J'attendais que mon éclaireur revienne avec un sniper, pour l'instant, je prenais une pause méritée et ouvrais une barre Hershey pour reprendre des forces que je partageais avec Miller.

J'espérais qu'il n'allait pas se faire descendre...

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/


Dernière édition par Andy Reiben le Ven 19 Déc - 13:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Douglas Dillard
soldat
soldat


Messages : 39
Date d'inscription : 26/11/2008

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Ven 19 Déc - 10:38

J'entra dans un bunker, j'entendais toujours les explosions dehors, les tirs... Mais la, un sifflement arriva sur moi, un obus explosa la petite fente du bunker, je me coucha violemment a terre. *Oh les cons !*
Puis une deuxième encore. * Oh les cons ! les cons !! * Je sorta en rampant. Je n'avais plus vraiment mal au bras, heureusement... Je resta sur ma positions quelques minutes, pensant que quelqu'un viendrait me cherchez, et j'avais raison, un homme vint en courant, comme un dératé, car des allemands lui tirait dessus sans résultats. Il sota dans le trous ou j'étais, sur moi.

" Wow... wow ! fais gaffe mon gars. T'es qui ? qu'est-ce que tu fais tout seul ?
" Je m'appel Webster, je suis de la 29e, un homme est venu me dire de venir vous cherchez. "
* Manquez plus que sa * " Bon et il est ou ton "homme" ?
" La-bas, a une cinquentaine de mètres. "

Je pris alors mon springfield. Lui tenez précieusement son arme, il tremblait.

" Bon, puisque tu t'en est sortit, on va refaire le sprint, en éspérant qu'on s'en sorte mon gars. Tu es prêt ? Il hocha la tête. Allez !!
On courut jusqu'à la position indiqué en sotant dans les trous d'obus, les allemands il y en avait des dizaines qui nous tirez dessus.
Arrivé a destination, je demanda :

" Il est ou ton " homme " ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   Ven 19 Déc - 12:52

Après avoir repris quelques forces, je tapais sur l'épaule de mon nouveau "radio-man"...Allez mon gars, on a du boulot !
A peine, m'étais-je relevé que je vois Scott, accompagné d'un autre ranger équipé d'un "Springfield 03", s'arrêter à quelques mètres de ma position.

- Je vous ai trouvé un tireur d'élite ! annonça Scott

- Merci Scott !
Je m'adressais à notre nouvel "invité",
- Salut, Andy, du 2nd Bataillon. On a besoin que tu nous débusque un sniper ennemi !

Voilà comment les choses vont se passer...On va partir dans cette direction du prochain bunker parallèlement à la plage, j'espère que notre gars se trouve par là. Moi et deux groupes de combat, on va aller le chercher, on va le pousser à se découvrir. En faisant cela, on risque de s'en prendre une et face à autant de cibles "faciles", il peut paniquer et c'est là que tu interviens.

Pour couvrir notre avance, on va balancer un fumigène tous les 50 mètres à peu près, dressant ainsi contre lui, un écran artificiel. Il ne pourra pas nous tirer dessus, ce qui permettra de nous approcher et de le choper.

Toi, gagne une hauteur sur le flanc gauche, pour tenir sous ton feu, une position dominante. Il est sûrement à l'abri ! Nos deux groupes vont s'éparpiller en ligne, avec suffisamment d'espace pour ne pas constituer des cibles faciles, on finira bien par tomber dessus. Je dirais à vue de nez qu'il doit être dans un rayon de 400 à 1000 m (s'il est doué).

Je résume : Je prends des fumigènes auprès de l'équipage du Sherman, on va jusqu'au bunker tombé entre nos mains puis de là, on part à l'assaut. Tu peux dès à présent gagner ta position (flanc gauche en hauteur), sois discret car tu es notre atout ! De toute façon, tu nous verras progresser, les fumigènes te gêneront sans doute mais on a pas le choix sinon, c'est le massacre.

Guette un bref éclair dans ta lunette de visée quand nous avancerons, cela t'aidera peut-être à le dégommer.

Je me rendis près du blindé, l'un des membres d'équipage ouvrit et me permis de prendre ce dont j'avais besoin, 5 grenades fumigènes encombrait ma musette déjà bien chargée.

Toi, Miller, tu restes en retrait, suis-nous mais à distance. Si jamais je te communique sa position, ce sera à l'aide de signes manuels pour que tu coordonnes un tir d'artillerie sur sa position, ok ? Débrouille-toi pour m'avoir sans cesse dans ton champ de vision....Fais gaffe quand même ! Avec ta radio, tu fais une cible tentante.

Il me regarda faisant un peu la moue :
- Je sais...mais j'ai un atout contre les Boches !

Ah ? Quel est-il ? Il sortit de sa poche, un morceau de fourrure, d'environ 1 doigt de longueur avec au bout une chaînette.

C'est ma patte de lapin ! Ma radio qui encaisse un morceau d'obus, tu m'en trouves une nouvelle ! C'est pas du bol, ça ? Et depuis ce débarquement, aucune balle ne m'a touché et c'est pas le plomb qui manque ici, si c'était de l'or, on ferait tous fortune !

Laissant Miller à ses pensées un peu fantaisistes et superstitieuses, je le ramenai gentiment vers une réalité plus terre-à-terre, je respectais ses croyances car Maman était très pieuse et biensouvent, le Bon Dieu nous avait sorti du pétrin, surtout quand il n'y avait plus d'argent à la maison pour payer le loyer, à croire que le proprio nous avait oublié...Et cela n'arriva pas qu'une fois.

Ecoute...Si ton gri-gri, nous ramène tous sains et saufs, je te garde dans l'équipe. J'ai besoin d'un radio qui assure et si Dame Chance a tes faveurs, alors on sera ses "filleuls" par ton intermédiaire.

Cet intermède spirituel étant terminé, j'enchaînais...Si vous avez des questions ou de meilleures idées...C'est le moment, sinon, on y va ! J'attendais que l'un d'eux me donne la solution à ce problème épineux : repérer un tireur embusqué mais à mon avis, il n'y avait pas 36 solutions !

Un détail lourd de conséquences me fit tiquer, j'observais le fusil du "nouveau", une lunette devait s'y trouver
: Au fait où est ta lunette de visée ? Il t'en faut une sinon, je suis obligé de différer l'attaque et il est hors de question de partir sans ça. Débrouille-toi mais ramène-toi avec une nouvelle lunette ou un nouveau fusil "sniper", même Boche, je te laisse 5 mn.

J'attendais qu'il s'éloigne pour faire une remarque à Scott, je m'éloignais avec mon éclaireur et lui dit (à voix basse) :Tu aurais dû faire gaffe ! Il a peut être cassé sa lunette de visée sur le champ de bataille mais l'une des premières choses que j'aurai fait à sa place, c'est d'en trouver une autre. Un mauvais point pour lui...Pas d'esprit d'initiative, je me demande si on peut compter dessus.

S'il foire son coup, ce sniper ennemi va encore faire des victimes et là, si j'en réchappe, c'est moi qui botterais les fesses de notre "tireur d'élite". J'attends qu'il revienne avec ce que je lui ai demandé et je vais lui faire un petit topo de ce que j'attends de lui.

Ce gars-là m'avait mis en rogne, je ne le connaissais pas depuis plus de 3 minutes qu'il avait marqué des points négatifs dans mon estime, si la vie des hommes que j'allais engager dépendait d'un gars qui n'avait pas la présence d'esprit de tout faire pour rester opérationnel, à quoi bon nous servirait-il ??

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre Dog Green et Dog White   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre Dog Green et Dog White
Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seconde Guerre Mondiale :: RP :: autre zone de combats :: France :: Plages-
Sauter vers: