Seconde Guerre Mondiale

Rejoins les forces Alliées ou les forces de l'Axes et combat l'adversité dans une vaste guerre pour la domination du monde!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Débarquement à Oran.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Débarquement à Oran.   Lun 1 Juin - 14:15

Encaissés dans les barges de débarquement, les troupes de la Big Red One rejoindrait dans quelques instant les plages d'Oran, en Algérie. Pas un bruit au devant, seul le bruit léger des moteurs tournant des barges de débarquement. Derrière Merc se trouvait le mitrailleur, avec une Browning M2 encore nommé calibre 50. Soudain, un tir de Karabiner 98k sifla. Un sniper. Le mitrailleur fut tué d'une balle dans la tête. Tous équipés de M1 Garand, les soldats se préparaient à tir. La première ligne allait souffrir. Puis, soudain, les canons légers des français de Vichy canardèrent les barges de débarquement.
- Trentes secondes cria le pilote.
Le capitaine rassurait les nouveaux, tandis que les anciens comme Merc se préparait moralement, mentalement et physiquement.
- Vingt secondes cria encore une fois le pilote.
- Bon, Merc, tu va au devant avec John et Brook. Vous ouvrez la voie. Les autres, avec moi. On va aider le plus de gars possible. déclara calmement le capitaine
- Dix secondes cria une nouvelle fois le pilote.
Des tirs de mitrailleuses accueillaient les américains. Dès que la rampe fut abaissé, les soldats sortirent tous. Le pilote récupera son Colt 1911A1 et sorti au plus vite de la barge.
Comme l'avait ordonné le capitaine, Merc, Brook et John allèrent au devant. Ils se couchèrent derrière une dune de sable, canardé par des mitrailleuses.
Putain de bouffeurs de grenouilles ! cria Brook.
Soudain, les mitrailleuses arrêtèrent de tirer pendant un court instan avant de reprendre. Au bout de dix minutes, elles s'arrêtèrent une nouvelle fois. D'un signe, les trois hommes coururent jusqu'à se trouver à l'entrée du bunker. Il nettoyèrent vite les lieux avec deux trois tir. Ensuite, ils attendirent devant l'escalier.

Pendant ce temps, le reste des hommes de la section aidaient les soldats blessés à monter dans une barge abandonné. Les tirs avaient déjà tués un bon nombre d'Américains. La flotte rispostait et détruisaient nombre d'installations françaises mais l'ennemi était encore bien puissant...

(J'invite américains et français de Vichy à me rejoindre).


Dernière édition par Merc le Jeu 4 Juin - 11:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
McGregor
lieutenant
lieutenant
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 21/10/2008
Localisation : En train de t'aligner dans ma lunette le boche

Feuille de personnage
pays: Angleterre
fonction: MJ
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Lun 1 Juin - 14:30

MJ: Euh Superman tu peux m'expliquer ce que tu fais là?

Non seulement on a l'impression que tu tape un débarquement a toi tout seul

Ensuite et jusqu'à ce que le contraire soit prouvé tu est côté allemand et pas Américain.

Et enfin question cohérence historique j'ai un doute.

_________________
Ecossais
Carrément méchant
Jamais content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 48
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Mar 2 Juin - 3:57

De plus, les Anglo-Américains ont affronté les Français de Vichy et non les Allemands

http://secondeguerre.net/articles/evenements/af/42/ev_operationtorch.html

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Jeu 4 Juin - 12:19

Le combat continuait avec autant de rage. Les sifflements de balles étaient encore plus entendu que d'autres bruits.
Dans le bunker, Brook jeta une grenade en criant :
Patate chaude !
Les français ne comprenant pas, ils furent annihiliés. Mais, restait le 2ème étage qui comprenait lui deux canons de 88mm. De quoi faire un bon feu d'artifice. Si ce bunker, qui était un de plus gros de la plage, retranché et défendu par les dunes de sables, était pris, alors le combat pencherait un peu plus en faveur des Alliés pour la bataille.
Les trois hommes montèrent à l'étage un. Plus personne, même pas une mitrailleuse. Ils se mirent devant l'escalier.
Des volontaires ? déclara Merc.
Personne pour ouvrir le passage.
On peut pas tous y aller ? demanda John.
Nan, on pourra pas... Bon, j'y vais ! déclara Merc, avant de partir, fusil braqué devant.
Il monta quelques marches en béton, faisant résonner son équipement. Mais, les français avait tiré un obus avec un des canons, n'attendant rien. Il continua de monter lentement les marches, quand le chef présumé des artilleurs se retourna. Merc braqua son arme sur lui tandis que les autres se retournaient. La tension montait. Personne ne parlait. Les français étaient prêt à dégainer leurs revolvers. Merc, toujours l'arme braqué, monta deux nouvelles marches pour se retrouver à hauteur des autres français. Puis, d'un coup, le chef des artilleurs voulu prendre son revolver. Merc appuya sur la détente en métal, et, un tir toucha le torse du capitaine. Il tomba lentement par terre, du sang dans ses mains couvrant la plaie. Mais, il voulut encore dégainer son arme, et Merc lui tira une nouvelle fois dessus, mais cette fois, il tira un niveau de la nuque. La bouche et le nez en sang, les oreilles goutant du sang, des larmes de sang perlant sur son visage, il connut une fin atroce.
Le premier homme que Merc venait de tuer. Les cinq autres ne dirent rien, tandis que les deux autres américains montaient par la suite. La tension descenda quand ils mirent mains en l'air. De nouveaux prisonniers à interroger. Les deux soldats américains, John et Brook, s'occupèrent de les surveiller tandis que Merc plaça un obus dans le canon et chercha comment inverser la pousée.
John. Tu t'y connais bien en armes lourdes. Occupe toi d'inverser la pousée et de mettre un retardateur...
Ok
Echangeant les places, John aurait plus de chance que Merc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Lun 8 Juin - 14:43

Les troupes commençaient à prendre des positions, de plus en plus vite. Dans l'ensemble, les pertes étaient minimes. Mais, le débarquement ne venait que de commencer. En effet, car après, les troupes de la zone Y, soit la zone face à la ville, devait pénetrer la ville. Mais déjà sur cette plage, la résistance des français de Vichy donnait du fil à retordre aux Américains. Pensif, Merc regardait les prises des autres bunkers. Enfin, John déclara :
On a trois minutes !
Les soldats escortèrent les français jusqu'à la sortie, puis tous ce mirent plus loin. Une explosion vint détruire les canons de 88mm, allemand.

Pendant ce temps, les premiers Halfs-Tracks M3 de l'Armée Américaine débarquait. Bientôt, les troupes allait prendre la ville...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 26

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Mar 9 Juin - 12:08

MJ

La plage était prise ... Mais pas la ville , loin de là ! Les français plaçaient mines , obstacles anti-chars et barricades un peut partout . De plus , les canons de 25 et 47 mm étaient placés en embuscade dans la ville et devant dans une position défensive : la " Ligne Travernie " du nom du Commandant de l'ouvrage . Même des 75 mm d'artillerie étaient placés en anti chars avec quelques 75 mm de DCA , sans compter les mitrailleuses diverses .
Tavernie regarda les dernier éléments prendre place dans leur position et se tourna vers le lieutenant Saint Paul .

Près mon amis ?

Oui . Foutus ordres , mais bon , devoir de soldat avant tout . Tu enverras cette lettre a ma femme ...

Il lui tendit un lettre .

Bien sur . Tu me manquera ...

Les deux amis se serrèrent dans leurs bras et Saint Paul monta dans son B1 Bis .
Un groupe de chars français avait été regroupé pour une contre attaque qui avait été ordonnée par Vichy . Les automitrailleuses étaient gardées en réserve et les chars ne pouvant effectuer l'assaut furent mis en batterie dans la Ligne Tavernie .
Le Groupement Saint Paul était conscient de foncer droit vers une mort certaine mais tous les équipages étaient des volontaires et tous suivaient les ordres . Pour la France .
Les 3 B1 Bis , 5 S 35 , 11 R35 et 2 FT 17 avancèrent vers les Américains .

Quelques instants plus tard , le contact fut établit . Les Yankees furent complètement surpris !!
Des Français qui contre attaquent ?! Avec des chars ?!
Le tirs s'engagèrent presque uniquement du côté français mais les ricains réagirent vite . Les deux FT 17 furent neutralisés par les soldats US mais les autres blindés plus modernes que ces antiquités causèrent quelques dommages notamment sur les Half-track . Des R35 et un S 35 furent réduits au silence et les Shermans ainsi que les Stuart fraichement débarqués engagèrent le combat . Les stuart étaient équivalents au R35 et les Shermans aux Somua mais les B1 Bis restaient sans égaux . Mais le nombre vient jouer la différence : a 5 contre un les français furent vite neutralisés mais un petit groupe composé du B1 Bis " Vendée " du LTT St Paul et de deux R 35 chargea droit vers un groupement de matériel US !! Les R 35 furent détruits rapidement mais le " Big B One " ne fut qu'endommagé . Une chenille détruite et la tourelle bloquée , il réussit néanmoins a tirer trois obus de 75 mm vers le matos US . Mais le " Vendée " explosa quelques secondes après avoir détruit cet amas de ferraille ...

Le CDT Tavernie baissa les yeux en entendant de nouveau le silence . Il ordonna a la troisième batterie de 155 de tirer trois coup en l'honneur du Groupement Saint Paul , sacrifié pour la France ...

Des chasseurs français dont des D 520 prirent l'air au dessous d'Oran ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Mar 9 Juin - 14:52

La défense d'Oran n'allait pas être une partie de rigolade. Les français de Vichy étaient plutôt fanatique, mais, de toute façon, il fallait bien se rendre à l'évidence : les troupes US étaient plus nombreuses et mieux équipés.
Les soldats montaient dans des Halfs-Tracks M3, armés de mitrailleuses. Devant Merc, un soldat avec une radio obtenait un rapport avant de déclarer au reste du groupe :
- Le débarquement sur la zone X ce passe bien, tandis que celui de la zone Z reçoit une plus forte résistance. Pour le moment, tout est calme.
Soudain, un américain cria :
- Chars des fromages qui puent !
Les soldats hors du Halfs-Tracks se munirent de Bazooka tandis que dans les Halfs-Tracks, ont fermait les portes blindées et on se préparait à des jetés de grenades.
Les premiers Shermans et Stuarts débarqués ripostèrent tandis que les français perdaient leurs chars à une allure impressionnante. Mais un dernier char tua deux soldats et détruisit un groupement de quelques caisses de rations.
Ses rations devaient être ceux de la première ligne. La première ligne venait donc de perdre son garde-manger. Maintenant, ils devraient s'en trouver un, ou attendre les débarquements de matériel du soir. Mais, d'un coup, trois tir retentirent. Les soldats se cachèrent, mais rien n'arriva. Le soldat avec la radio à côté de Merc demanda un appui. Il reçut comme réponse l'envoi d'une escadron de chasseurs et le bombardement naval imminant.
Les troupes restèrent alors sur les plages, attendant que les éclaireurs donnent les coordonnées de frappes et des indications. Après une trentaine de inutes, les premiers tirs furent lancés et l'escadron survola les plages, en recherche de survivants ou d'avions ennemis. Les éclaireurs firent leur rapport : impossible de passer une ligne défensive. Ils devaient attendre le soir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 26

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Mer 10 Juin - 8:38

MJ

Les dommages a la force d'invasion furent bien plus conséquents que ce que pus voir Merc , en effet celui ci ne voyait pas de sa position l'étendue des dégâts causés par les français . Plusieurs Half-tracks ainsi que de l'armement plus ou moins important avait été détruit ou endommagé a divers degrés .

Le ciel se remplit d'avions et de minuscules nuage noirs venant du feu de la DCA . Les chasseurs français furent pris a partit par les P 40 américains . Plusieurs appareils des deux camps tombèrent et un MS 406 français tomba en flamme prêt de Merc .
Les français se battaient courageusement mais les américains prient le déçu et bientôt les avions des deux camps se retirèrent eyant tous subis des pertes et étant a cours de munitions .

La flotte se préparait a un bombardement naval lorsque la plupart des navires s'éloignèrent a vive allure des côtes en zigzaguant !! Les destroyers filèrent droit vers l'Est : surement des submersibles de l'Axe qui venait retarder le débarquement de matériel Allié .
Un croiseur fut touché par une torpille mais rien de très grâve , il se retira vers Gibraltar en compagnie des navires de débarquement vides .

Merc devrait donc mener l'assaut a la dure !! A armes égales avec les français mais avec l'avantage du nombre , avantage relatif du fait que les frenchies tenaient fermement la Ligne Tavernie ...


HJ : Un peut d'équité ca fait pas mal , j'aime pas les victoire faciles Twisted Evil

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Ven 12 Juin - 16:40

(HJ : Tu me facilite pas la tâche ^^)

Le combat entre les avions français et américains fut sanglant. Les avions tombaient très vite, mais, bientôt, ils s'en allèrent, battant en retraite. Un avion français tomba peu loin de Merc. Après s'être abrité pour éviter les débris, il accourut, arme braqué devant, pour voir si le pilote avait survécu. La carcasse fumante et en feu lui prouva que non. Il inspecta l'avion français, quelques minutes, avant qu'un soldat américain déclare :
- Nos avions et les leurs battent en retraite !
Ils braquèrent tous leurs armes pour tirer sur les avions français, mais, d'un signe de main, Merc leur fit signe que non, car il ne fallait pas gaspiller de munitions.
Un mauvais pressentiment de sa part arriva et se déclara peu de temps après. En effet, car les navires stoppèrent le bombardement, et s'en allèrent en zigzaguant.
Un croiseur fut touché, puis Merc déclara :
- Merde ! Un sous-marin ! Sûrement schleu !
Il regarda les autres soldats présent, puis déclara :
- Mais ? Où est passé le capitaine ?
On entendit quelques coups de feu venant de l'Est. Merc s'y dirigea en vitesse et fit des français amenant le capitaine, assommé.
Merde merde merde !
Ne tirer pas, on risque de le toucher ! Putain, il l'ont eut ! Là, on est vraiment dans la merde ! Bon, y a un officier supérieur à mon grade, sachant que je suis sergent ?

Personne ne se désigna comme plus gradé
Sur 30 soldats, y a pas un qui est plus gradé que moi ?
Personne ne répondit, laissant un cour silence
Putain de merde ! Et là, j'le pense vraiment. Bon, alors, on va récapituler : les frenchies ont une ligne qui est à mi-infranchissable. Nous, on est une trentaine, le reste s'est dissipé pour aider les forces sur certain morceau de plages (il regarda sa montre). Il est 17 heures. Si on attaque de nuit, on pourra leurs faire mal. Mais, là encore, il faudra bien choisir notre type d'attaque. Sachant qu'une attaque de front n'est pas la meilleure option...
Bon, construisez quelques défenses dans le sable, installer-y des mitrailleuses et quelques Bazooka à portée de main, et cacher le matériel. On va faire une garde toutes les heures. Il faudra dix gars pour faire une garde.
Coupez aussi du bois pour les abris. On va se servir de cette "position" de fortune qu'on va créer comme poste de commandement. Le soldat avec la radio restera à portée de moi. Compris ? Alors, allez-y !

Les soldats se munirent de pelles et de haches pour construire une petite position de fortune.
Cette position fut finie en une heure. Contre une falaise, devant une pente qui sert de seul point d'accès aux français pour attaquer. Le centre est un petit emplacement avec des "murs de sable", hauts, avec des branches grosses et solides de bois pour tenir le sable. Cet emplacement est le "PC", ou coeur de la position. Ensuite, il y a quatre emplacement plus grand, avec du bois comme plancher. Ses emplacements étaient les "dortoirs". Enfin, il y a avait une sorte de mur de sable, de cailloux et de bois, assez haut pour laisser un homme se coucher sans qu'on le voye. De la taule repris sur les chars et les avions est aussi installé pour ce mur. Dessus est installé des mitrailleuses.
Toute cette position de fortune est recouverte par un filet de camouflage récupéré dans le matériel, avec des poteaux de bois pour le maintenir.
Après avoir installé cette position, les hommes installèrent le matériel, des sacs de couchage, des armes et des munitions à procimité de chaque soldat. Le matériel était installé dans le coeur, bien défendu.

Même après la construction de la position, les gardes travaillaient encore. Deux gardes se releyaient pour faire un abri anti-aérien de sable, pierre et bois, sous terre, mais avec une entrée et sortie dans la position et de quoi tirer sur les ennemis approchant.
Enfin, vers minuit, tous les soldats se réveillèrent, et se préparèrent à l'attaque. Ils montèrent le matériel dans les deux derniers Halfs-Tracks et démontèrent le filet de camouflage qu'ils rangèrent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 26

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Ven 12 Juin - 18:43

MJ

Merc eu la chance de constater que des débris d'unités US arrivèrent . En tout , ils étaient maintenant une cinquantaine et le plus gradé après Merc était un caporal ...
La radio cracha

Black One , ici Able Four , nos mortiers sont en place , prets a donner de quoi manger aux français !! Les obusiers seront prets dans une heure . A vous

Black One pour Able Four , bien reçu . Aucune action n'est prévue cette nuit , mais restez sur écoute au cas où certains de nos hommes aient des idées héroïques ...

Un homme sortit de la nuit et il fut mit en joue par les Yankees . Il s'agissait de Demarco : un agent US envoyé dans les lignes françaises . Il alla voir Merc pour faire un point .

Bonsoir Sergent ! Bon voici le topo : les frenchies sont bien accrochés mais ils ont deux failles : l'une est une embuscade bourrée de mines , l'autre est un secteur mal défendu . A vrai dire , il est comme les autres mais il est défendu par des civils volontaire de dernière minute . Ca m'étonnerai qu'ils se battent aussi bien que des soldats de métier . Cela dit , des troupes régulières sont cantonnées plus en profondeur dans les lignes . Et ils ont du bon matos et surtout , beaucoup de munitions .

La lune fut couverte par les nuages mettant toute la zone dans la pénombre ...
Un des Half-track venait d'être équipé d'un pare-buffle improvisé tandis que l'autre était le théâtre de l'art d'un GI qui peignait une pin'up sur le capot ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Sam 13 Juin - 11:36

La radio avait craché un message, mais Merc n'avait eu le temps de répondre quand, un agent US arriva. Les hommes qui défendaient la position le mirent en joue, mais, il montra son uniforme américain. Il expliqua la situation à Merc, qui, après avoir attentivement écouté, demanda au soldat avec la radio de venir. Il régla la fréquence sur "Contrôle Artillerie".
Ici détachement Alpha de la compagnie Y. On aurait besoin de fromage pour les vaches ! Vignes devant ! A vous Contrôle Artillerie
[traduction du message : On aurait besoin d'un bombardement sur les français ! Ligne française devant !]
- Ici contrôle Artillerie. Message reçu et compris 5 sur 5 ! On vous envoye du fromage sur la vigne. Retombé de lait imminent.
C'est Able Four qui prend le relai !

[traduction : On bombarde la ligne française dans quelques instants. Faîtes gaffes aux obus !]
Après cette courte communication, les américains se préparèrent à attaquer la Ligne. Un plan d'attaque fut consistué :
Bon. Il me faut un tireur d'élite qui monte sur la faaise. D'après les éclaireurs, un gros rocher pourrait empêcher les français de le tuer. Bon, ensuite, on va installer les Halfs-Tracks et les camouflés de façon à pouvoir canarder les français. Ensuite, on va créer plusieurs groupes. Un premier attaquera la faille n°1 : celle avec les mines. Il faudra obliger les français à foncer sur les mines. Un autre groupe attaquera la faille n°2 : le secteur mal défendu. Enfin un dernier groupe carnadera les français avec leurs armes et un maximum de grenades. Compris ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 26

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Dim 14 Juin - 16:38

MJ

Les soldats US acquiescèrent et rompirent les rangs .
Une fois tout le monde embarqué , les véhicules se mirent en route . Commença alors un déluge de feu de la part de l'artillerie US .

Couverts par le bruit et par la surprise , les éléments attaquants avancèrent sans encombres mais il furent accueillis a une centaine de mètres des lignes par un couple de mitrailleuses embusqués . Les hommes du groupe 1 n'avaient eux aucune chance d'accomplir leur mission : envoyer ses propres troupes sur ses propres mines !! Même les italiens ne sont pas aussi stupides ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Mer 17 Juin - 9:08

Merc n'avait peut être pas assez réfléchit. Fatigué, il avait donné des ordres peu être trop vite car un problème survena. Le groupe 1 était bloqué, et les français ne pouvaient aller sur leurs mines. L'artillerie US pillonait les canons français, mais, les mines étaient bien intactes et il était impossible de les bombarder. Merc était avec le groupe 2, qui attaquait le secteur mal défendu, quand le soldat avec la radio le rejoigna pour lui dire :
- Le groupe 1 est bloqué. Vous avez mal réfléchit : il est impossible d'obliger les français à passer leur propre champs de mines !
- Merde, Merde et Merde ! Bon..., dîtes leur de... euh... de lancer un leurre ou quelques grenades sur les mines pour faire un passage. Du moins, essayer. Sinon, qu'ils attendent l'arrivée des renforts, et dîtes aux Halfs-Tracks de concentrer leurs tirs à l'arrière du champ de mines. Nous, on va se magner...
Le soldat avec la lourde et grosse radio fit un signe de sa tête. Il avait compris.
Les français carnardaient le groupe de Merc, quand un Américain lança une grenade. La détonation fit exploser la position des mitrailleuses. Plus de bruit... Trop calme...
Un homme se désigna pour y aller. Personne ne tira. Les autres suivirent. Enfin, il arrivèrent au dernier point français de la brèche. Un bunker. Avec une grenade, il n'y avait plus personne de français. Les soldats se placèrent en défense pour éviter que les français ne referment la brèche tandis que le 3ème groupe arriva pour aider de l'arrière le groupe 1...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 26

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Mer 17 Juin - 9:49

MJ

Les américains avaient subis quelques pertes , celles ci devinrent plus importantes lorsque des éléments français contre attaquèrent . La position fut gardée par les américains , de justesse .
La radio grésilla .

Les mines sont trop bien enterrés , on ne peut ... Jyth !! Derrière toi !! ... Débordés !!

Des tirs furent entendus a la radio . Pendant ce temps , le soldat proche de Merc s'effondra , une balle dans la tête ...

Les half-track de leur côté avaient entreprit d'avancer couvrir Merc et ses troupes . Le groupe 1 condamné , l'artillerie intensifia sont feu sur son homologue française car celle ci entamait un tir de contre-batterie efficace . Quelques canons US furent réduits au silence mais les français subissaient des pertes équivalentes . Heureusement , un couple de M3 Stuart engagea les lignes de Vichy . Ils passèrent en faisant assé d'effet pour concentrer le feu des la quasi totalité des canons anti-chars français . L'un des Yankee succomba et l'autre s'enfuit ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Ven 19 Juin - 13:31

Le groupe 1 avait perdu la moitié de ses hommes. Les derniers se retranchèrent vers des murets de pierre haut de 1,20cm avant de tirer avec leurs derniers chargeurs sur les Français. Pendant ce temps, les deux autres groupes se préparèrent à attaquer les positions durement défendues des français. Le groupe 2 se préparait à prendre les positions de l'artillerie, qui était en hauteur, tandis que le groupe 3 se préparait à prendre à revers les troupes français canardant le groupe 1. Le concept était simple : les positions sont séparés par des "couloirs" constitués de murets. Les soldats US devait passer entre pour atteindre les deux positions de mitrailleuses françaises.

Après un petit briefing de Merc, ils acquittèrent et se rendirent dans le "couloir" entre les dernières positions et celles déjà prise.
3/4 de la Ligne était pris. Les canons US tiraient maintenant sur les quelques positions restantes, car les trois derniers canons se trouvait sur cette hauteur et étaient difficile à prendre.

Le groupe 2 continua sa route, lentement, tuant quelques français aux passages. Accroupi, ils avançaient pour que les sanglantes mitrailleuses ne leurs tirent pas dessus. Enfin, les canons étaient à portées de vue. Il était temps d'en finir. Merc balança une grenade avant de courir avec les autres pour monter. L'explosion tua quelques français et les derniers furent achevés à la baïonette...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 26

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Sam 20 Juin - 15:37

MJ

Les français restant des les lignes se retirèrent dans Oran , en emportant tout le matériel qu'ils pouvaient . Il finirent le travail convenablement tout de même : les derniers obus de 155 furent envoyés sur le groupe 1 ...
Une fois les français dans la ville . Le groupe 1 rejoint les éléments US ...
67 % de pertes !! Les quelques prisonniers de Vichy annoncèrent que des renforts venant du nord arriveraient dans deux jours . Il fallait donc faire vite !!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Dim 21 Juin - 11:14

Il était maintenant trois heures du matin. Les troupes avaient pris la ligne, et la route d'Oman étaitt ouverte. Un message radio de la compagnie de Merc aux autres compagnies fut envoyé, mais il était brouillé parceque friture sur la ligne :
- Route Oman... Ouvert... Attaquez... Rapid... Français.... arriv... dans... de... jours... dépê...dépêchez... je répète... franç... arriv... ... ... ... deux... jours... Termin...
Les soldats firent ensuite leurs rapport. Plus de la moitié des hommes du groupe 1 mort, deux autres du groupe 2, et trois blessés. Trois canons US détruits (rapport radio), mais un canon de 155mm français récuperé avec douze obus. De quoi faire un peu peur aux français.
Une bonne nouvelle arriva : de nouvelles troupes commençaient à débarquer et Oman était encerclé. Les deux régiments Britanniques fermaient le cercle de siège d'Oman, arrivant par les dernières voies de communications. L'aviation allait bombarder la ville et des frégates anti sous-marins étaient là. Le bombardement naval recommença et quelques compagnies se rapprochèrent de celle de Merc. Plus qu'à retrouver le capitaine... et en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 26

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Dim 21 Juin - 12:09

MJ

Le 155 capturé était un atout dans le jeu US , mais les artilleurs Yankees sauraient ils le faire marcher convenablement ?
Les frenchies étaient bien accrochés a leur position lorsque celle ci fut pris a partit par l'artillerie navale et les bombes aériennes ...
C'est affaiblis mais déterminés que les français hissèrent le drapeau tricolore sur le plus haut bâtiment de la ville , il fut donc vue par la plupart des soldats des deux camps ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Dim 21 Juin - 16:16

La prise d'Oran n'était pas fini. Elle venait à peine de commencer. Mais, pendant une demi-heure, on aurait dit que les deux camps en avait marre. Plus personne ne tirait sur les autres, les canons se taisaient, pour une fois. Les artilleurs se posèrent la question de comment faire marcher le gros canon de 150mm français, tandis que des canons, des troupes et des véhicules arrivaient en grand nombre. La brèche étant ouverte, les troupes US devaient très vite y passer pour envahir le reste de la ville. De sanglant combat allaient sûrement se passer.
Au loin, dans les mers, les navires de guerre revenait.
Les français aurait bientôt des renforts, mais, il fallait empêcher cet évènement. Le temps était compté. Après avoir fait un bref rapport à un officier supérieur par radio, Merc rejoignis les autres pour leur dire :
Bon, j'ai des mauvaises nouvelles et deux bonnes : les deux régiments anglais ont pris les lignes de transport frenchies du Sud. Oran est encerclé maintenant et on est pas près de lâcher les froggies. L'autre bonne nouvelle est que des North American B-25 Mitchell, des bombardiers, vous être envoyés.
Mais, il y a un problème : les fromages qui puent ont une position antiaérienne avec des Hotchkiss Mle 1914 et des canons antiaériens de canon de 75 mm Mle 1936. C'est du matos lourd et ils défendent bien Oran. Donc, on va devoir se salir les mains et prendre cette position. Mais, là, ça se complique : cette position est en haut d'un immeuble de trois étages bourrés de soldats et d'armes qui donnent un accès difficile. Et quelques Somua S-35. L'artillerie peut pas les avoir, donc le commandement nous a trouvé un plan : l'artillerie et d'autres gars feront une diversion tandis que nous, on ira prendre un garage abandonné qui sert d'abri pour quatre Panhard AMD 178. J'ai besoin de 8 hommes. On devra escorter les tankistes jusqu'aux véhicules et monter dedans avec eux. Et comme on est douze et qu'il y a douze tankistes frenchies, on les tuera et on récupérera leurs tenues et leurs armes, mais nous dissimulerons nos armes. Bon, huit volontaires pour la mission...

Huit hommes levèrent la main. Merc leurs fit signe de les suivre, puis, ils s'en allèrent dans le noir profond. Soudain, le drapeau français fut à portée de vue et flottait dans les airs. Merc le regarda un instant, puis exprima un peu de dégoût. John lui demanda pourquoi, et Merc lui répondit :
Mon père a combattu les français pendant la première guerre mondiale. Il a reçut une balle dans l'épaule, et a été fortement gazé. Il a reçu les médailles de courages et d'honneur, mais, quand mes parents on quittés l'Allemagne, ils ont voulu allez en France. Hors, on a les refusés car mon père avait tué des français et avait participé à la guerre. Ils allèrent donc aux Etats-Unis qui les acceptèrent. Je haïs les français depuis ce jour, et je les nomme des pires insultes possibles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 26

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   Ven 26 Juin - 9:56

MJ

Malgré les forces débarqués , elle n'eurent aucune utilité . En effet , le chef des forces françaises présentes annonça aux hauts parleurs de la ville qu'il se ralliait aux FFL . Les forces françaises présentes venaient de passé du côté des Alliés . Mais un petit contigent resta fidèle a Vichy et fuit avec quelques vehicules , dont des chars , vers l'Est .
Quelques heures plus tard , Merc reçu l'ordre du QG de poursuivre les français renégats avec le 33 ème Bataillon d'infanterie britannique et des éléments blindés US présents sur place ...


HRP : Créé un nouveau poste nommé " Guerre du désert " pour continuer si tu le veux ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Débarquement à Oran.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Débarquement à Oran.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les 95 ans du débarquement américain en Haïti
» Une ballade entre amis [PV Kara Oran]
» petit depot de la Legion a Oran (Algerie)
» Éoran Néo - finis
» Morkava Mk1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seconde Guerre Mondiale :: RP :: autre zone de combats :: Afrique-
Sauter vers: