Seconde Guerre Mondiale

Rejoins les forces Alliées ou les forces de l'Axes et combat l'adversité dans une vaste guerre pour la domination du monde!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Saut sur les campagnes Hollandaise

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Caubriere D
Gefreiter
Gefreiter
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 25/09/2009
Age : 24
Localisation : Cherbourg / Tourlaville

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Saut sur les campagnes Hollandaise   Jeu 1 Oct - 16:37

A l'aube du 9 mai 1940 : nous reçûmes un message du Generalfeldmarschall Fedor von Bock , " Aujourd'hui nous nous préparons à la 2 ème Blitzkrieg qui a pour cible la Hollande , cette opération fait parti de l'opération Jaune . Demain , la journée sera rouge pour le peuple Néerlandais . "
-----------------------------------------------------------------------------------
Pendant la journée , dans toute la base des soldats courraient d'un endroit à un autre, il fallait plier les parachutes, laver les armes, préparer nos chargeurs, laver les tubes de nos panzers, obusiers, mortiers . Les avions étaient chargés de notre matériel et se étaient prets .

Le soir à 21 h , dernière bière avant le départ , on avait le droit qu'à une seule bière car il fallait être frais pour la nuit et les jours à venir. Minuit, on embarque, certains soldats stressent dont moi . Mon Gewehr 98 k dans la poche de fusil sur la cuisse et mes 5 kilogrammes de charges creuses coincées entre mon dos et mon parachute , "le für das führer " au moment de sauter par la portière du Junkers Ju 52/3m g7e.

Trente secondes de plaisir pour plusieurs jours de guerre, les soldats Néerlandais tiraient sur nous mais nous bougions trop à cause du vent pour qu'ils nous fassent trop de pertes . Dés que j'atterris je range mon parachute dans mon sac et l'emportait avec moi , je devais aller au point de ralliement dans la campagne de Rotterdam . Je savais le repérer puisque c'était l'endroit où les obusiers et canons de 88 mm atterissaient, on les voyait très bien avec leurs parachutes blancs.

Quand j'arrivai, je revis mon chef de groupe, nous posâmes nos parachutes et le chef organisa tout de suite celui-ci, nous partîmes sur la route menant à Rotterdam. Dix minutes après , on arriva dans la zone industrielle des groupes de soldats Néerlandais nous barraient la route , enfin nous allions voir à quoi rimé notre sur-entrainement de deux ans .
La puissance de combat allemande allait se révéler, quinze des nôtres contre à peu près 60 soldats hollandais !

Nous tournions dans une allée où il y avait une grande usine de voitures , tracteurs et engins de chantiers. [On avait pour objectif de la rendre impraticable pour que ensuite le Reich l'utilise ??] car elle était suspectée de construire des chars et armes en tout genre mais l'usine était défendue par cette soixantaine de soldats.

Nous décidâmes de passer par la porte arrière, au tournant du mur , un char léger Vickers M36 accompagné d'un groupe de combat, un de mes compagnons lança une grenade fumigène pour aveugler le char et les soldats. Les soldats ennemis se mirent vite à couvert derriere le char , pendant que le fumigène faisait son effet , nous courûmes derriere un cabanon de sécurité qui contrôlait les arrivées des salariés, j'identifiai ce qui me sembla l'avant du char, j'y couru, le char aveuglé ne pouvait rien faire malgré ses manoeuvres, j'y posa un kilo de charge creuse contre le blindage à la base de la tourelle.

Dés que je me suis mis à couvert je déclenchai l'explosion qui fit perfora la tourelle jusqu'aux munitions et fit sauter le véhicule. Notre cabanon eu le droit lui aussi à une roquette mais nous étions derriere et pas dedans. En tentant de donné quelques coups à l'ennemi, nous essuyâmes des tirs de Enfield MdL n°3, plusieurs salves nourries, chaque soldat ennemi avait fait feu, ils cherchaient tous à avoir leur cible comme des enfants derriere un paquet de bonbon, le soldat de notre groupe possédant la mg 34 se prépara à se mettre en position malgré leurs tirs.

Je pris mon casque et le mit au bout de la crosse de mon 98 K , j'agitai le casque à découvert en moins de deux secondes il ressemblait à du gruyère mais de l'autre côté mon camarade tira sur leur position et en tua trois. Les ennemis étant à couvert et nous étions dans l'incapacité de lancer des grenades sans nous mettre nous même en danger, ils avaient compris notre technique qui avait tuer leurs derniers camarades.

Mon chef eut une idée, une technique vieille comme la Terre, lancer un caillou d'un coté opposé de leur position pour faire distraction . Les soldats hollandais vu leur inexpérience ou trouille, ont mordus à l'hameçon. Ils se retournèrent, nous eûmes le temps de lancer une grenade en l'air juste au dessus de leur cache ce qui en blessa deux ou trois et le temps qu'ils se remettent nous changeâmes de positions pour nous mettre de côté et les prendre de revers. Il n'y eu aucun survivant.

Le reste des soldats ennemis avaient dû entendre le bruit des combats mais voulaient certainement rester à l'intérieur pour bénéficier de leur automitrailleuse Morris Panzerwagen qui était restée dans le grand hangar de l'usine, ils s'étaient préparés à l'assaut et nous nous en doutions c'est pour cela que nous choisîmes de passer par devant. Nous entrions très discrétement dans le hangar, comme prévu, toutes les armes étaient pointées vers la porte arrière. Mes compagnons lancèrent des grenades et tirèrent, je fis de même.

Ce revers, dura une trentaine de seconde et fut décisif, sur les cinquantes soldats dont les soldats qui étaient dans la Morris Pantserwagen qui restaient, au moins quarante furent tués plus l'automitrailleuse détruite.

Le combat se termina très vite pour les soldats ennemis car ils étaient en infériorité numérique et matérielle . Nous étions à hauteur d'une machine industrielle prévue pour fabriquer des roulement à billes, Tomas un de mes compagnons, celui le plus chargé, posa une charge creuse de cinq kilogrammes. En tout le pauvre homme portait dix kilos du matériel normal plus trente kilos d'explosif sous différentes formes mais heuresement Rainer, un des deux mitrailleur du groupe, se proposa de porter une dizaine de kilos d'explosifs et Kurt , le médecin , porta lui aussi quelques charges.

Tomas dit au groupe :
" c'est prêt , on doit décamper maintenant ! " , le chef approuva et nous donna l'ordre de nous mettre à couvert à cinquantes mètres. L'explosion démolit toute la pièce en projetant des débris mortels. Ce qui blessa un soldat ennemi, son cri fut spectaculaire, il fut touché à l'endroit où cela fait le plus mal, dans l'estomac, il avait les tripes à l'air. Nous décidâmes de nous dépêcher pour abréger les souffrances du pauvre gars devant.

On avait décidé, d'utiliser nos charges creuses comme des grenades c'était assez risqué puisque ils étaient stationnés près d'un pillier qui tenait le toit mais ce n'était pas le seul, Tomas déclencha à nouveau ces charges mortelles ce qui élimina le dernier verrou défensif gardant l'usine . Un de mes compagnons hurla :
" Tenez prenez ça ! le reich est supérieur et vous ne l'avez pas compris, bouffeurs de bataves ahahahahahahaha !" Nous reçûmes un message comme quoi nous devions piégé les machines , entrées ou sorties et endroits de retranchement possible avant de partir pour la ville même où nous devions aider des camarades mais surtout rejoindre le groupe pour continuer notre avancée sur l'Europe de l'ouest .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
McGregor
lieutenant
lieutenant
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 21/10/2008
Localisation : En train de t'aligner dans ma lunette le boche

Feuille de personnage
pays: Angleterre
fonction: MJ
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Jeu 1 Oct - 18:41

Bien 2 choses avant que tu ne continue:

- J'ai comme la vague impression de reconnaitre la patte de notre cher Andy Reiben sur les correction orthographique de ton texte, pas très bon ça.

- Et ensuite et surtout, les para allemands utilisaient un parachute ventral, ce qui les empêchait de sauter avec plus de matériel qu'un simple pistolet P08 ou plus souvent P38.
Le reste du matériel lui voyageait dans des containers parachutés avec les paras. Cette technique a d'ailleurs été en partie a l'origine de leur défaite en Grèce (Ile de Crète si je ne m'abuse.)

_________________
Ecossais
Carrément méchant
Jamais content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caubriere D
Gefreiter
Gefreiter
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 25/09/2009
Age : 24
Localisation : Cherbourg / Tourlaville

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Ven 2 Oct - 6:32

La correction je comprends pas ! Mon correcteur n'a pas dû bien marcher !

Pour les paras Allemands je n'étais pas au courant mais cela m'étonne énormement qu'ils ne pouvaient pas sauté avec du moins leurs fusils .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 49
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Ven 2 Oct - 15:58

Pour les corrections, j'avoue c'est moi...Si je l'ai fait c'était juste pour montrer à Damian, ce qu'on attend de lui sinon, il a du rp malgré quelques imprécisions et de la bonne volonté ^^ !

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Hans Shültz
Oberschütze
Oberschütze
avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 02/08/2009

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Ven 2 Oct - 16:12

[HRP] Il faut dire que les allemands n'ont jamais été spécialement doués au bombardement et parachutage.
Les Heinkel 111 H2 ou H6, étaient d'excellent avions, mais niveau bombardement ou précision, ce n'est pas la puissance de feu Américaines..
Les paras Allemands, certes, a terre sont des adversaires redoutables. Notamment les FallsChirmjagers à Cassino. ( Sur ce je stop mon intervention et je souhaite une bonne continuation. [HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 49
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Mar 6 Oct - 16:43

Après cette attaque surprise sur un pays neutre, la première partie du plan se déroule sans accrocs avec seulement des pertes légères de votre côté. L'audace de l'Allemagne et la tactique employée ont payé, vous, comme tant d'autres êtes arrivés au coeur du pays ennemi ! Ce que vous ne savez pas encore, c'est que vous ne reverrez pas certains de vos camarades de combat tant votre attaque a été rapide comme l'éclair et pris les Hollandais dans leur sommeil...

Malgré leur faiblesse matérielle, les Hollandais font tout ce qu'ils peuvent pour retarder l'inévitable, enfin pas tous ! Des partisans du Nationaal-Socialistische Beweging, (le parti nazi néerlandais), le bras revêtu d'un brassard à la croix gammée viennent à votre rencontre et vous guident à travers les rues qui commencent à se remplir de militaires ennemis.

Ils ne sont pas encore trop nombreux pour vous freiner mais grâce à vos guides, vous esquivez la plupart des barrages improvisés. Vos avantages, la vitesse, la surprise et vos précieux auxilliaires qui vous font avancer en lieu sûr quand une balle bien placée ne les fauche pas au passage !

Certains d'entre eux n'hésitent pas à "faire le coup de feu" avec vous contre leurs concitoyens mais irrésistiblement, vous continuez votre progression dans l'espoir de retrouver vos semblables et ainsi mieux vous battre.

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Hans Shültz
Oberschütze
Oberschütze
avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 02/08/2009

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Sam 17 Oct - 20:02

Cela fesais 2 jours que nous avalions les kilomètres, mes mains sur les commandes, trempées de sueurs. La poussière s'effaçant sur notre blindage, peu à peu, dans la campagne hollandaise, passant de l'herbe grasse et verte, dégageant un parfum de fraîcheur ax chemins sec emplis de poussiere fine.

La 9° PanzerDivision "RazGriz" avançais vers la ville. Mais à 800 mètres de celle-ci, elle essuya des tirs de fusils, rien d'inquietant ormis pour les chefs de chars qui s'assirent a l'intérieur du char, pour enfin se repositionner sur leur coupôle.

Je pilotais le Panzer IV, actuel fleuron de la Wermacht. Je fut habitué au froids Polonais en 1939. Mais la Hollande, on ne sais même pas comment se mettre, le soleil réchauffe, et le vent vous glace la peau.

Nous arrivons devant un petit quartier, sans nous arrêter, mon chef de char passa sa tête sous la coupole et me demanda de passer au travers par la rue. Je m'executa et passa entre deux maisons. Mais des chars, même le meilleur actuel, dans une ville son la proie rever de grenade ou roquette. Nous nous arrêtons donc et mon chef prit la radio pour que l'infanterie vienne nous escorter..


- Öffner,..,Öffner, ici 9°RazGriz, proie facile en ville, demandont assistance pour penêtrer au centre-ville..

Nous attendions la réponse, MG et canon chargés, prêts a se défendre.


Dernière édition par Hans Shültz le Sam 7 Nov - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caubriere D
Gefreiter
Gefreiter
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 25/09/2009
Age : 24
Localisation : Cherbourg / Tourlaville

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Sam 24 Oct - 8:33

Ici Öffner ! Très bien reçu 9°RazGriz , nous arrivons sur place ! Je transmetta les paroles à mon chef et il sonna l'ordre de marche ! L'ordre était très simple , nous mettre derrière les panzers et quand une rue à gauche ou à droite des chars s'ouvrait , il fallait absolument la contrôler .
Nous étions dans un quartier riche de Amsterdam , les soldats étaient assez démoralisés de détruire les beaux bâtiments de ce quartier , comme quoi nous n'étions pas sans coeur comme le dise certain . Mais c'était la guerre et il le fallait bien pour le Reich et pour nos camarades dans les panzers .
Il y avait une grande rue avec pleins de fenêtres où il fallait les gardés pour risque de tir de roquette , ou de grenades , ou même de mines juste devant les chars . Des partisans anti-germanistes ont été découvert par la luftwaffe qui prenait des photos de tout les axes d'Amsterdam et très souvent .
Soudain , une explosion se fit entendre et un CONTACT explosa dans la radio , nous nous mîmes en position tous , sur les flancs de la colonne blindés à couvert en attendant d'où les chefs de char avaient vu le départ de feu .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Shültz
Oberschütze
Oberschütze
avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 02/08/2009

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Sam 24 Oct - 9:34

J'étais là dans ce char, dans cette rue d'Amsterdam, cette rue touristique si belle que je n'admirerai qu'a travers l'interstice du blindage, qu'à travers la guerre. J'entendais mon chef de char crier dans la radio:

- Où êtes vous sniper, avons besoin d'aide, PanzerFaust reperés dans l'Hotel.
Je sentais l'adrénaline monter, le sang me frapper ma tampe, j'entendais mon coeur battres dans ma poitrine.

- Un 70° à Droite, canon en place, chargé. Feueur !!!

L'obus parta dans un éclair assourdissant se loger dans le hall de l'Hotel. Les vitres explosèrent en fracas. Deux Resistants Hollandai sortaient, hurlant à la mort, brulants vifs.. L'un deux heurta le sol,mort. Le second se fis secher par une MG34, par son servant, lus humain que ses camarades. Abreger ses souffrances.

- Hans ! Passa par la droite à la prochaine intersection ! Et fais gaffes !!

- Ya Mein OberstLeutnant !

L'Infanterie restait derriere, et entraiy par petits groupes dans les batiments annexes. S'assurant un maximum de maintien de la sécurité.

Si on pouvais appeller cela sécurité..

Tout ce passais si vite, en un moment, en une minute, ou même en 10 secondes, nous pouvions passé de vie a trépas. Tout dans ma tête basculais, mes idées politiques, les images, les visages de ma famille resté en Allemagne. Les visage horrifiés de la population Polonaise, les mères pleurants leurs fils morts, les famille pleurant à la vue de leur Isba brulant, leur vie s'envolais au même moment que s'envolais mes idés du grand Reich.

" Le Grand Reich vaincra, ainsi que son idéologie, la guerre est juste, si cette idéologie est juste. Cette guerre est juste. "

Ces mots que j'avais entendu à la radio avant de partir en Polgone, ces mots tout droits sortis de la bouche du Fürher me taillais l'estomac. Quelle guerre est juste ? J'ai accepté de servir mon pays, j'ai répondu à l'appel sans comprendre ce qu'il allais advenir de ces hommes. Jamais assez, toujours plus, je m'en rend compte maintenant. Au delà d'abbatre des soldats, on abbat civils et partisants. Outre ne pas avoir a faire le salut nazi la Wermacht à d'autre ordres. Mais tout cela se ressemble, tout cela est pareil, tout cela est mien. Cette douleurs est ma vie, et ma vie c'est la guerre.


- Hans !! Hans !! Mais qu'est-ce que tu fous !! Reveille toi bon sang !

L'OberstLeutnant me regardais, ainsi que Franz, le tireur. L'air compréhensif. C'est ainsi que je sortis de mon songe. Tout semblais se passer au ralentis, les balles claquais toujours le blindage, une multitude d'étincelles en étais produites. une chaleure insupportable du moteur. une grenade ricocha juse devant l'orifice d'où je peux voir ou je vais. elle rebondissa et tomba a terre...

BOUM ! ! ! j'avançais toujours, un soldat se fit faucher devant une fenêtre, il s'effondra. Deux autre entraient dans une maison de couleure orange. Une explosion dans celle-ci les fit resortirent comme deux pantins dans les airs à travers une baie vitrés..


- Continue !! Tu fais un bon boulot Hans, ne lache pas .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stefan Spirle
Obergefreiter
Obergefreiter
avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 10/10/2009

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Mar 27 Oct - 7:01

Tout le monde attendait les ordres. On se la coulait douce a l'interrieur du bunker, on croyait tous qu'un opel blitz viendrait nous chercher et nous ramener au bercaille...

Certains des hommes enterraient les morts français, d'autres attachaient les mains des prisonniers.

On entendit tous un bruit de moteur. Surment le camion qui arrivait. C'était belle et bien lui, il roulait à toute vitesse sur cette route en terre cernée des 2 cotés par des arbres.
Il s'arreta net a 100 mètres. Au cas ou nous aurions échoué noter mission. Je fonça vers le camion et le chauffeur sortit du camion.

-Les gars ! une urgence ! notre avancée est considérablement ralentit par des partisans à Amsterdam, un panzer peut etre perdu dans la bataille. Vous avez été choisis par le haut commandement pour soutenir, avec une autre section de para le tank. Montez vite ! il n'y a pas de temps a perdre !

Personne ne discuta et on montèrent tous dans le camion baché
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caubriere D
Gefreiter
Gefreiter
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 25/09/2009
Age : 24
Localisation : Cherbourg / Tourlaville

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Mar 27 Oct - 17:51

Un char dont le tankiste se nommait Hans , passa par la droite . Nous avions pour ordre de suivre sa colonne , mais ce n'était pas si simple , même avec le remarquable boulot qu'il faisait ! Les tirs croisés avec le groupe qui était de l'autre côtés de la rue étaient extrèmement dangereux , donc il fallait avancer en même temps et à la même allure et s'arreter en même temps .
Soudain une mitrailleuse qui était sur un bâtiment en ruine au bout de la rue balaya quelques hommes de l'autre groupe , je pris d'instinct la radio ,
" 9°razgris , urgence , mitrailleuse au bout de la rue , 4 ème étage ! "  . Dix secondes plutard un boum retentit et une pluie de gravats tomba sur les partisans du bout de la rue . En un tir , plus d'une trentaine d'hommes mourrirent , je pris la radio : " 9°razgris , excellent , leurs …. ( nous étions coupés par un fabuleux mélanges de cris de joie ,rage et guerre de la part des Fallschirmjäjers ) bâtiments sont pas costaud face à vous dis donc ! " 
Nous entrions à présent dans une espèce d'énormes halles où les chars pouvaient rentrer , ces halles étaient un haut lieu stratégique car elles étaient situées au beau milieu du plus grand carrefour de la ville . L'entrée se fit en douceur , par le défoncement d'un mur de la halle pour rentrer dedans . Nous décidâmes de ne pas rentrer par la porte principale pour éviter de possibles pièges .
L'explosion fit un nuage du fumée énorme , on ne voyait rien et la poussière nous rentré dans les yeux donc le temps de notre récupération , la colonne de char dirigée par Hans Shültz fit son miracle . Quand nous entrâmes dans le bâtiment , le sol était littéralement retourné , les anciennes positions de mitrailleuses n'étaient plus . Maintenant le tour de jeu était aux hommes de ma troupe , il fallait prendre les balcons de la halle . Mon leutnan me dit :


- " Contactez les blindés et demandèrent ce qu'ils font mais il ne faut pas qu'ils restent sous ces balcons ! "

-" Très bien monsieur ! 9°razgris , ici Öffner , que faites vous pendant l'assaut ? Car il ne faut absolument pas que vous restez ici ! Sinon , désolé du jeu de mot mais vous allez vraiment y rester ."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Shültz
Oberschütze
Oberschütze
avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 02/08/2009

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Mar 27 Oct - 18:52

Les paroles filaient dans la radio. J'attendais les ordres, les balles cliquetaient toujours sur le blindage.

- Affirmatif Öffner, On va se disperser en trois groupes. 5 Panzers iront au pieds de l'hotel, 5 autres traverseront la rue pour se placer au carrefour. les 6 autres resteront ici avec mon Panzer. Disperser vos unité en trois groupe scindés au miens. Nous nous rendrons maîtres de la grande rue.

Sur ce, le vacarme assourdissant des chenilles sur les pavés brisés des toitures tombés en fracas sur la chaussé. ils se dispersèrent tous s'éloignant. Le premier groupe perdit m vue au détour d'un virage. le second, je voyais encore le dernier char, vaguement, une forme métallique se dessinant au loin.

- 1° Gruppen, en positions sur le parvis de l'Hotel.
- 2° Gruppen, avons fortifiés nos positions avec des sacs de sables au carrefour.

Le Chef de chars demanda le type de fortification ériger.

- 1° Gruppen,2 groupes de 2 chars positionnés dos à dos au deux entrés de la route et mon char pour le centre Radio au pied de l'escalier de l'Hote. Attendons l'infnaterie pour nous couvrir de l'Hotel.

- 2° Gruppen, positions similaire au carrefour, mon char est posté ans un garage abandonnés.

- L'Infanterie arrive, préparés-vous à vous défendre !

- Jawhole !
- Jawhole OberstLeutnant.

Le chef de char quitta son post en haut de la coupole pour aller parler aux hommes de soutien. Comme convenue, je prit la MG34 derrière mon siège, et prit un chargeur dans la caisse à munition. Je la chargea.

- Messieurs, la guerre est pour nous l'exutoire de retrouver nos femmes et nos enfants. Nos femmes, elle rêves de nous chaques nuit, comme nous pensons à elles chaques jours. Pour les hommes qui n'ont ni femmes, ni enfants, pensez aux puta*** de Berlin ou de Dortmund. Treves de plaisanteries les gars.....

Ici 9° RazGriz, prêt à nous battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stefan Spirle
Obergefreiter
Obergefreiter
avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 10/10/2009

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Jeu 29 Oct - 14:02

Le camion ralentit son alure. On devait s'approcher de la ville, d'ailleur personne ne savait où on était avec la bache du camion ! L'opel blitz s'arreta. Que fallait-il faire ? Déscendre ? Non le chauffeur claqua la porte et nous commençâmes à entendre la bataille qui faisait rage.

-On y est les gars, je vous laisse ici. N'oubliez pas : votre mission : défendre les blindés dans Amsterdam !

-Où sont-ils ? lui demandais-je

-Je ne sais pas a vous de les trouver !

Tout le monde se regarda.

-Descendez je dois retourner a ma base !

On s'éxecuta. Tout le monde se mit a la queue-le-le le long des batiments et le camion partit.
Il n'y avait pas 36 solutions pour trouver les blindés...

-Bon on suit les bruits sourds des canons. On finira bien par en trouver.

Et nous partîmes dans le labyrhinte qu'étaient toutes ces ruelles sans carte de la ville, juste guidés par notre ouïe.

Les bruits des combats étaient de plus en plus forts...

-On se rapproches les gars !

En effet, quelques instants plus tard, nous croisîmes des civils armés, ils étaient 2 et fonçaient eux aussi vers les combats.
Nous décidâmes de les suivres sans bruits en pensant qu'on avait plus de chances de trouver les blindés grace à eux.

Au bout de quelques minutes de trotte, les civils se colèrent contre la paroit d'un mur à un carrefour et ouvrirent le feu.

-Des partisans ? lança un de mes camarades

-Avec ou contre nous ? demanda un autre

-J'en sais rien. On a qu'a se faire remarquer et on vois si ils nous tirent dessus ou pas. Un volontaire ?

Personne.

-Ca va j'ai compris. Cachez-vous.

Une fois en position, je me lança.

-HE HO !

Le civil tourna la tête et tira en ma direction. D'un réflex, je me cacha derriere un banc et mes camarades répliquèrent. Le temps de dire ouf, et ils étaient déja a terre.

-Bon, baaaa, ils sont contre nous.

Un moteur surgit et l'avant d'un panzer apparut au carrefour où étaient caché les partisans. Sa tourelle était dans le sens inverse du chassis. Et sa mitrailleuse coaxiale crachait le plus de balle qu'elle pouvait

-Enfin ! On vous a trouver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caubriere D
Gefreiter
Gefreiter
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 25/09/2009
Age : 24
Localisation : Cherbourg / Tourlaville

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Jeu 29 Oct - 17:04

Le plan conçu sur le tas avec OberstLeutnant Seinz ( chef de Shültz ) et Stefan Spirle était assez difficile à éxécuter mais si il marchait aller être très efficace . Mon chef devait diviser son groupe en deux , le groupe alpha devait aller à l'hôtel , le groupe béta devait rester ici aux halles . Le groupe de Stefan Spirle devait s'occuper du carrefour , ils devaient être soutenu par le groupe alpha des blindés de Seinz alors que le groupe béta de Seinz devaient rester aux halles . Je pris la radio sous les ordres de mon chef : " Seinz vous devez vous fortifiez , mettez des sacs de sables au maximum de hauteur , on nous a signalé beaucoup de tir de lance roquette au bout de la rue ! Nous , on monte , on revient dans un quart d'heure si tout va bien . " 

Nous montions les escaliers certes rapidement mais tactiquement , les soldats ou partisans néerlandais n'étaient pas considéré comme de bons hommes au combat à cause de leur manque d'entrainement et d'équipement mais ils connaissaient le terrain ce qui était un avantage considérable . L'étage était encore composé d'étales , ce qui faisait beaucoup de cache . Notre chef nous dit : " Bon , désolé les gars mais on va pas se faire chier ! Lancez tout vos explosifs et rasé moi ces étalages !"
Les soldats éxècutèrent très vite l'ordre , plus de 20 kilogrammes d'explosifs souffla l'étage , nous , nous étions accroupi dans les marches ou dérriere les murs du palier . Des hurlements , nous firent froid dans le dos . Nous profitions des fumées et poussières pour prendre d'assaut l'étage , les soldats encore vivant n'eurent pas le temps de réagir .
L'image était symbolique , des soldats suréquipés et surentrainés sortant d'une fumée âcre et très épaisse pour massacré les ennemis du Reich , une image digne de Goebbels .
Une mitrailleuse était posté au bout du couloir en batterie , il fallait la détruire , un de mes kameraden prit un lance roquette sur le corps d'un partisan Néerlandais, je lança une grenade à gaz tabun en passant juste le bras dans l'angle , la mitrailleuse stoppa son tir juste le temps que mon camarade expédie la roquette , qui fit explosé tout le poste de combat ennemi !
Le temps de faire état des lieux , je contacta Seinz sous ordre :

" 9°Razgris ici Öffner béta , l'étage est lavé , on revient et on continue notre avancée ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Shültz
Oberschütze
Oberschütze
avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 02/08/2009

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Jeu 29 Oct - 18:10

Hans étais sur la coupole, prêt à tirer. Il armai puis désarmait sa MG34 machinalement. Il se disais en soi:

* Clik * Mort

* Clik Clik * Vivant

* Clik * Mort

* Clik Clik * Vivant

* Clik * .. BOUM !!!

- TIRS ENNEMIS !!

Une roquette explosa contre le mur derriere le char que pilotais Shültz, il se retourna et vit le mur avec un trou énorme

* Clik *

Pendant près de 10 minutes, le combat fesait rage, Hans avait vidé deux camemberts. Sur Qui ? Il ne le savais pas vraiment, sur des partisants, sa il en étais sûr, enfin jusqu'à temps qu'un gamin d'à peine 16 ans se coucha au sol en plein milieu de la rue, un brassard orange sur son bras droit.


- Vous endormez pas les gars ! l'Infanterie fait du bon boulot, tout les chars sont couverts. Les FallsChirmjägers tiennent le carrefour, le groupe Beta tiens l'Hotel. Faut pas s'inquieter !

Tous se battais avec hargne. Hans se baissa, pour remanouevrer le char. Franz, le tireur prit sa place, et vida son chargeur, puis tomba dans le char.

- Nom de Dieu !! OberstLeutnant Seinz !! OberstLeutnant ! Freinz est mort !

- Sheiz ! A tous, la 9°RazGriz essuis sa première perte en Hollande. On a un mort au combat..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caubriere D
Gefreiter
Gefreiter
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 25/09/2009
Age : 24
Localisation : Cherbourg / Tourlaville

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Ven 30 Oct - 7:44

Quand nous sortions des halles , un camion de logistique nous attendait , mon chef s'adressa aux camionneurs qui lui faisaient signe :

Qu'est ce que vous faites ici , la logistique et l'arme du train ne devrait pas être ici ? Vous devriez être à l'extérieur de la ville !

Nous sommes ici pour que vous testiez un nouvel équipement , un gilet par-balle !
AHAHA ! Ce serait bien beau , un gilet qui arrete les balles mais ça n'existe pas .
Vous croyez cela , aller prenez les , ils sont à l'arriere .
Très bien , on vous redira ça ! Je m'adresserais à qui ?
Adressez vous au centre d'ingénieurie de Baden-Baden , au scientifique , ingénieur , Axel Junkuns .
D'accord . Maintenant je dois y aller . Au revoir messieurs .
Les camionneurs lui répondèrent de façon ironique en disant : bonne guerre !

Notre chef nous distribua les gilets et nous partîmes dans le sens des chars , nous passâmes dans un trou énorme à travers un mur , nous vîmes un jeune homme étendu sur le sol avec un brassard orange , il semblait mort , mon chef m'ordonna de contacter Seinz :


Seinz , que c'est-il passé ici ? Dîtes nous d'où les tirs sont partis !
Des tirs sont partis du fond de la rue , on a perdu un homme ! Et le gamin au sol , il c'est avancé vers nous et par pur sécurité on l'a abattu .
-D'accord , que faisons nous à présent ?
Nous étions prêt au combat en attendant un ordre avec nos gilets certes étranges mais qui allait certainement nous sauver la vie et plus d'une fois .

- On fonce sur la bourse de Berlage , c'est un point capital de la ville et il y a une grande place où nos chars seront plus efficace que dans ces rues !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stefan Spirle
Obergefreiter
Obergefreiter
avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 10/10/2009

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Ven 30 Oct - 8:54

Nous venions de recevoir des ordres (précis enfin !) nous demandant de sécuriser le carrefour où nous étions. Je regarda les maisons médiévales, centenaires, en esperant ne pas à avoir à détruire ces chef d'oeuvres... Sauf si les hollandais s'en fichaient !

-On reste dehors, je ne tiens pas a détruire ces maisons si il n'y a aucun énemis dedans ! On se met en position a fin de se couvrir les un les autres. décraitai-je calemement (aïe)

On s'éxecuta, mais pendant que Freishneir se positionnait, il fut toucher par une balle qui venait de la maison en face de moi. Puis une autre toucha Freishneir. Il s'écroula sur le sol. Venant d'une autre direction

-RIPOSTEZ ! ordonnai-je

Le coup de feu fusaient désormais dans tout les sens, le canon du panzer commença a viser une fenêtre. J'étais juste a coté. Le tire me rendit sourd pendant quelques secondes. Pendant que les gravats tombaient sur nous, un partisan se montra a sa fenêtre. Je lui tira dessus dans le torse et le sang se colla sur la façade exterieur du mur.

Je regarda le maison évantré par l'obu, on pouvait distinguer un corps brulé sous des gravats.

-Il faut sécuriser cette maison ! je la montrais du doigt après avoir retrouver l'ouïe

-5 hommes restent en bas pour nous couvrir !

Un des hommes de ma section était pres de Freishneir, il lui arracha quelque chose que je n'arrivais pas a distinguer, et fonça vers moi surment pour sécuriser la maison.

-Il est mort Stefan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 49
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Dim 1 Nov - 6:16

Pendant qu'au sol la bataille fait rage, les cieux ne restent pas sereins. Les rares chasseurs Hollandais affrontent les meutes ailées aux croix noires et tombent les uns après les autres sans avoir emporté avec eux, 3 ou 4 teutons.

Pendant l'attaque, les avions font du rase-mottes, des gerbes de balles fauchent tout sur leur passage, n'épargnant pas les vôtres, victimes aussi de "tirs amis" et faisant exploser un ou deux véhicules, semant le désordre dans vos rangs.

Cet affrontement dure jusqu'à épuisement des munitions et carburant de chacun, seul un tiers des chasseurs Néerlandais survivants rentrent vers les aérodromes encore intacts mais ce n'est plus qu'une question d'heures.

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Caubriere D
Gefreiter
Gefreiter
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 25/09/2009
Age : 24
Localisation : Cherbourg / Tourlaville

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Mer 4 Nov - 16:53

Les groupes d'origine ayant été rétabli , nous étions prêt à partir mais un message radio coupa notre élan , je mis la radio en haut-parleur pour que la plupart des hommes entendent le message , nous espérions que c'était le message comme quoi la ville était sous contrôle mais s'en était tout un autre .

Bonjour soldat ! Je suis le oberst Kortniz , le commandant des forces qui sont présentes dans la ville . J'ai une bonne nouvelle pour vous ! L'aile sud de la ville est conquise ! Mais les seuls chasseurs qui passent entre les mailles du filet de la luftwaffe commencent à harceler des groupes de soldats pas très loin d'où que vous êtes . Donc l'état major a décidé de vous équiper d'un flakvierling 38 quadritube qui sera remorqué par une Leichter panzerspähwagen qui comportera l'équipe de servant du canon antiaérien et de soutes à munitions . Les avions allemands se reconnaîtront grâce à une lumière rouge sur leur dessous . Votre but est donc de capturer le bâtiment de la bourse et vous devrez protéger l'équipe antiaérienne .
Il disait cela d'une façon énergique comme si il voulait montrer à ses propres hommes leur force , peut-être pour les encourager .

Je répondis de la même façon :

A vos ordres Monsieur !


Enfin , nous nous mettions en route , la leichter au milieu des blindés , le groupe de spirle à gauche des blindés et mon groupe à droite .

Des bruits d'avions se faisaient entendre quelques fois mais à chaque fois la lumière rouge apparaissaient quand on voyait l'avion , normal puisque il y avait plus d'avions de la Luftwaffe que de la Koninklijke Luchtmacht . Mais c'était agaçant pour nos hommes puisque à chaque fois que l'on entendait un avion , nos chefs respectifs criaient : à couvert ! Surtout à nous l'infantrie puisque les chars n'avaient que pour abris les arbres sur les trottoirs quand il y en avait . Donc cela nous faisait perdre extremement de temps et nous désorganisais ce qui nous rendais très vulnérable . C'est souvent à ce moment là , que l'on choisissait souvent de nous attaquer , mais heuresement pour nous , nous étions toujours puissament armé et sur nos gardes , on ne perdait pas notre sang froid . Nous nous étions entrainé ! Mais un avion passa à moyenne altitude sans qu'il est une lumière rouge , les hommes de la Leichter n'hésitèrent pas une seconde , ils le « canardèrent « , l'avion se fit toucher à l'aile droite , mais un coup dans le cokpit l'acheva et il s'écrasa non loin dans un panache de fumée .
Mon chef me dit contactais les chefs et demandaient l'heure si ils sont d'accord d'aller sur le site de crashage de l'avion de toute façon c'est sur la route !
Je les contacta et ils furent d'accord mais avant de partir , une explosion fit détruire un mur qui séparait deux rues et des Vickers M36 sortirent des gravats et fumées . Tout nos soldats crièrent en coeur : CONTACT à couvert !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Shültz
Oberschütze
Oberschütze
avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 02/08/2009

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Ven 6 Nov - 17:53

Je sursauta quand le CONTACT fût crié dans la radio. Je regarde dans l'interstice de pilotage deux chars légers M36 passèret juste devant nous, s'arrêterent, puis un homme sortis la tête du char, son calot s'envola sous le vent. Il remonta a l'intérieur et les deux blindés tentèrent de rebrousser chemin, Je changea de poste et je vit un fantassin de l'équipe de Caubrière au poste de Tireur.

- Qu'est-ce que tu fous là toi ! Tu sais même pas te servir de sa !

- Euh non, mais j'arrive à charger

- Tu tire sur la ficelle, et tu te bouge !

Le char fit feu, l'obus du 75 toucha le sol devant le M36. Le char léger fut projeté et attéris sur le dos. L'essence dans le reservoir revînt dans l'induction et explosa, le second fût abandonné pas ses occupants après avoir éssuyé une salve dans son chassis. Mais des bruits de moteur, de petites chenilles se fît entendre, mais pas de chars, il va falloir les dénicher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 49
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Sam 7 Nov - 20:56

Dans la pagaille de votre avancée, les rues se sont remplies de civils apeurés et paniqués qui fuient dès qu'ils vous voient. Ceux qui restent se barricadent et se réfugient dans leurs caves.

Pensant que la partie est gagnée, vous souhaitez souffler un peu mais des explosions toutes proches finissent par s'abattre sur votre convoi et plusieurs blindés sautent et prennent feu, ravageant les maisons aux alentours et les faisant s'écrouler. Des hurlements de terreur se font entendre mais très vite étouffés par les gravats qui s'abattent sur les malheureux occupants.

Apparemment, vous subissez un barrage d'artillerie mais l'ennemi n'est pas en vue et la place où les chars se sont regroupés constituent une belle cible, les salves sont régulières et tombent juste, diminuant lentement et sûrement, votre potentiel d'attaque si rien n'est tenté contre ces batteries qui vous harcèlent.

La dernière salve est tombée sur la pièce quadri de la flak la réduisant en pièces, mettant le feu aux munitions qui comment à détonner dans tous les sens, fauchant les servants et soldats proches encore sonnés par l'explosion.

Les Hollandais ont certes été surpris dès l'aube par votre assaut mais font tout pour se ressaisir et ne pas vous faciliter la tâche.

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Stefan Spirle
Obergefreiter
Obergefreiter
avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 10/10/2009

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: parachutiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Dim 8 Nov - 12:24

Chaque en direction de la bourse était un combat. Cette artillerie qui faisait mouche a chaque fois sur un de mes camarades ou sur un blindé. Si on voulait continuer, il fallait détruire ces batteries.

J'eu une idée. Les stukas au dessus de nous pouvaient tres bien se charger de la destruction de ces batteries, ils pouvaient mieux les repérés que nous puisque nous étions dans des ruelles infestées d'énnemis embuscés pret a nous foncer dessus.

La radio de mon groupe était morte : celui qui la portait est désormait éparpillé entre : un cratère, une maison et aux quatre coins de la rue. Je donna le commandement un autre gars de ma section, le temps de trouver une autre radio en contact avec la luftwaffe. Je chercha dans tout les sens dans le chao (aïe) de la bataille en tuant 2 hommes au passage cachés a des fenêtres.

Enfin, derrière un tank endomagé aux chenilles droites se trouvait 3 hommes dont un avec une radio qu'il ne semblait pas utiliser. J'était sur le coté gauche de la rue.

-Couvrez moi ! criai-je en esperant que quelqun m'ai entendu

Ce fut le cas : des flopés de balles s'écrasèrent sur les batiments en face de moi. Je fonça jusqu'au blindé et le feu de couverture s'arreta lorsque ma destination fut atteinte. Je tapota sur l'homme portant la radio.

-Appeles les stukas et dit leur de détruire cette foutue artillerie !

-T'es qui pour me donner un ordre ?

-J'ai pris le commandement de ma section suite a la mort de mon sergent et si tu as une meilleur idée pour détruire les batteries, te gênes pas et dit la moi...

Sur ce, il prit sa radio et commença a appeler la luftwaffe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Shültz
Oberschütze
Oberschütze
avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 02/08/2009

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Dim 8 Nov - 14:46

Hans entendais un hommes crier dans la radio, faire un appel à la Luftwaffe. Mon chef s'énerva, entendant un para gueuler dans la radio.

- Ferme-la nom-de-Dieu ! Les appareils sont cloués au sol, et nous ne sommes pas seuls à avoir besoin d'être couvert ! L'escadrille de Ju-87 à été abbatue il y a peu ! Les seuls avion capable de décoller ce sont des BF-109, mais ils ne sont pas équipé pour faire taire une batterie. C'est la réponse que je viens d'obtenir de la piste. Alors il va falloir s'en occuper nous même !

Il se retourna vers moi, et me dit:

- J'ai appris lors de mon école, les armes des pays alentours. La Hollande n'a que des Anti-Chars de 1914. Enfin aux dernières nouvelles, ils ont du 75mm ils appellent sa du 90.. Mais la portée est négociable.. Tu m'a comprits

- Ils sont relativement près ?

- Non, souvient-toi de la grosse Bertha, 120Km de portée donc c'est pas sa que je veux te dire...

- Ils nous voient ?

- Non plus, mais tu t'y approche Hans. Bon, tu vas prendre par la route annexe à gauche, l'Ex-groupe du carrefour pasera par la droite à l'aide des FallsChrimjägers, le groupes de l'Hotel nous rejoints, il faudra coordonner nos mouvement pour arriver sur les flancs.

Il regarda une carte.

- Alors... Non, trop petit. Ah voilà quelque chose. Place HasserlÔrn, enfin avec ma traduction du Néairlandais, c'est la plus grande place du coin, et dégagé par de la verdure, c'est l'endroit idéal pour de l'artillerie urbaine. mais il va falloir s'attendre a ce qu'elle soit proteger..

-Je passe à gauche OberstLeutnant, je vais devoir pousser le M36 abandonné. D'ici 10 minutes, la rue sera dégagée.

- Ouai, si ils nous font pas peter avant.

Hans se plaça devant le Vickers, et commença le pouser légèrement, mais il fallais être délicat, mais pendant ce temps, ils étaient assez vulnérables pour se faire tailler en morceaux assez facilement..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Reiben
sergent
sergent
avatar

Messages : 372
Date d'inscription : 25/11/2008
Age : 49
Localisation : Presqu'île du Cotentin

Feuille de personnage
pays: États-Unis
fonction: MJ
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Dim 15 Nov - 11:16

L'absence de relief, en dehors des villes, permet une vision dégagée sauf là où la végétation, composée d'érables, de peupliers, de platanes et de rares collines bouchent la vue sur l'horizon. Sur ces faibles hauteurs dominant la ville, trois pièces d'artillerie ainsi que leurs servants et une douzaine de fantassins étaient postés, à couvert sous les arbres bien verts de ce mois de mai 1940.

Leur déplacement avait été décidé quand les unités Hollandaises comprirent qu'elles ne pourraient pas défendre efficacement la ville suite à une grande mobilité de l'ennemi, il fut donc décidé (par le commandement local) d'amener les unités survivantes à se positionner en dehors de la ville quasiment sous le contrôle de l'ennemi.

Ces unités provenaient des casernes en périphérie de Rotterdam, les fantassins quant à eux, venaient de plus loin, suite à l'avancée ennemie. Voyant la ville envahie, l'ordre leur fut donné sur place, de couvrir les artilleurs contre l'infanterie ennemie.

La supériorité aérienne de l'ennemi les obligea à camoufler leurs positions de tir. Quand cela fut fait, à l'aide de branchanges (faute de mieux !), les canons de 75 ouvrirent le feu à plus de 7000m de leurs objectifs, ce qui ne manquaient pas d'ailleurs. La présence de l'aviation ennemie obligeaient les artilleurs à restreindre leur fréquence de tir pour ne pas être repérés mais cela leur permettaient aussi de bien coordonner leurs frappes grâce aux jumelles graduées du lieutenant responsable de l'ensemble.

Séparés de 30m, les uns des autres, mais à portée de voix, les corrections et tirs effectifs, apportaient le chaos, le désordre et la mort parmi les éléments blindés ou non de la Wehrmacht. Il fallait absolument se prémunir des contre-attaques venant du ciel, notamment des stukas...curieusement encore absents de ce front, sans doute que l'aviation avait bien rempli son rôle, malgré un rapport de force défavorable.

Les obus Hollandais s'abattent avec précision sur l'endroit que vous occupez, l'infanterie est sonnée tandis que trois véhicules sont touchés de plein fouet. Il est temps de réagir si vous ne voulez pas que votre excursion Hollandaise ne s'achève ici, sur les pavés gris, froids et humides de Rotterdam !

_________________



Je suis le sergent d'armement Hartman et votre chef instructeur. A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale g...le, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!

Là où nous avons combattu : http://ddaymemories.blogspot.com/


Dernière édition par Andy Reiben le Dim 15 Nov - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ddaymemories.blogspot.com/
Hans Shültz
Oberschütze
Oberschütze
avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 02/08/2009

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction:
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   Dim 15 Nov - 14:09

Les Panzers tombaient un par un au champs d'honneur, le Vickers étais tout juste dégagé quand un Obus touche un immeuble, le parapet s'effondra devant le char de Shültz. Le chef de Char ordonna une avançée rapide, Nous avançions parmis les immeubles en plein centre de la ville, aucuns ennemis ne daignait sortir des batiments ni même nous tirer dessus. Mais les Obus, quand a eux se fesaient toujours sentir. Ils ne tiraient pas dans un flot ininterrompu, leurs canon se taisaient pendant quelque minutes, mais reprenaîent rapidement. Deux Obus touchèrent le sol derrière le dernier char de la colonne, il falais avancer avant qu'il tourne leurs pièces et ajustent le tirs.

- Ils nous voient, il y a une colline à l'Est, oublie la place, fonce Hans !

- Ya Mein OberstLeutnant !

- 2° Gruppe, ici 1 ° gruppe, rendez compte de votre situation !

- On a essuyer des tirs d'armes automatiques et des tentatives d'embuscades. Chaques carrefour est un calvaire ! Ils sont partout !

- D'accord, il y a une colline, à l'Ouest de vos positions, l'ennemis nous harcele avec leurs canons, calmez-les !

- Ya ! ... Shize ! ..

- 2° Gruppe ! Rendez compte !!!!

Aucunes réponse, Hans continuais d'avancer, sur la carte, nous n'étions qu'a 2 patès de maison de déboucher sur la colline. Mais l'avançée est lente et pénible, et la logistique commence à ralentir, le Panzer de queue s'arrêta net, plus une goutte dans les réservoirs, il à dû être sanglé et enchaîné. Il était tracté par le char devant lui. Il fallais atteindre cette colline avant de tomber à sec !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saut sur les campagnes Hollandaise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Saut sur les campagnes Hollandaise
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» superbe reportage sur notre saut du 4 juin 2010 sur FRESVILLE
» A Saut D'eau il n'y a pas d'eau potable
» Saut de 361 pieds en motoneige
» Saut temporel : 6 février
» Le Grand Saut [Voûte Etoilée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seconde Guerre Mondiale :: RP :: autre zone de combats :: Hollande-
Sauter vers: