Seconde Guerre Mondiale

Rejoins les forces Alliées ou les forces de l'Axes et combat l'adversité dans une vaste guerre pour la domination du monde!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Repos, bien mérité...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Repos, bien mérité...   Dim 30 Aoû - 17:55

Depuis cinq jours maintenant, les troupes de la compagnie Y avaient foulé le sol algérien. Ils allaient enfin prendre du repos, bien mérité. Les attaques de francs-tireurs des deux derniers jours les avaient mis sur le qui vive. Ils vont donc rejoindre une des bases installés près des plages.
Quelques halfs-tracks étaient venus les chercher. Après une longue heure, ils arrivèrent. Des véhicules et de l'artillerie débarquait.
Surêment direction le front, à 4 ou 5 kilomètres de là. La ville était toujours attaqué par des poches de francs-tireurs ou par l'artillerie adverse tentant de toucher les navires alliés. Ceux-çi répliquait selon les rapports radios de l'infanterie, tentant de faire au mieux. Certaines fois, ils opéraient des "tirs alliés" sans le vouloir, mais l'infanterie n'était pas à son meilleur moment lorsqu'ils se faisaient canarder de partout.
- On descend les gars !
Le véhicule de l'avant s'était arrêté. Bientôt, les autres suivèrent...
Les hommes étaient content. Ils purent déposer leurs armes, et se reposer dans un coin à l'ombre. Le soleil ne manquait pas, et beaucoup enlevaient leurs casques du fait d'un soleil dense.
Plus loin, une piste d'envol était présente, entre quelques barraquements. Le dépôt de carburant et celui de munitions était très près de l'enceinte de barbelés.
Les vieux fusils US M1917 posé, Merc posa son corps sur le sable. Les halfs tracks restèrent vers l'enceinte.
Les explosions étaient irrégulières. Elles se rapprochaient certaines fois de la base, puis elles allaient plus loin. Ils n'avaient pas encore touché l'eau, qui était pourtant très proche.
Plus loin, des médecins et des infirmiers soignaient des blessés. Ils y avaient peu de blessés, la plupart qui étaient là étaient des blessés graves, comme ceux qui avaient de gros éclats d'obus dans le corps, ou ceux auquel la jambe avait été arraché par une grenade allemande.
*Foutus bosch et ritals...
Vont pas nous laisser tranquille avec leurs artillerie de mes deux ?* pensa Merc en regardant les corps inertes ou non des morts et des blessés. Le bruit des blessés qui gémissent de douleur embêtait Merc. Et puis, les soldats entendirent le bruit d'avions. Par réflexes, ils se jetèrent sur leurs armes, puis ils visèrent les cieux bleus. Il n'y avait pas de nuage. D'en haut, on voyait une série de baliste qui délimitait la piste d'envol, puis des barraquements à la toiture bleu, et aux murs verts. Ensuite on pouvait voir des camions et des hals-tracks, puis deux gros dépôts gris : les dépôts de munitions et de carburants.
En fait, c'était des parachutistes de la 82e Aéroporté qui s'entrainaient pour leurs prochains saut. Le capitaine les prévint que c'étaient des américains. Tous baissèrent leurs armes et allèrent rejoindre leurs ancienne position de repos, à l'ombre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Repos, bien mérité...   Lun 14 Sep - 16:15

Alors que les parachutiste sautaient dans les cieux, un avion de chasse Fiat CR 42 Falco, avion biplan avec un seul pilote, arrivait de plus en plus vite. Le moteur Fiat A.74 RC38 de 840 chevaux déployait une puissance de vitesse incroyable. Il était très maniable. Ses deux mitrailleuses Breda SAFAT de 12,7mm crachèrent une série de balles qui virent toucher l'hélice gauche du premier avion de parachutiste. Elle brûla et déplouya une traînée de fumée noire derrière elle.
On pouvait voir une bombe de 150kg accroché en bas du biplan. Et il avançait droit sur le dépôt de munitions, à 70 mètres de Merc et d'autres soldats. Leurs fusils dans les mains, ils se levèrent et s'accroupirent. Puis ils brandirent leurs armes à l'unisson en direction des cieux, et tirèrent chacun une balle sur l'avion, soit vingts balles. Trois touchèrent l'aile du haut à gauche, une l'hélice, une autre passa à travers l'hélice et toucha le moteur et les dernières touchèrent l'aile du bas. Une traînée grise s'échappa alors du moteur. Mais le pilote n'était pas touché. Ils rechargèrent leurs armes et soulevèrent le levier, pour mettre une nouvelle balle dans la chambre de tir. Cependant plus loin, un des soldats monta à la tourelle d'un Half-Track et se servit de la Browning 1919A4...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Repos, bien mérité...   Mar 15 Sep - 14:44

Une rafale de la mitrailleuse toucha l'avion, qui s'en alla en vrille. Il s'écrasa à une centaine de mètres hors de la base, sur une butte. Malheureusement, elle était à la portée de l'artillerie italienne et de leurs tireurs d'élite. Une traînée noire s'échappait de l'épave pour rejoindre l'air. L'artillerie se servit de ça pour tirer tout près de l'épave. Ceux qui devraient allez voir si il n'y avait plus qu'un mort allaient s'en mordre les mains.
Pas de chance, le capitaine vint avec son arme voir ses hommes, pour leurs dire :
- Deuxième section, on part voir l'épave.
Une pause comblée par les visages désenparrés des soldats et les raillements, puis il repris :
- On va former quatres groupes. Les tireurs d'élite, vous formez le premier groupe.
Sergent Merc, vous prennez le contrôle du groupe numéro deux.
Moi, je part avec le groupe numéro trois. Le groupe numéro quatre partira avec les tireurs d'élites.
Il y a aura donc les quatres tireurs d'élites dans le premier groupe.
Les autres seront formés du reste, soit 20 soldats par groupes.
Le premier groupe se placera sur la butte de sable, à 30 mètres de l'épave, pour épauler le groupe numéro numéro deux qui ira analyser l'avion. Le groupe quatre devra opérer une diversion, à 200 mètres de l'épave. L'artillerie devra croire que nous ne voulons pas analyser l'épave mais attaquez. Mon groupe, nous serons la deuxième pièce importante de la diversion. Nous escorterons une pièce d'artillerie qui va contre-attaquer. Une fois que la pièce d'artillerie sera en place, les troupes auront un soutient.
Bon, nous partons de suite...
Ainsi, les hommes reprirent leurs armes et leurs casques, des grenades et des munitions.
L'analyse allait être corsé...
Très corsé, et il y aura surêment des morts et des blessés. Le moins possible serait le mieux pour Merc.
Ses hommes étaient tous des bleus, sauf un vétéran, un ami de la base du bled, auquel il était avant cette maudite guerre.
Plusieurs de ses amis étaient morts ou blessés...
Et lui, chanceux, n'avait eu qu'une légère blessure le jour du débarquement... Pourquoi lui ?
Personne ne le sait, sauf Dieu...
Et puis, ils étaient bons pour une petite marche dans ce sable bouillant de chaleur, et sec. Les bruits de fond étaient ceux de guerre : l'aviation, l'artillerie, les alarmes, les coups de feu.
Doucement, les hommes armés avançaient. Merc devant, le vétéran à l'arrière. Un pas, puis un autre. Et toujours la même chose. Et puis, après une dizaine de longues minutes de marche, c'est comme si les hommes changeait de monde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Repos, bien mérité...   Mer 16 Sep - 16:04

Les moments changèrent. Arrivé à 30 mètres de l'épave, la tranquilité fut brusqué par un tir d'obus qui tomba à un mètre de l'arrière. La retombé de sable offrait un joli spectacle. Un trou avait été créé, l'obus ayant soulevé le sable pour trouver un peu de terre.
Les Américains avancèrent alors plus vite, et à chaque explosion, encore plus vite, pour finir à côté de l'épave, canardé à la vue d'Américain. Le soutient des tireurs d'élite n'était pas ok.
Donc, un soucis en plus. Les Italiens étaient à 500 mètres devant. Ils avaient progressés avec des avions en soutient et deux chars, contre deux sections américaines, entièrement décimés. C'était un groupe spécial, entrainé par les Allemands. Par comme d'autres Italiens, nuls...
Les deux chars, des L6/40, chars légers italiens, étaient à portée de vue. Ils avaient un blindage lourd de 30mm, le maximum sur ce genre de char. Leurs canons de 20mm modèle Breda M35 pouvait causer quelques dommages à d'autres blindés mais bien des dommages à l'infanterie.
Et juste, ceux-ci se mirent à tirer. Des éclats tombèrent d'un peu partout. Le seul contact avec les autres groupe, l'opérateur radio de terrain, tomba d'une balle tiré par un tireur d'élite italien. Merc donna alors des ordres :
- Tous derrière cette dune de sable.
A l'abri derrière la dune de sable, pour quelques instant, Merc réfléchit à un plan. La situation était critique. Aucun n'appui n'était en place, l'opérateur radio était mort.
Merc eut alors l'idée de récupérer la radio. Il rampa alors avec son fusil jusqu'au soldat mort, puis le retourna, ventre contre le sable. Il essaya de prendre la radio mais il n'avait pas assez de temps. Alors il régla en vitesse la fréquence, et pris le téléphone raccroché à la radio. Il cria donc :
- Où sont les appuis ? On se fait massacrer ici...
Une vingtaine de seconde passa... sans aucune réponse. Il recommença alors.
Cette fois-çi, il attendit trois minutes. Et puis il eut comme résultat un tir de canon américain. L'obus vint percer la coque blindé du premier char. Le deuxième char était la cible suivant. Cependant, la tourelle tourna en direction du canon. C'était un gros canon de 55mm antichar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Raben
soldat
soldat
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 16/01/2009
Age : 27

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Repos, bien mérité...   Lun 28 Sep - 15:57

Le canon tira plus vite que le char. Et l'obus perforant explosif de 55mm explosa mortellement sur le char, qui commençait tout juste de brûler. Un tankiste put sortir mais il se fit aligner par un des hommes sous la direction de Merc.
- Joli tir !
Ils purent analyser rapidement l'épave. Le pilote était mort. Donc, pas de quoi s'inquiéter. De plus, le feu brûlait lentemment mais surêment l'avion, ou plutôt ce qu'il en reste.
Les américains purent rejoindre les autres et revenir dans la base.
Ils purent se reposer, en regardant les paras sauter et tirer sur des cibles. Beaucoup se foutaient d'eux. Merc non. Ils savaient que les paras comme on les nommaient étaient de bons gars, et ils auraient surêment le boulot le plus dûr pendant les combats. C'était l'avant-ligne. Ceux qui devaient ouvrir la voie aux autres.
Bref, ceux qui allaient le plus souffrir.

(dsl du court post.
Si un MJ peut intervenir...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Repos, bien mérité...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Repos, bien mérité...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un repos bien mérité [NEUTRE]
» Un repos bien mérité
» Du repos bien mérité (13.03 - 13h37)
» Repos bien mérité dans une taverne.
» Un repos bien mérité? [Pv.Laelya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seconde Guerre Mondiale :: RP :: autre zone de combats :: Afrique-
Sauter vers: