Seconde Guerre Mondiale

Rejoins les forces Alliées ou les forces de l'Axes et combat l'adversité dans une vaste guerre pour la domination du monde!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Saltatio Mortis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
McGregor
lieutenant
lieutenant
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 21/10/2008
Localisation : En train de t'aligner dans ma lunette le boche

Feuille de personnage
pays: Angleterre
fonction: MJ
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Saltatio Mortis   Lun 19 Oct - 0:12

On dit souvent que quand on va mourir on revoit sa vie défiler devant ses yeux... maintenant je le sais, ça n'est pas exact...

Pour MacGregor, ses yeux n'arrivèrent pas a le ramener plus d'une heure auparavant, jute au moment ou ils partaient en patrouille. "Ils"? Les soldat de la 7ème DB pardi, un mélange désormais toujours composé de bleus et de vieux de la veille. Mais les vieux de la veille d'aujourd'hui était les bleus d'hier, les bleus de la bataille de Normandie. La division avait été durement touché pendant les mois de combats qui avaient succédé au débarquement. Trop de morts, et les vétérans qui pensaient que celle-ci ne touchait que les bleus, avaient appris leur erreur avec la mort de Campbell un 21 juin 1944. Puis régulièrement des hommes tombaient... c'était la guerre au sens le plus exact du terme.

En ce jour de mars 1945, les hommes se sentaient maintenant moroses, MacGregor encore plus que d'autre, il y avait une semaine, c'était son grand ami MacDuncan qui y passait, fauché par une mitrailleuse pendant une progression en ville. Ce moment restait gravé dans sa mémoire: ils étaient quatre et devait franchir une rue qu'une MG34 tenait en joue, ils avaient couru vers l'abris et quand Mac avait tourné la tête, ils n'étaient plus que trois. Fergusson MacDuncan gisait la, au sol. Il était mort, touché par sept balles a la suite et ne l'avait sans doute même pas su. MacDuncan avait été le dernier tué de la compagnie depuis ce jour, un 14 février 1945. Quelle ironie, lui qui se plaignait de ne jamais s'être trouvé une charmante demoiselle en France...

Mais ces moments, il devait les laisser loin derrière pour le moment, même si il n'oublierait jamais. Maintenant il repartait en patrouille, a la tête de huit autres gars, dont seulement deux vrais bleus, arrivés il y avait a peine deux semaines. Et parmi ces hommes, en véritable vétéran d'Afrique ne se trouvait plus que lui, et Carrington. A y repenser même le Capitaine Price n'était pas revenu de Grande-Bretagne, il avait été touché a la poitrine il y avait de ça deux mois, et avait tiré le droit de partir et l'interdiction de revenir avant d'être guéri. A la place ils étaient "commandé" par le capitaine Dohenny. Un type qui avait reconnu manquer d'expérience et qui laissait volontier les rennes a "ceux qui savaient". Il surveillait néanmoins ce qui se passait, pour acquérir l'expérience et ne pas se retrouver avec une énorme boulette sur dos.

Et maintenant la patrouille s'élançait dans les campagnes allemandes, son but? S'assurer que les boches ne tapent pas la contre offensive du siècle. Ce qui était peu probable. C'était sans doute pour ça que la patrouille était relâchée, même si elle progressait quand même dans les fossés. Et a un moment il fallu traverser un champ, et donc pour ça sortir du fossé. L'écossais passa en tête, il avait a peine parcouru dix mètres lorsqu'il fut touché. Le choc en pleine poitrine l'expédia au sol sans qu'il ne puisse rien faire. Il se souvint juste avoir vu le paysage défiler de la ligne d'arbres en face jusqu'aux quelques nuages dans le ciel.
Il tourna la tête pour essayer de voir sa blessure, elle était la, un peu a gauche, sans doute près du coeur. Du trou s'échappait du sang, ce sang coagulé a l'horrible couleur pourpre foncé, presque noir. Il ne sentait même pas la douleur, il se sentait juste partir.

Dans le fossé ses camarades se disputaient quand a savoir si il fallait le récupérer ou non, il espérait que Carrington réussirait a imposer la bonne décision: le laisser la. De toute façon il était foutu. Personne n'y pourrait rien. Il repensait juste a sa vie, a combien elle s'était remplie ces trois dernières années. Et aussi a la manière dont elle s'achevait. Il chercha des yeux l'endroit d'où on lui avait tiré dessus, mais sans succès, c'était son dernier acte de soldat. Il ne pourrait plus rien faire.
Il allait rejoindre tout ses camarades tombés au combat, et aussi tout ces ennemis, qui n'était en fait que des amis qui n'avait pas choisi le même bord. Il irait boire un coup en Enfer avec eux.
Il murmura un "merci" inaudible au tireur qui l'avait délivré de tout ces maux, des cauchemars qu'il faisait depuis un moment déjà, et de tout le reste; il lui disait merci alors que la dernière lueur de conscience disparaissait de son regard et qu'il fermait les yeux pour l'éternité.

C'est ainsi que le 2 Mars 1945, était mort Patrick MacGregor, un vieux soldat, d'à peine 19 ans.

_________________
Ecossais
Carrément méchant
Jamais content


Dernière édition par McGregor le Lun 19 Oct - 3:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
McGregor
lieutenant
lieutenant
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 21/10/2008
Localisation : En train de t'aligner dans ma lunette le boche

Feuille de personnage
pays: Angleterre
fonction: MJ
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Saltatio Mortis   Lun 19 Oct - 0:12

_________________________________________________________________________________________

Epilogue:


La mort de MacGregor avait crée un certain choc dans la division, mais sans plus. Il fut comme son testament - remit a un camarade comme le veut une certaine tradition - le voulait, enterré sous un arbre près de l'endroit ou il était tombé. Loin de son pays qu'il n'avait pas revu depuis le 7 juin 1944.
A titre posthume il fut élevé au grade de Lieutenant (le plus jeune de toute l'armée britannique) et décoré de la Victoria Cross. Nul doute que de son vivant il ne l'aurait jamais accepté ou alors au nom de la division toute entière.

Ses affaires furent comme le veux une certaine tradition un poil macabre, mises au enchères au sein du régiment. Il ne s'agit nullement d'une coutume de salopard comme certains le pensent. Juste que les affaires du mort ne servent plus a rien. Ceux qui les convoitent peuvent donc se les procurer et l'argent ainsi récolté est envoyé a la famille. Ce jour la les enchères furent un véritable succès, MacGregor était le roi de l'objet déniché, ainsi dans le lot se trouvait: une casquette de l'Afrika Korps, Un Lüger P08, une paire de rangers US, des jumelles allemandes et française, et bien d'autre choses piquée ici et là.
La pièce maitresse de ces enchères fut son fusil, que le Lieutenant colonel Dagwell avait bien aimablement déclaré perdu. Il fut acheté 3000£ par un sergent qui le renvoya a la famille de l'écossais.
Au final la famille du jeune homme reçu de ces enchères 4563£.

Et la guerre elle se poursuivi malgré tout, MacGregor était tombé comme tout les vieux soldats: sans bruit, ni remous inutiles.
Carrington fut avec Price le dernier survivant du cercle des vétérans à avoir débarqué en Normandie, il eu la chance d'être blessé le 17 mars. La guerre elle se termina le 8 mai 1945. A deux mois près, MacGregor aurait fêté la victoire, si on pouvait encore appeler ça une victoire avec les restes de la division...

_________________
Ecossais
Carrément méchant
Jamais content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
McGregor
lieutenant
lieutenant
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 21/10/2008
Localisation : En train de t'aligner dans ma lunette le boche

Feuille de personnage
pays: Angleterre
fonction: MJ
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Saltatio Mortis   Lun 19 Oct - 0:19

Voilà, c'était la mon dernier RP avec MacGregor avant longtemps. J'espère que vous prendrez autant de plaisir a le lire que j'ai eu a l'écrire.

Et sachez bien que j'ai eu la larme a l'oeil en l'écrivant, j'ai cherché volontairement a le rendre poignant, car même si il s'agit d'un moment tragique. Et que vous pouvez en ressentir la "perte" comme si il s'agissait de quelqu'un de particulier; n'oubliez jamais que 60 millions d'anonymes sont morts de manières identiques, et qu'aujourd'hui encore cela continue...

MacGregor était et restera un combattant anonyme, comme aurait pu l'être n'importe quel soldat de la Seconde Guerre, et les RP que j'ai joué avec sont un hommage a tout ces soldats qui ont combattu et sont morts dans l'anonymat le plus total, qu'ils soient anglais, français, américain, allemands, russes, italiens, ou d'autres encore... Qu'ils se soient battus durant le second conflit mondial, ou tout les autres.

Ils méritent tous les honneurs.

_________________
Ecossais
Carrément méchant
Jamais content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Havoc Harold
sergent
sergent
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: Saltatio Mortis   Ven 29 Jan - 15:19

RP terminé

_________________
British 6th airborne

Pathfinders

Always in front,
Last to leave the battle


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saltatio Mortis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Saltatio Mortis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Séides de Mortis ~ Les ténèbres arrivent [Responsable: Annah Jones]
» Rigor Mortis
» Une nuit aventureuse [La Grotte]
» [CIMETIERE] L'armée du roi Mortis
» Lois London - Mortis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seconde Guerre Mondiale :: RP :: Archives-
Sauter vers: