Seconde Guerre Mondiale

Rejoins les forces Alliées ou les forces de l'Axes et combat l'adversité dans une vaste guerre pour la domination du monde!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La contre-attaque en Ukraine

Aller en bas 
AuteurMessage
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: La contre-attaque en Ukraine   Sam 17 Jan - 14:40

Ce matin de juin 1944, la 190ème Compagnie d'Infanterie, composé de 150 soldats, de ses 15 Panzer VI Tiger I, et de ses 40 DKW 350; était devant son chef, le Leutnant Rossöi. Cet homme avait déjà vécu quelques batailles, et avait passé trois jours à Stalingrad. Il était assez musclé, et grand.
Trois nouvelles recrues venaient d'être incorporé dans la 190 CI de la Wehrmacht. Dans le camp, près de l'Ukraine, allait se jouer une opération que les Allemands normèrent : Opération Crisst.
Cette opération consistait à détruire trois dépôts de carburants ennemi, et de repousser les défenses ennemis pour contourner le gros des forces Russes, présent vers Koursk. Deux escadrons de Junkers Ju 86, soit un total de 24 bombardiers, serait présent dès que les troupes allemandes donnait le feu vert aux bombardiers.
Le premier objectif était de détruire un poste batterie, composé de huits batteries anti-char et de seize batterie anti-aérienne. Deux batteries anti-aérienne mobile était aussi présent. Le poste-batterie contrôlait trois autres postes. Si il serait pris par les Allemands, les trois autres seraient paralysé le temps que des troupes arrivent en renforts. Mais, prendre le poste batterie ne serait pas facile. Il est défendu par une colline, d'où un réseau de trois tranchées et de huit postes de tir (mitrailleuses, lance-missiles). Sans la destruction des postes, les escadrons ne pourraient pas décoller.
Le deuxième objectif était de détruire un petit aérodrome, d'une garnison de cinquante ennemi, et de 10 chasseurs russes. Enfin, l'aviation pourrait se lançer et détruire les points clefs ennemi, suivi des chars de la compagnie.
La compagnie sera présente avec deux autres compagnies : une compagnie blindée (10 Tigres, 40 Panzer IV, 3 Jagdpanther), et une compagnie d'infanterie (300 soldats, 10 Opel Maultier).

Après un bref discours et un énoncé des objectif, le leutnant donna la stratégie :
Rossöi : Bon, les Ruskofs sont en nombre. On va contourner leurs positions et prendre le poste-batterie avant de tirer sur les Russes eux même. On y va a pied, sinon, on sera repéré.
Ah, et puis, les 3 bleus, suivez bien, et, tuez des Russes !
(Il regarda sa montre). Bon, préparez vous, je vous donne trois heures !
Rompez !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: La contre-attaque en Ukraine   Sam 17 Jan - 15:59

Trois heures étaient passé. Merc avait préparé son STG-44 (ou MP44) et lui avait mis une lunette de visée. Enfin, il parti de son dortoir, où il y était avec deux soldat. Il arriva dehors et fit que les troupes se rassemblèrent. Rossöi donna à Merc la radio, et lui dit que c'était le contact avec le monde extérieur. A partir de maintenant, les soldats devaient redoubler de prudence. Le leutnant pris la parole avant de partir :
Rossöi : On va passer par un village Russe. D'après les renseignement, il y aurait pas mal d'ennemi, et du matériel Américain / Britannique. On a donc deux premier objectif secondaire : récupérer le matériel Allié et prendre le village.
On va faire quelques représailles...

Le groupe parti enfin à pied.
Vingt minutes passèrent. Le leutnant et Merc était couché, sur un butte. Rossöi avait des jumelles, Merc la radio. Enfin, il ordonna à Merc d'envoyer une frappe d'artillerie aux coordonnées 6/86.5, ce qu'il fit :
Merc : Demande frappe d'artillerie. Coordonnées 6/86.5.
Chef de canon : Reçu. Planquez vous, 4 canons vont faire pleuvoir !
On entendit des bruits de 88, puis, les premières défenses du flanc droit du village explosèrent en miettes (1 char russe, 25 hommes, 2 mitrailleuses lourde calibre 50). L'artillerie frappa un nouveau coup, plus dans les premiers bâtiments. Les Russes furent alertés et se précipitèrent dans les quelques abris, ou dans les armureries, pour prendre des lance-missiles. Le groupe allemand se lança discrètement, suivi à la fin par Merc et le Leutnant. Enfin, il arrivèrent vers la ligne de défense première. Merc tua un Russe, puis, un deuxième. Le leutnant lui fit un compliment :
Rossöi : Pas mal, le bleu-radio !
Le groupe tua les trois dernier, puis, pris la ligne, et changèrent de position les 4 mitrailleuses, pour quelles soient un champ de tir sur le village. Merc trouva une radio anglaise, et, le déclara à Rossöi. Celui-ci envoya un soldat la garder le temps que les Opel arrivent et que le village soit pris. Certains habitants était présent dans le village. Merc fonça avec un groupe de deux soldats prendre une maison. Il n'y avait aucun russes, mais une femme et son enfant (de sexe féminin). Un des soldat déclara aux autres :
Soldat 1 :Couvrez moi, je vais un peu m'amuser...
Merc ne l'entendit même pas. Une nouvelle attaque d'artillerie pulvérisa deux bâtiments. Le soldat pris la "gamine" et la mère dans une pièce à part, et viola les deux. C'est alors que Merc demanda à son collège où était le soldat absent :
Merc : Il est où l'autre ?
Soldat 2 : Il prend du bon temps
Merc : Bah... Laissons-le ! C'est peu être sa dernière fois alors...
Soldat 2 : Effectivement...
Merc barricada la porte d'entrée, et une fenêtre. Ensuite, il posa une charge explosive derrière et fit exploser la charge. Un truc assez gros fut créé, et un gros groupe de soldat entra, avec le Leutnant. Les autres se mirent à côté, et firent des murs défensifs de fortune fait de bois, de sacs de sables trouvés, de brique, de pierres. La maison était le PC.
Une nouvelle attaque d'artillerie pulvérisa 20 soldats ennemis, et trois chars léger.
Ont entendait plus que les flammes, les bruits de bois, briques et tôle retombant au sol, et les bruits de russes se lamentant.
Merc donna un nouveau message :
Merc : Envoyez un SdKfz 250 (armé d'un canon de 37 mm PaK 36/37) pour reprendre du matériel Allié et nous soutenir
Opérateur radio de SdKfz 250 : Nous sommes pas très loin de votre position. Veuillez nous dire le nombre de véhicules ennemi en vue...
Merc : On a trois BA-10, huit T-70 et un Klimenti Vorochilov 1. Pouvez vous les détruire ?
Opérateur radio de SdKfz 250 : On peux se faire tous sauf le KV-1. Va falloir nous soutenir, et l'artillerie pourra rien faire si on est dans la zone, et vous aussi, vous risquerez de vous faire détruire.
Merc : Ok...
(au Leutnant) Un SdKfz 250 arrive bientôt, mais on doit s'occuper du KV-1 tous seul, sinon, il pourra pas nous soutenir longtemps...

Rossöi : Bon, Jois, fonce avec une grenade et lance là sur le KV-1...
Jois : Vous êtes malade ?
Rossöi : C'est ça où je vous tue...
Le soldat ravala sa salive, puis, sorti deux grenade, lâcha sa MP38, et, les grenades à la main, il les dégoupilla, puis, le lança sous le feu ennemi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: La contre-attaque en Ukraine   Sam 17 Jan - 18:14

Jois fut touché, et c'est un infirmier qui alla se secourir. Il le traîna jusqu'à un mur de fortune, puis commença de le soigner. Merc lui aussi fut touché, mais légèrement, par une rafale de mitrailleuse. Le médecin le soigna en quelques secondes. Même s'il souffrait, il pense que ce n'était rien par rapport à ce qu'il pouvait avoir. L'autre avait été touché huit fois, et était en mauvais état. Le médecin et l'infirmier se mirent à deux pour le sauver. Les deux grenades avaient explosé sur la tourelle du char, et, il commença à brûler intérieurement. Le véhicule arriva et fut très vite localisé car son canon de 37 mm PaK 36/37 détruisit un véhicule, puis en dix minutes ce termina les chars ennemi. Enfin, il détruisit le char lourd grâce à quatre coups de canon de 37 mm PaK 36/37.
Le soldat qui gardait la radio Allié l'amena dans le véhicule. Il avança jusque vers la maison. Une rafale de mitrailleuse ennemi attira l'attention des deux canonniers. Ils rechargèrent et tirèrent dans un bâtiment, qui s'effondra. Enfin, il avança, suivit de près par les soldats. Le Unteroffizier Merc (sergent) était à côté du véhicule, protégeant la radio le plus possible. C'est alors qu'un des canonnier fut abattu par un tireur d'élite. Il était mort. Le deuxième demanda à Merc de le rejoindre. Il accepta, ayant quelques rares connaissances dans l'armement lourd. Il rechargea le canon, puis, l'autre visa, et Merc tira un obus. L'obus explosa en haut d'un gros bâtiment, apparemment un bâtiment servant de défense au PC russe. Ensuite, il rechargea. Le canonnier visa ensuite, et Merc tira. Enfin, un canonnier expérimenté arriva et pris le relais. Merc repris la radio, et, le Leutnant cria :
Rossöi : On charge !
Un quart des soldat charga le bâtiment défensif, tandis qu'un autre quart des soldats les couvrit. Merc était dans ceux qui chargaient. Ils arrivèrent près du bâtiment. Aucune riposte ennemi. Les soldats se dispersèrent. Soudain, l'un des soldat entra, et, cria :
Soldat 1 : Piégé !
Soudain, une explosion énorme intervenu et, le corps du soldat fut projeté.
*Non de dieu !*
Les russes avaient piégés des bâtiments.
*C'est une vraie ligne !*
Soudain, une femme nue sorti d'un bâtiment. L'un des soldats l'a repoussa dans le bâtiment, et l'enferma avec lui. A travers les ruines, ont pouvait voir le PC russe, la mairie. Merc demanda une frappe d'artillerie avant de partir avec les soldats pour rejoindre le véhicule, devenu véhicule PC mobile et véhicule de soutien.
Une attaque, suivi de cinq autres, détruisit des bâtiments défensifs. Il ne restait plus que le PC, défendu par 20 mitrailleuses, deux BA-64 et huit murs de bois, de béton, et de sacs de sable. Un total de 250 soldats ennemis y était présent. Il restaient trois bâtiment de défenses intact, sans russes. Les trois bâtiments avaient un total de 12 mitrailleuses, et un T-70 à réparer. Les allemands investirent les bâtiment, et, changèrent de côté les bâtiment. Deux techniciens s'occupèrent de réparer le char pour pouvoir l'utiliser. Merc se posta à une mitrailleuse, et attendit que le Leutnant donne l'ordre de tir. Enfin, après quelques minutes d'attente, le feu vert fut donné. Les mitrailleuses tirèrent sur le bâtiment, tuant des russes ou non. Enfin, après dix minutes, le char T-70 se lança, et, tira sur le bâtiment. Merc quitta sa mitrailleuse lorsqu'un soldat apporta un Panzerschreck. Merc posa la radio, le pris, puis, visa le bâtiment tandis que l'autre lui installa une roquette. Il tira la roquette, qui percuta le bas du bâtiment. Il pencha, prêt à tomber. Le soldat rechargea, puis, Merc tira un nouveau coup. Le bâtiment commença de s'effondrer. Le T-70 quitta la zone et les soldats se cachèrent. Le bâtiment ne s'effondra pas, mais, inquiéta les russes qui le quittèrent. Les soldats allemands se remirent aux mitrailleuses russes et les taillèrent en pièce, suivi du T-70 qui en tuaient pas mal. Dix minutes de tirs continus passèrent. Enfin, trois Opel Blitz arrivèrent. Les mitrailleuses furent démontés et mis dans un véhicule, ainsi que les armes russes. Un véhicule fut très vite complet et la moitié d'un autre aussi. Enfin, les Allemands fouillèrent les bâtiments un à un, pour récupérer des civils (qui furent mis au centre de la ville), du matériel Allié (dont des radios, des cartes, des plans, des armes, du matériel électronique, un système de cryptage, un système de décryptage), et des cadavres russes (qui furent mis dans trois bâtiments). Aussi, des munitions et du carburant furent trouvés. Les femmes, filles de 5 à 50 ans furent séparés des autres, qui furent enfermés dans les bâtiments où les cadavres se trouvaient. Les autres furent violés sur place pour la plupart, les autres furent surveillés par le véhicule blindé et par les Opel, pour qu'ils rentrent à la base. Enfin, civils et cadavres furent brûlés. Merc demanda une frappe d'artillerie sur les bâtiments. Au moins, on serait sûr que les russes seraient morts...
Le village fut par la suite brûlé totalement, puis, le groupe allemand se reposa trente minutes. Rossöi déclara alors, après avoir été en conversation avec le commandant :
Rossöi : Ok...
On a reçu de nouveaux objectifs secondaires. On va devoir coupé la route aux Ruskofs, en détruisant un pont. Trente T-34 arrivent, on doit les couper pour éviter une contre-attaque massive et sanglante...
Donc, on doit détruire un pont, un dépôt de carburant, et deux positions radio ennemis.
Sinon, on pourra jamais rejoindre le poste-batterie.
Ah, et, après, on devra prendre une garnison de 100 soldats, de 8 pièces d'artillerie de 40mm.
Si on réussit, je vous signale qu'on aura plus de renforts, et que des milliers d'Allemands qui sont bloqués pourront être sauvé...

Un des soldat lui lança :
Soldat 1 : On aura du soutien ?
Rossöi : Non. L'aviation est bloqué par les pièces anti-aériennes. Les chars et les véhicules ne peuvent plus venir car l'ennemi peut les détruire et nous rendre détecté. Et les pièces d'artillerie sont hors de porté. A moins qu'on trouve de l'armement lourd sur place, comme une pièce d'artillerie, ou d'un mortier, on aura aucun soutien...
Et, on est bon pour vingt minutes de marche rapide si on veut pas mourir

Les mots pour motiver était bon. Les soldat vérifièrent leurs chargeurs, et, partirent pour bloquer les russes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: La contre-attaque en Ukraine   Sam 17 Jan - 19:30

Les allemands, au nombre de 145 (5 blessé transportés jusqu'à la base), se dispersèrent en 5 groupes de 29 soldats eux même assez dispersés. Enfin, ils arrivèrent tous vers le pont (je signale que le pont est dans une rivière sans eau), et se regroupèrent. Ils attendirent quelque minutes. Merc donna la radio à un soldat, puis sortit des jumelles et examina la zone. Dix soldats ennemis étaient présent, et un petit poste mitrailleur en bois. Merc sorti une grenade, puis se prépara à la lancer. Étant sergent, il commandait un des 5 groupes (il y a quatre sergent en comptant Merc). Juste avant de lancer la grenade, il prévint le leutnant que les forces ennemis étaient présentes sur le pont. Aussi, ingénieusement, il ordonna à un de ses hommes, un tireur d'élite, de détruire la radio et de tuer le russe. Il réussit, mais, les autres furent alerté. Le groupe de Merc se cacha parmi les feuillages. Le tireur d'élite tua le servant de la mitrailleuse, puis le mitrailleur. Merc lui, tua un russe grâce à son STG-44 avec lunette de visée. Il déclara en signe à un autre groupe d'envoyer ses troupes de démolition, qu'ils seraient couvert par eux. En effet, trois du groupe de Merc couvèrent les autres qui se mirent en position de tir, caché par du béton. Les troupes de démolitions posèrent des charges explosives sur les piliers, quand un mauvaise nouvelle arriva à Merc : les chars étaient de plus en plus proche, et était à vue des éclaireurs à 5 kilomètres. Ils arrivaient de plus en plus vite. Tous les groupes traversèrent, sauf celui de démolition. La situation était critique. Les chars étaient à 3 kilomètres. Les hommes se cachèrent. Soudain, le groupe de démolition traversa en courant le pont, et alla se caché avec les autres. Enfin, le sergent du groupe enclencha le système d'explosion. Mais les chars étaient à 2 kilomètres. Dix hommes, de leur courage, prirent des mines, les placèrent sur la route (dix mines) et regagnèrent la position allemande caché. Les chars arrivèrent, et, les mines explosèrent. Quinze chars furent endommagés et paralysés, un char détruit.
Les allemands attendirent que les russes sortent des chars, ce qui arriva rapidement. En effet, tous les russes sortirent des chars et se regroupèrent. Les allemands lancèrent une grenade, qui passa inaperçu...
Les trois quarts des russes présent furent tués, le reste fut achevé par l'armement des allemands. Ensuite, le groupe de démolition plaça quelques explosifs, qu'ils activèrent plus loin, ce qui fit exploser les chars.
Le pont était détruit, mais, il en restait encore deux. Les Allemands devaient gardé au moins un pont intact pour que les troupes passent, et, les renforts. Ils se regroupèrent pour ne former qu'un groupe. Trois allemands étaient mort depuis le début, et 5 étaient gravement blessé (transféré).
Ils devaient maintenant détruire le dépôt de carburant russe, qui, si il serait détruit, empêcherait une contre-attaque russe. Le groupe marcha, puis, trouva bientôt le dépôt, protégé par 55 soldats russes et trois T-70.
Rossöi : Armez vous lourdement. On y va en force et on détruit tous. Et c'est que le début...
Les soldats ayant des fusils mirent leurs baïonnettes, leurs lunettes de visées et leurs grenades. Les soldats ayant des STG-44 et des MP (38/39/40) mirent des lunettes de visées et des baïonnettes.
Enfin, il se lançèrent à l'assaut, les fusiliers tirant d'une bûte, les autres détruisant les remparts et traversant pour battre l'ennemi au corps à corps.

VINGTS MINUTES D'UNE EXTREME VIOLENCE PASSENT... Le bilan :
Allemands :

- 25 pertes
- 10 blessés

Russes :

- 50 pertes
- 5 prisonniers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: La contre-attaque en Ukraine   Dim 18 Jan - 7:51

Les prisonniers furent exécutés sur place par la compagnie. Les 25 allemands mort furent mis à côté du dépôt, et les soldats de démolitions branchèrent des explosifs dans le dépôt, assez grand. Enfin, étant assez loin, le leutnant activa les charges, qui réduisirent en feu et en fumée le dépôt. Les allemands partirent très vite de l'ancien dépôt, redoutant une nouvelle attaque russe. Maintenant, il devait attaquer la garnison, proche.
Dix minutes d'une longue marche passèrent. Enfin, les troupes arrivèrent en vue de la garnison. Merc et cinq volontaires furent envoyés poser des charges pour détruire le PC de la garnison (Un Poste de Commandement, une infirmerie, cinq baraquements, une armurerie)...
Ils rampèrent quelques minutes avant d'atteindre le premier baraquement, le plus au fond du camp. Faisant attention, il traversèrent, puis eurent atteint le deuxième et le troisième baraquement. Grâce à un trou dans le bois d'un baraquement, un des soldat examina le troisième baraquement. Il y avait trois mitrailleuses à installer. Tandis que Merc et deux autres les couvraient, les trois soldat entrèrent dans le baraquement et installèrent doucement et discrètement les mitrailleuses russes.
Ensuite, les trois autres rampèrent encore pour arriver devant le PC ennemi : un grand bâtiment fait de béton et de bois, avec trois étages et des piliers au sous-sol.
Les russes avaient vite fait de reconstruire des bases. De plus, cette base était importante : elle disposait de 3 canons antiaérien et de 2 canons antichar. Pourquoi ? Elle couvrait l'accès des troupes aux trois ponts. Si elle n'était pas prise, les forces allemandes aurait du mal à passer, et des renforts russes pourraient arrivés. Le groupe de trois était à côté de l'entrée au sous-sol, quand il entendirent une patrouille. Ils se cachèrent, puis, dès qu'elle sorti, descendirent dans le sous-sol. Ils posèrent des charges avec une explosion de 5 minutes. Ensuite, il sortirent en courant, tandis que les trois mitrailleuses tuaient les russes. Le reste des Allemands fonça prendre l'assaut, jetant des grenades sur l'ennemi, ou lui tirant dessus.
Les deux allemands avec Merc furent tués, tandis que l'explosion tua des russes et des allemands qui fonçaient. Les allemands attaquèrent chaque baraquement, avec toujours plus de morts dans les deux côtés.
Au total, tous les russes furent tués, et, 50 allemands aussi. Il restait donc 70 hommes de la Compagnie. La base ennemi était nettoyé. Soudain, trois Yakovlev Yak-3 survolèrent la base et tuèrent deux sergent allemand (il en reste encore deux). Le leutnant fut blessé. Tandis qu'un médecin le soignait, Merc pris les commandes d'une tourelle antiaérienne et décima les avions un à un.
Les pertes allemandes étaient très nombreuses. La situation virait à la critique. Mais, les allemands continuèrent leurs route.
Au bout de 25 kilomètres de marche, ils furent stoppé par une attaque de la résistance russe. Les deux sergent furent tués, mais dix tireurs d'élite russes aussi. Le reste des résistants pris la fuite. Maintenant, il ne restait plus que 66 hommes de la Compagnie, dont le Leutnant et le sergent Merc.
Il continuèrent d'avancer. Enfin, il arrivèrent derrière le poste-batterie de commandement (PBC) à la tombé de la nuit. Les allemands se lancèrent tous ensemble, et, entrèrent de force dans les trois bunkers qui faisaient office de PBC.
Les pertes russes étaient grosse, mais il ne restait plus que 30 hommes de la 190ème Compagnie d'infanterie. Le leutnant allait reprendre parole, quand, un tireur d'élite le toucha à la tête. Les hommes se précipitèrent, y compris Merc :
Merc : Leutnant !
Soignez-le !
Mais pu***, où sont les infirmiers ?

Soldat 1 : Morts...
Merc ! Leutnant !
Le corps du leutnant à par terre. Merc vérifia son poux, puis lui ferma les yeux, avant de dire :
Merc : Regroupez vous. Vérifiez vot' barda, et vos blessures...
Deux minutes passèrent, puis, il dit :
Merc : Maintenant, je vous dirige... Certains savent se servir de canons ?
24 levèrent la main.
Merc : Ok. Les 24, avec moi. Les autres, soit aux mitrailleuses, soit en position de def'. On va les faire souffrir. Vous ne tirez qu'à mon commandement.
Merc s'installa à une des batteries antichars avec deux autres, puis, lorsqu'il ordonna le feu, les mitrailleuses, les lance-roquettes, et les huit canons tirèrent sur le position avancé, déplorant des centaines de pertes ennemies. Enfin, après dix minutes de feu intensif, les russes étaient tous morts dans la position. Le PBC donna l'ordre aux russes de ce rendre.
Ils arrivèrent dans le PBC et se rendirent aux Allemands, soit un total de 125 russes prisonniers dehors. Ils furent alignés, et trois mitrailleuses les tuèrent un à un. Deux s'échappèrent, mais les tirs de la STG-44 de Merc les rattrapèrent. Merc s'assit, essoufflé. Le soldat qui avait la radio allemande donna le feu vert à la 145ème Compagnie Blindé (10 Tigres II, 40 Panzer IV, 3 Jagdpanther) et à la 191ème Compagnie d'infanterie (300 soldats, 10 Opel Maultier).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: La contre-attaque en Ukraine   Mer 21 Jan - 12:44

Après vingts minutes, les deux compagnies arrivèrent. Pour Merc, la mission n'était pas encore finie. Il ne restait plus d'hommes non blessé, mais lui était le moins blessé de tous. Les quelques hommes restant de la 190ème furent menés dans les Opel, qui partaient chercher du matériel de soutien, et qui amenait les blessés. Un infirmier examina Merc, puis lui fit un signe de tête : il était opérationel.
Les deux compagnies avancèrent, celle d'infanterie en premier, celle blindée en deuxième. Enfin, il arrivèrent vers l'aérodrome. Merc conseilla au chef de la CB de détruire les avions, tandis que la CI se chargerait de tuer les russes. Le combat ne fut pas très sanglant, les allemands n'ayant pas de pertes, sauf des blessés. Déjà 2 heures que Merc étaient au front. Deux heures de sa vie à voir mourir des gens. Il monta dans un camion, il rentrait à la base.
La contre-attaque allait être dûre. Dans une semaine, a reprise d'un village allait avoir lieu. Ce village, c'était un des huits plus gros points d'artillerie. Des assauts avaient déjà eu lieu, mais là, un énorme assaut sur les huits points allait avoir lieu. L'enjeu était grand. Si les points étaient pris, là route vers Mouscou allait être ouverte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: La contre-attaque en Ukraine   Mer 4 Mar - 8:56

Une semaine plus tard. La compagnie avait été transféré vers le 11e Régiment Mécanisé, et de nouvelles recrues avaient été mises, pour remplacer les anciennes. Pour ses bons services, Merc avait gagné une médaille et avait, provisoirement, le contrôle de la 1e section. Dix SdKfz 234 avait aussi été placé dans la 1e section pour l'assaut. Les troupes avaient regagné la Pologne, pour un assaut contre un village pris par les Russes à la frontière polonaise depuis quelques semaines...
Le briefing commença rapidement :
Merc : Ok. Je suis Merc Von Quils, et je serai votre nouveau chef jusqu'à nouvel ordre.
Nous allons prendre un village, lors d'un assaut sanglant. J'espère que vous allez être prêt.
Nos objectifs principaux sont :
1) Faire un chemin pour attaquer le village
2) Prendre la batterie n°3.
3) Soutenir les deux compagnies blindés de la Division Azul, pour qu'elles nous aident lors de l'assaut contre la mairie
4) Détruire ou capturer l'armurerie centrale russe
5) Prendre le garage central russe
6) Mener l'assaut contre la mairie
7) Prendre le contrôle du village
Nos objectifs secondaires sont :
1) Détruire les canons DCA (AA)
2) Prendre la caserne ennemi le plus vite possible.
Si on prend ce village, on pourra prendre à revers une des divisions ennemies et donc couper la route ferroviaire principale aux Russes.


L'Assaut vers le village commence !
J'invite des membres allemands et russes à me rejoindre pour cet assaut, qui, j'espère, sera long et captivant...


Dernière édition par Merc le Ven 24 Avr - 4:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 28

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Prise d'un village russe !   Mer 4 Mar - 9:22

Après un briefing rapide, les soldats rassemblèrent munitions, armes, et équipements dans des SdKfz 251. Ensuite, les soldats montèrent dans des SdKfz 251, direction l'enfer...
Le convoi s'arrêta à 15 kilomètres du villages. Des 7,5cm Pak 40, des 15cm Schwere Feldhaubitze 18 furent installés pour l'assaut. Des chars Panzer VI Tigre II Royal, des Panzer IV et des Panzer V Panther attendaient de pouvoir attaquer. C'est alors que la compagnie de Merc (que l'infanterie) et une autre compagnie d'infanterie fut lancé. Les deux compagnies avancèrent lentement, et tuèrent un grand nombre d'ennemi. Quelques chars légers furent détruits à coups de lance-roquettes. Merc avait avec lui son fusil d'assaut STG-44


Dernière édition par Merc le Ven 24 Avr - 4:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques Evenaux
Caporal
Caporal
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 14/02/2009

Feuille de personnage
pays: France
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: La contre-attaque en Ukraine   Mer 4 Mar - 10:21

Dans la région de Kiev...

-Camarade Colonel! Camarade Colonel !
-Qui y a t'il Camarade Barinovitch ?


Je venait de revenir de Pologne lorsque j'appris par le Kolkhose que la Wermacht venait d'arriver en Ukraine.La garnison princiaple soviétique d'Ukraine était posé non loin d'un village qui est la cible des Allemands.

-Les Allemands sont en Ukraine..

-Je le sais caporal...d'ailleurs avec votre pièce d'Artillerie et sous mon commandement vous prendrez part à la défense.

Sans discuter je prene zmon ordre de Mission.J'avais à disposition une pièce d'Artillerie lourde et aussi les soldats compris dans ce régiment.Mais selon les informations il y avait de nombreux canons anti-char.Et la garnison de Soldats est suffisante pour repousser cet assaut.

aisni dans la soirée je partais en train vers l'Ukraine...



J'arrivais le Matin et les défense sétait déja organisé.Un énorme et surpuissant B-4 était posté à l'arrière du Village...et sous mon commandement.Les Soldats avait creusé des Fosses anti-cahr et des Tranchées.Des Mitrailleuses ambusquée et de T-37 tout le long de la ligne de front certains camouflés.Le Commandant d'infanterie etait le Lieutenant Mitrovitch.Je fut mis aux cournat de la situation que tard mais j'étais prêt..L'assaut allemand débuta..COmme on le voulait ils avancaient...
Soudain on me donna le signal...

-Camarades ! Renvoyons ces Allemands à l'état de Merde qu'ils sont ! Pour le Komintern,pour le Kremlin et pour la Russie !!!Cannoniers ! tirs dans les coordonnées 315 -A Nord !
-B-4 chargé ! Camarade Caporal !

Le canon étiat chargé...Dés le premier coups tirés toutes les batteirs de ligne de front et les CHars se mettront à tirés sur tout ce qui bouge..

-Feu !!!
Je me baissais en faisant le signe de Tir.Dnas un bruit comme une sorte de Bombe de la fumée se formée à la base du Canon.Le B-4 venait de faire feu...On voyait la masse de soldats allemands et de Panzers soudain ave cune explosion jsute sur eux..Ils eut surement de nombreux morts,les Mitrailleuses et autres chars firent feu sur le spositions ennemis..0


Dernière édition par Mikhail Barinovitch le Mer 4 Mar - 14:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Dick Winters
capitaine
capitaine
avatar

Messages : 1121
Date d'inscription : 09/09/2007
Age : 29

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: Administrateur
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: La contre-attaque en Ukraine   Mer 4 Mar - 13:38

MJ:

HRP:

Un moment Merc.... Tu prends un lance-flamme, une STG44 ET un Panzerfaust... Tu t'écroules sous le poids là.... et je sais pas du tout il tu le mets ton lance-flamme ou dans le cas inverse ton Panzerfaust....

De plus, en quel année es-tu... le tiger II n'as été fabriquer qu'à partir de 1943 et de plus à cette époque il était au nombre de 3, tous dédié au front de l'ouest. En 44 il y en a 377 et là commence les premier affrontement des Tiger II contre les soviétiques.


Mikhail, la couleur jaume est réservé aux MJ je te rappel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwii.forum-actif.net
McGregor
lieutenant
lieutenant
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 21/10/2008
Localisation : En train de t'aligner dans ma lunette le boche

Feuille de personnage
pays: Angleterre
fonction: MJ
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: La contre-attaque en Ukraine   Mer 4 Mar - 14:16

Il le dit plus haut: juin 44. A cette époque (et depuis 43 et la bataille de Koursken fait, les allemands n'avaient déjà plus l'initiative sur le front de l'est. ). De plus en juin 44 l'Ukraine est déjà déserté par les troupes du Reich.

Et je ne vois pas comment la prise d'un bled paumé peut faire basculer la guerre.

Pour Mikhail un simple soldat ne s'adresse pas comme ça directement a un colonel, normalement tu a un chef de batterie et c'est a lui que tu fait ton rapport qui a sont tour le fait a son supérieur et ainsi de suite.

_________________
Ecossais
Carrément méchant
Jamais content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La contre-attaque en Ukraine   

Revenir en haut Aller en bas
 
La contre-attaque en Ukraine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Projet de contre attaque...
» Le contaminant Gem contre-attaque![Grand Line, Rang B, Révolutionnaires, Massacre ou Fuite?]
» Exécution d'un dangereux bûcheron [Torino Island, Rang S, Solo, Contre-attaque][Réservée]
» STANLEY LUCAS CONTRE-ATTAQUE
» [Vème Tournoi] 8ème de Finale: Shiyo, Gold Saint du Verseau VS Kyros, Gold Saint du Capricorne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seconde Guerre Mondiale :: RP :: Archives-
Sauter vers: