Seconde Guerre Mondiale

Rejoins les forces Alliées ou les forces de l'Axes et combat l'adversité dans une vaste guerre pour la domination du monde!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Partisans!

Aller en bas 
AuteurMessage
Hans Keller
Gefreiter
Gefreiter
avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Partisans!   Lun 24 Aoû - 17:02

Une botte foulant la poussière. Une autre provoquant le décollage d’un petit nuage de poudre. Des dizaines d’autres tassant la terre, suivit de l’écrasement provoqué par le passage d’une masse métallique.
Quelques dizaines d’hommes accompagnaient trois pzkpw IV ausf D. Ils formaient l’avant-garde de la Panzergrenadier-Regiment 394 et les chars de la IIIe Panzerdivision.

L’armée dont faisait partie Hans, se déplaçait sur la route de terre reliant Piriatine à Mirgorod à l’est de Kiev. Une vaste steppe s’étendait partout alentour, parsemé de quelques bois et forêts lointaines.
Si ce n’est le bruit de la marche et des machines des Panzers, nul bruit ne perturbait l’avancée. Les hommes gardaient le silence et les quelques gazouillements d’oiseaux ne parvenaient pas à couvrir le vrombissement continu.

Il faisait beau cette journée. Une après midi d’automne où la température était encore correcte bien que commençant à se rafraîchir.
Hans Keller marchait à la droite d’un Panzer IV qui roulait au pas. Quelques hommes étaient montés dessus pour se reposer.

Hans avançait machinalement, les yeux dans le vague. Il réfléchissait à la nécessité de cette guerre contre les rouges. Bien sur au début il n’avait même pas pensé une seconde que ça pouvait être une mauvaise idée, au contraire, le Reich allemand avait besoin de place et de vastes greniers dont pouvaient fournir les terres soviétiques. Malgré l’avancée triomphante dont jouissait la Wehrmacht, il était inutile de ne pas se rendre compte que les Ivans ne se laissaient envahir docilement. Sur chaque terrain conquis, en arrière de chaque front, des milliers de partisans se révoltaient, menant des opérations de guérilla. Hans commençait à se dire que cette invasion était arrivée trop tôt. Oh ! bien sur il était nécessaire de purger l’URSS de ce bolchévisme décadent et de former un état plus proche de l’idéologie du Reich (après avoir récupéré les terres intéressantes). Mais il ne pensait pas que le moment était encore venu.
Après tout la guerre à l’ouest n’était pas totalement terminée. Les anglais narguaient toujours l’Allemagne sur leur île. Il aurait fallu les raser eux aussi et leur apprendre les vraies manières. Hans n’avait jamais combattu contre l’Angleterre et ne connaissait du front que les rapports d’ami ou des informations qui circulaient. Mais il se demandait pourquoi aucun débarquement n’avait été tenté. La Wehrmacht aurait tôt fait de faire plier les anglais sur leur sol, il n’en fait aucun doute. Comme en France, ils auraient atteint la capitale depuis la mer du nord en quelques semaines voir moins ! En fait, pour gagner la guerre il aurait fallu…
« Une cigarette ?
Hans sorti de sa pensée brutalement et se tourna à sa droite où Küning lui tendait une cigarette.
- Danke. Hans pris la cigarette et Küning l’alluma.
- Tu sais, commença Küning en fumant sa propre cigarette, je me demande si au nord ils arriveront bientôt à Moscou.
- Sais pas. C’est affaire de semaines…Comme toujours. Assura Hans.
- Et après ?
- Quoi après ?
- Et bien on va aller où ? Pas jusqu’en Sibérie quand même !
Hans pris le temps d’aspirer une bouchée.
- Quoi Küning t’es trop bête pour connaître les plans d’Hitler ?
- Ben…
- C’est simple. On envahi les territoires Russes, on arrive à Moscou, on libère la population du Bolchévisme et de Staline. Crois moi que les russes sont tout autant malheureux sous Staline. Nous on arrive en espérant une révolution. On place un gouvernement fantoche et on prend ce qu’on veut pour le Reich. Tout en disant cela, Hans espérait dire vrai. Est-ce que cela allait vraiment se passer ainsi ? La population accueillait elle les allemands en sauveurs ? Il commençait à en douter.

Devant lui, un homme tomba, fauché au ventre, après un claquement caractéristique.
Le coup fut suivit du caquètement d’une mitrailleuse. Plusieurs hommes tombèrent. Ceux installé sur les Panzers sautaient au sol pour se mettre en position.
- PARTISANS !! Le cri était lancé par un officier.
Hans était abrité par le Panzer apparemment. Les coups venaient de la gauche. Les Panzers IV stoppèrent puis pivotèrent. Hans jeta un œil vers la cible.
Sur la gauche du chemin, une lisière de forêt servait de couvert aux partisans. Le terrain montait légèrement sur une centaine de mètres pour y arriver. Un lieu parfait pour prendre la route en embuscade.
- Donnerwetter! jura Hans.
L’avant-garde de la division devait trouver le moyen d’éteindre cette menace. Les partisans eux ne devait pas excéder quelques dizaines d’hommes mal équipés. Le tout était d'arriver à les atteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Igor Lishinsky
recrue
recrue
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 26/03/2009

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Partisans!   Mar 25 Aoû - 12:54

Jolie tir, Nikolai!

Le Barman, avec son Mosin Nagant, avait fait carrément éclater la cage thoracique d'un Allemand. Il avait visé juste. Kristic préparais le détonnateur pour les explosifs, parachuté la veille par les British. Il avais l'air d'avoir la situation en main. Les 2 Vlads vidait les chargeurs de leurs PPSH-41 sur les allemands. Quand a Igor, il libérais une tempête de balles sur les Nazis avec son MG39.

Tout ces hommes était des vétérans endurcis par la guerre et la révolution. nexe a celui

3 Allemands essayais de monter dans un Panzers, mais ils furent automatiquement fauché par une dizaines de balles. Igor en tua 2 autres, arracha une jambe, et en blessa un autre. Un autre groupe de partisans, créé en même temp que celui d'Igor, possédait le double d'hommes et était un peu plus haut. Il perdais plusieurs hommes. C'était certain, ils ne résisterons pas longtemp si les Panzers était fonctionnels. C'était le travail de Kristic. Igor tira un autre Allemand, et son chargeur était vide. Il aurais pu en tuer plus, mais le voyage jusqu'en pologne a été long, et il avait du mal a visé juste. Aparament, son compagnon de droite n'avais pas ce problème: plein de cadavres allemand avait qu'un trou, en pleine tête. Les Vlads n'était utiles qu'a donner d'autres cibles aux Allemands, et Kristic avait encore de la misère a activer les explosifs.


Kristic! Fait sauter ces chars!

J'essaie, mais un fil est mal branché je crois. lui cria-t-il.

La-bas, en bas?

Ouais!


Sans hésiter, il lacha sa mitrailleuse, pris son propre PPSH, et sauta a la position des Vlads.

Tu veux qu'ont y aille, Igor?, demanda Vladimir, le plus jeune du groupe.

Non, vous ferez tout foirer! Rester planqué, et couvrez-moi.

Il sauta par-dessus le fossé qui protégais les Vlads, et courru s'appuyer contr un panzer. Les explosifs était de l'autre coté, masi les allemands aussis. Il était presques tout a couvert, sauf quelques Rafales de MP40 et des balles de 98k a l'occasion. Igor n'aurais pas le coix: Il devra ramper entre les jambes des allemands, en faisant des mouvement très lents, et sans se faire voirs, ce serasi la tâche la plus facile avec sa tenue de camouflage, ont pourrais le confondre avec l'herbe très haute du sol. Il s'exécuta donc: Mis son capuchon et se jeta a terre. il rampa doucement... Un Allemand était a même pas 1 mètre de lui. Il rampa un mètre. L'SAllemand était a au moin 1 Décimètre. Un ètre de plus et il arrivais. Il s'exécuta, et toucha du coude la cheville de l'allemand. Igor se cloua au sol et cessa de respirer. L'allemand l'avait-il remarqué?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Keller
Gefreiter
Gefreiter
avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Partisans!   Mar 25 Aoû - 17:21

Hans entendit les ordres de l'Hauptman qui criait du haut d'une tourelle de Panzer avant de s'enfoncer à l'intérieur. Il dut également contacter les Panzers par radio car ceux ci s'ébranlèrent ensemble.
Deux groupes de 7 hommes s'écartait du centre des combats et s'installèrent tant bien que mal à 30m de part et d'autres. Ils y déployèrent chacun une MG34 et commencèrent à cribler la zone d'un feu croisé vers la forêt. Les balles rasantes sifflaient au dessus des herbes.
Les hommes étaient placé dans le fossé pas très profond en bord de route s'en servant tant bien que mal d'abris.

Les 3 Panzers IV s'avancèrent en position serrée vers la forêt, fournissant un bouclier blindé à l'infanterie qui suivait. Personne ne semblait avoir remarqué le partisan qui se retrouvait à présent en arrière des allemands qui chargeaient.
Hans était derrière celui du centre et vidait son chargeur de MP40 sur les partisans dont il commençait à entrevoir les positions.

Les Panzers tirèrent à leur tour avec leur mitrailleuses et détruisirent les éléments servant d'abris avec leur canons.
Les fantassins restés dans le fossé continuaient à fournir un appuie à la force en progression.

La distance séparant l'avant garde de la division avec les partisans diminuait rapidement.

Arrivée à moins de 20m de la forêt, des partisans affolé s'enfuirent vers l'intérieur des arbres. Sortant de leurs abris, aussi faibles soient-ils, ils se faisaient faucher par les mitrailleuses allemandes.

Arrivée à quelques mètres des bois, les Panzers stoppèrent et l'infanterie se rua sur la position des partisans.
A ce moment, déjà plus de la moitié avaient été tué, et un quart prenait la fuite. Les autres tentaient vainement de continuer à tirer sur les allemands pour faire encore un peu plus de morts. Une partie fonça vers la position placé un peu plus haut dans la forêt, progressant d’arbre en arbre.

Hans entra dans les bois et sauta au dessus d'un cadavre. Il vit les trous de souris creusé hâtivement. Il vida son chargeur dans le dos de fuyards qui écroulèrent en roulant sur le sol.
Il parti ensuite sur la gauche pour explorer la ligne et finir le travail. On tira vers lui, Hans sauta au sol. A quelques mètres devant, un trou abritait plusieurs partisans. Il saisi une grenade et la balança en plein dedans. De la terre, de la fumée et des shrapnells emplirent l’air, puis le silence. Il se releva et alla voir le trou. 3 cadavres mutilés étiraient leur tripes sur le sol labouré. Il se détourna et regarda plus loin. Apparemment, il n’y avait plus personne ensuite.

Les coups commençaient à se raréfier. Hans revint sur ces pas et croisa un agonisant dans un autre trou. Il tira quelques balles et les plaintes cessèrent. Les panzergrenadiers ratissait la zone pour achever les survivants.
Hans entendis du bruit sur sa gauche et se retourna vivement. Cela venait de derrière des buissons. Il se hata vers le point et vit un partisan tenter de s’enfuir. Celui-ci trébucha sur une souche et tomba. Hans leva sa Schmeisser vers le jeune homme qui devait avoir 18 ans à peine.
- Niet! Niet!
Hans retint le coup, s’approcha et lui fit signe de se lever. Le jeune partisan se redressa et regarda avec appréhension la mitraillette. Hans fit signe avec le canon de se diriger vers l’orée de la forêt.

Les 3 Panzers attendaient sagement, moteur allumé prêt à repartir. Le bois était à nouveau calme et on comptait les morts et blessés.
Hans Keller sorti de la forêt, mitraillette braquée sur le partisan qui avançait devant mains levées.
L’Hauptmann le vit arriver.
- Gefreiter! Qu’Est-ce que vous vous encombrez avec ça?
- Herr Hauptmann, j’ai pensé que vous pourriez l’interroger sur les activités des partisans de la région. Ceci facilitera les opérations de nettoyage et permettra d’avancer plus rapidement.
- Je n’ai pas besoin de vos conseils Gefreiter! Mais maintenant qu’il est là, nous allons en profiter…

Le jeune partisan ne comprenant rien, avait l’air effrayé et tremblait de tout ces membres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Keller
Gefreiter
Gefreiter
avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Partisans!   Ven 28 Aoû - 16:52

- Urtzig ! Kommst hier !

Un soldat approcha en courant vers l’Hauptmann.
- Herr Hauptmann ?
- C’est bien toi qui parles l’Ukrainien ?
- Ein bisschen Herr Hauptmann.
- Gut. Tu vas traduire tout ce que je vais demander à ce partisan.

Hans Keller gardait le partisan sous contrôle de sa Schmeisser.
L’Hauptmann jugea quelques instants le jeune homme à genou.
- Demandes lui combien ils étaient ?
Le soldat servant de traducteur s’efforça de traduire la phrase. L’ukrainien répondit rapidement un mot incompréhensible.
- 46 Herr Hauptmann.
Celui-ci se tourna vers un autre soldat qui comprit ce qu’on lui voulait.
- Nous avons dénombré 35 cadavres ce qui fait qu’une dizaine à du réussir à s’enfuir.
L’Hauptmann se retourna vers le traducteur.
- Sous les ordres de qui était il ? Combien de partisans dans la région en direction de Mirgorod ?
Nouvel échange incompréhensible, l’allemand hésitant sur quelques mots.
- Apparemment son frère dirigeait le groupe qui nous a attaqué. Il est mort. Quant à l’activité partisane du secteur, si j’ai bien compris son baragouinage, en gros il dit qu’il n’est pas au courant de ce genre de chose. Il estime à plusieurs centaines éparpillées en plusieurs groupes.
- Ont-ils eu des contacts récemment avec l’armée soviétique ?
- Il dit qu’il n’en sait rien, il ne faisait que suivre son frère. Il n’était même pas autorisé à l’accompagner aujourd’hui mais il a insisté, répondit le traducteur après un échange.
- Bien on en tirera rien d’autre. Tout le monde se prépare en vitesse on repart !
- Et lui ? demanda Hans Keller.
- Et bien Gefreiter? Vous voulez le garder en souvenir? On en a plus besoin. Débarrassez moi de ça.

Hans fit claquer le chargeur de sa MP40 et se plaça devant le partisan, tandis que l’Hauptmann grimpait sur son Panzer. Le jeune homme à genou paniqua, des gouttes de sueurs perlèrent sur son front. Il était tétanisé.
- Niet ! Niet !!
TARATACTAC.
Hans abattit froidement le partisan qui s’effondra en arrière. Il fit demi-tour et chercha du regard Küning. Il le vit en train de se gratter le nez, il avait survécu cet imbécile. Il alla le rejoindre et reprirent la marche aux cotés des Panzers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Igor Lishinsky
recrue
recrue
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 26/03/2009

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Partisans!   Mar 1 Sep - 19:38

Personne ne l'avais remarqué, mais Igor laissa quand même tomber sa besogne. De toute façon, les Allemands avait l'avantage, les panzers avait dépassé les explosifs, et un bref coup d'oeil avait montré que ses hommes avait quitté leurs poste, et devait être au point de raliement. Il vérifia autour, et l'absence d'Allemand a proximité l'encouragea a sortir de son trou. Il couru jusqu'a la position prédestinée. Il trouva Nikolai, Vladislav, Kristic. Aucune trace de Vladimir.

Vladislav! Ou est ton frère?

Sûrement mort, et ça, c'est de votre faute! Pourquoi il a fallu que je lui fasse boire de l'alcool le même soir oèu vous avez dictez votre plan! Je savais qu'il embarquerais, ont était tous partant! Je savais...

Écoute. Je sais que c'est cliché, mais c'est vrai: Ton frère savais dans quoi il embarquais. Ont le savais tous. Mais dit-moi: Tu lui a dit ce qu'il fallait dire s'il se faisait capturer?

Oui...


Donc ils vont chercher pour des groupes d'une cinquantaine de personne. Je n'ai pas fait sauter les explosifs, alors nous devrions les récupérer avant de partir.

il se tourna vers Vladislav.


Et fouiller les corps. Il y a des chances que Vladimir n"y sois pas.

Lorsque tout le monde fut a quelques mètres d'avance, Igor dégusta quelques gouttes de vodka...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Keller
Gefreiter
Gefreiter
avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Partisans!   Mer 16 Sep - 17:52

Hans était debout a une porte de la ville à monter la garde. Ils étaient à Kiev depuis quelques jours et allaient bientôt repartir.
Toute la matinée, Hans avait vu s'agiter les unités SS des Einzatsgruppe. Une gigantesque file de Juif passait devant Hans et montaient dans des camions vers une destination inconnue.
Certain soldat de gaussaient grassement en les voyant passer misérablement. Hommes, femmes, enfants...bébés... Tous s'entassaient dans les camions, pressé même de partir de Kiev, vers une destination où ils pourraient s'installer tranquille comme on leur avait dit.
La journée avançait et ça ne désemplissait pas. Les camions revenaient vides, pour repartir plein.

Hans Keller continua de monter la garde en observant les gens défiler et tentant de contrôler les éventuels écarts. Un calme étrange régnait malgré le monde qui passait. On n'entendait que les bruits des pas sur la route et les injures des SS, des soldats et des Ukrainiens. Hans cru percevoir faiblement une série de pétarade au loin portée par le vent, mais ne réussissant pas à le réentendre, il cru à une hallucination.

Ce n'est que le lendemain qu'il apprit que plus de 30 000 juifs avaient été abattu durant l'Action. Il repensa alors aux visages de cette foule... aux enfants...



Hans se réveilla en sursaut, sortant de ce mauvais rêve. Il dormait très mal, comme tout ses compères. Couché à même le sol dans une isba fracassé, il faisait terriblement froid. Ils s'étaient entassé il ne savait à combien dedans. Il vit la plupart des hommes dans un semi sommeil agité. Comment dormir de toute façon? Le froid traversait les vêtements, les poux créaient des démangeaisons permanente, dehors il pleuvait dru, et il savait que le lendemain serait encore une salle journée à pousser les camions dans la boue épaisse et collante de Russie.
Ils approchaient de Poltava, encore tenue par les Russes, mais le temps d'octobre était exécrable. Tout c'était ralenti d'un coup dès les premières pluies. Le moral était en baisse mais personne n'osait le dire. Il fallait avancer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Igor Lishinsky
recrue
recrue
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 26/03/2009

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Partisans!   Ven 18 Sep - 13:55

VLADIMIR!

Ce mot résonna dans toute la vallée, mais personne ici ne se souciais des Allemands. Pas maintenant, du moin. Igor couru vers Vladislav, plein d'espoir de revoir ce jeunot plein de vie. Mais c'est la vision d'un homme, tenant le corp pâle, sans vie, de son petit frère, qui s'offrait a lui. C'était la première fois qu'Igor voyais Vladislav pleurer. Son frère, c'était la seule famille qui lui restait. Mais lui, il n'en resterait pas là.

Vlad, je...

Ce dernier se leva en un bond, l'arme au poing, et se dirigeais vers les cadavres allemand, qu' ils avaient soigneusement empilée. C'est en criant que Vladislav vidait le chargeur en camembert du PPSh-41 de son frère. Nikolai et Kristic essayais en vaint de le raisonner, mais Igor, lui, savait ce que ça faisait. Il le laissa se défouler. C'est seulement une fois le chargeur vide qu'Igor intervena:

Vlad, je t'en prie, les Allemands vont entendre...

Alors qu'ils viennent! Qu'ils viennent, ces boches! Qu'ils voient ce que c'est soufrir ! Qu'ils viennent!

Et il s'écroula a genoux. Igor s'approcha de lui, doucement.

Ne t'en fait pas, ce ne sera pas inpunis.

Il lui tendit sa bouteille de Vodka.

Ce soir,dit-il en s'addressant au <<commando>>,Dormez. Vous aurez besoin de force pour demain. L'un de vous a déjà fait sauter des maisons?

De quoi tu parle?

Ont a plein de C2 qui n'attendent qu'a cracher leurs violence!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Partisans!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Partisans!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seconde Guerre Mondiale :: RP :: autre zone de combats :: Pologne-
Sauter vers: