Seconde Guerre Mondiale

Rejoins les forces Alliées ou les forces de l'Axes et combat l'adversité dans une vaste guerre pour la domination du monde!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 27

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Ven 9 Avr - 16:48

MJ

Le train stoppa , là , deux belles demoiselles aux formes généreuses accueillir les valeureux combattants de l'Oural . Magnifique .

Camarade !! réveille toi !!

Viktor reprit ses esprits . Non , ce n'était pas de joli filles qui allaient les accueillir .

02 Décembre 1941 . Aux alentours de Moscou , gare de triage 021-10 ... -26°C .

Les soldats quittèrent le train et se rangèrent en un tas d'homme gelé par le froid et ressemblant à tout sauf à des soldats .
Viktor tremblait comme une lycéenne avant le bal de fin d'année .
Un homme à côté de lui se plaint .

J'ai froiiiiiiiiiiiiiiid , merde c'est quoi ce pays .

Un autre lui tapa derrière la tête .

Ce pays c'est le tiens du con !! Et si je t'entends re dire ce genre de conneries , je ferai mon premier tir sur ta tête chien !!

Les hommes grelottaient et personne ne semblait les prendre en main . Il fallait pourtant leur fournir arme et munitions ainsi que leur paquetage : ils n'avaient que leur uniforme .

[ HRP : bon , là notre commissaire politique prends en main les soldats dont notre camarade fait partit . A vous de jouer ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: o   Sam 10 Avr - 6:46

Des bottes noires enneigées claquèrent sur le sol en lino d'un bâtiment administratif. L'homme qui portait ses bottes descendit les marches en acier également enneigées. Une GAZ-64 garée devant le bâtiment attendit alors sagement le passager principal... Un soldat était derrière le
volant...Serguei monta à l'arrière...

-On va à la gare , immédiatement ...

- Bien Camarade Commissaire...

La voiture couverte à
cause du froid roulait en direction de la
gare où de la vapeur s'élevait. Une fois devant, Serguei descendit. de
la voiture avec un dossier où était imprimé l'insigne du NKVD, les services
politiques de l'Union Soviétique, des soldats descendirent de certains
wagons
non-armés, non équipés de barda....C'était inadmissible...Serguei chercha le plus gradé , et il tomba sur un sous-officier chargé du "tri". Il se
dirigea vers ce dernier qui semblait assez occupé...

- Niet ! Le 7e régiment
de Sibérie doit rejoindre le 4E à Kalinin sous les ordres du Général
Konev...Da...A plus tard Tovarishch , vive le Camarade Staline...

- Vous êtes le responsable de ce ...tri ?

- Starchiye Sierjant Diagolotch, qui le demande ?

Tandis que cet adjudant regardait son téléphone qui sonna une fois de plus et donc par réflexe y répondit ... Au bout d'un moment, Sergei perdit patience et arracha le combiné des mains de l'Adjudant...

L’adjudant se retourna avec
fureur et aperçut alors les insignes de manches en forme de Faucille et de
Marteau ce qui le calma aussitôt

-Que puis-je faire pour
vous Camarade Commissaire ?

Serguei prit son dossier et l’ouvrit de ses gants en
cuir.

-Je vais prendre les choses en mains Camarade, je viens de revenir d’un convoi ramenant des troupes ici afin de préparez la contre attaque du 5, comment se fait-il que ces hommes n’aient pas d’équipement ? Ni arme, ni packtage ?

L’adjudant était brusqué de toutes ces questions…

-Euh…La plupart de ces hommes sont des kolkhozniks , enrôlés dans l’armée pour répondre à Hitler, il faut qu’il sache tirer. Ils connaissent leur terres, mais ce ne sont pas des
soldats…

Serguei n’appréciait
pas ce genre de réponses...

-Nous verrons,
passez -moi dossier Camarade.

En réalité, Serguei en prit un au hasard dans la pile vacillante des dossiers des convois. Le dossier qu’il avait en main était celui du convoi numéro 452-A en provenance de Sverdlovsk , stationné en gare 021-10.

Serguei demanda à des soldats armés de le suivre, tandis qu’on fit descendre des hommes gelés par le froid. En même temps, ils n’était pas très chaudement habillés, seulement de l’uniforme
du soldat ou d’officier, qui ne tenait pas vraiment chaud.

Tcherskoi , avec un manteau gris , marcha devant des ces soldats fatigués qui s’amusèrent de ce petit voyage en train. Serguei monta en compagnie des soldats armés sur une estrade avec un porte-voix.

-Camarades !! Bienvenue, en temps normal j’aurais aimé vous faire visiter la capitale ! Mais ce n’est pas le moment…

Des crépitements
se firent entendre au loin vers l’Ouest...

- Ce bruit ! C’’est le bruit de milliers de vos compagnons qui meurent pour protéger leur capitale...Ce bruit ! C’est l’armée Fasciste qui tente d’enfoncer nos portes ! Ce bruit, c’est la guerre mes amis... Moscou n’est jamais tombé ! Napoléon s’y est cassé le nez, Hitler connaitra le même sort !





Un élan de joie débuté alors au milieu des troupes…


Mais pour cela…Il faut des règles…Vous recevrez tous un Mosin Nagant avec deux lames de cartouches, nous estimons qu’en donnez plus ne sera pas très utile…Vous recevrez également un sac léger , contenant : pelle, gamelle ,couverture .Dans quelques jours , une contre-attaque sera lancée, tous les déserteurs seront considérés comme traîtres à la Patrie , et seront abattu sur-le-champ ,cela contribuera au déshonneurs de votre famille. Les officiers connaitront le même sort, je suis là pour ça. Pour l’instant vous allez suivre le Podpolkovnik Barichkov , pour toutes questions et demande spéciales je serais pas loin de vous
, je vous ai à l’œil camarade …


Serguei descendit tandis que
des soldats menés par Barichkov encadrés les nouvelles troupes vers le point de
ravitaillement à quelques pas d’ici derrière la gare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Ballschov
recrue
recrue
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 20/03/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mar 13 Avr - 18:02

Sur une route, à des kilomètres maintenant de Leningrad, des soldats allemands marchaient. Nous sommes le 2 Décembre 1941. Un PanzerRegiment monte en renfort jusqu'à Moscou. Mais il doit s'arrêter avant par des villes importantes sous contrôle de l'Axe. Novgorod, Demiansk, Rzhev et enfin Moscou. Beaucoup de centaines voir milliers de kilomètres à parcourir pour arriver jusqu'à Moscou.

Dans un half-track, deux prisonniers russes sont gardés par des soldats de la Heer, l'Armée de Terre Allemande. Les deux sont blessés. Ils ne sont pas gradés, des hommes de rang, rien de plus. Ils ne sont pas importants, les allemands le savent, alors même si ils sont gardés par des soldats allemands, ceux-çi ne sont pas des élites envoyés sur le front russe.

Le convoi progresse lentement, dépassant bon nombre de véhicules détruits par des tirs de mortiers. Ils s'arrêteront bientôt dans un village, pas très loin, il y a une colline. Sur cette colline, une forêt. Il pleut... Le terrain n'est que boue et eau. Et c'est très un très bon terrain de chasse. De la lunette de son Mosin-Nagant, Vladimir surveille les troupes allemandes qui se déployent dans le village. Ils semblent chercher une cellule de partisans. La cellule de partisans, c'est celle de Vladimir, et elle est très bien préparée au combat.

Un mortier de 82mm avec deux caisses d'obus explosifs; des Mosin-Nagant de la Grande Guerre qui marchent très bien, et des pistolets Luger P-08. De quoi faire sauter la cervelle de quelques soldats allemands. Le but est de secourir les deux prisonniers et de défendre le village. Les habitants ne méritent pas d'aller dans des camps alors qu'ils n'ont rien fait, et les soldats allemands pourraient bien vouloir profiter de quelques russes, chose inacceptable.

- La chasse est ouverte ! Equipe de mortiers, feu sur la place de la mairie !

Le commandant des partisans, qui sont essentiellements des civils, n'est autre que Vladimir lui même. Cette fois, il espère bien réussir son coup.
- Les autres, mettez vous vers la ferme, à couvert.

Les autres partisans, 12 hommes et une femme, se déplacèrent à couvert d'arbres en arbres, pour ensuite courir une petite distance à découvert, avant de sauter par dessus la cloture en bois de la ferme. Ils se mirent ensuite dans la grange, de façon à ne pas être vu. Pendant ce temps, le servant introduisit un obus dans le mortier. Cinq secondes plus tard, une petite fumée blanche et un bruit caractérisque de la propulsion d'un obus. Grâce à la pluie et au vent, l'obus dans les cieux ne s'entendit pas. Et l'explosion, une minute plus tard, propulsant hors de la place trois soldat.
- Joli coup !

Au tour de Vladimir. Il ferme l'oeil droit, et regarde dans la lunette avec l'oeil gauche. Et cale le fusil contre son épaule, et il bouge légèrement pour trouver une cible adéquate. Le capitaine qui semble s'agiter et donner des ordres. Parfait. Une simple pression sur la gâchette, et le recul que Vladimir est maintenant habitué signale que la balle est partie. Grâce à la lunette, il verra la balle toucher la nuque du capitaine. Elle s'arrêtera net dans celle-çi. Il tombera par terre, une flaque de sang contre sa joue gauche prendra place et mettrai un peu de couleur sur les sombres pavés gris.

Pendant ce temps, les partisans dans la grange commencèrent à tirer sur une équipe de mitrailleur qui approchait dangereusement de la colline. Les balles fusent, les allemands n'ont pas le temps de riposter. Une pluie de balles de 7,62mm tombent bientôt sur les allemands, qui ne peuvent que mourir. La guerre, qu'elle connerie ! Pas le temps de récupérer la mitrailleuse. C'est la pagaille du côté des allemands. Certains veulent partir, les plus gradés ordonnent aux déserteurs de revenir, avant de les faire tuer. Au final, les allemands se tuent entre eux en plus de devoir tuer les partisans russes. Ils ont l'avantage numérique : 50 allemands contre 16 partisans. Mais ils n'ont aucune artillerie, ils sont fortements désorganisés et ils se battent entre eux !

Les déserteurs sont finalement vite tués. Ils n'y a plus que 43 allemands ! Un nouvel obus perturbera les orgueilleux soldats nazis, certains tomberont à cause de l'impact. Un soldat allemand cria d'une force innouïe et même incroyable. Il était là, ses deux jambes à côté de lui, il criait à mort, il saignait et saignait. Son ventre était ouvert, il avait perdu deux jambes à une main. Pauvre soldat ! Pour éviter qu'il souffre, Vladimir usa une balle pour le tuer. La balle fit projeté le casque du soldat allemand, tâché de sang. La balle c'était logée dans le cerveau. Il tomba à terre, mort en souffrant malheureusement, mais il aurait pu souffrir beaucoup plus.

Les allemands n'arrivaient pas à mater une cellule de partisans russe. Ils étaient même contraints de reculer devant l'attaque ! Le mortier faisait des ravages, il était d'une précision mortelle. Il ne fallait pas toucher les trois half-track, ils étaient très importants. Le premier contient les deux prisonniers surveillés par des soldats allemands. Le deuxième, c'est le half-track bourré de munitions, le troisième est vide mais il a une mitrailleuse et il peut servir !

Les allemands faiblissent de plus en plus... Bientôt la fin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 27

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mer 14 Avr - 7:53

MJ

Les hommes suivirent Barichkov , en rang plus ou moins ordonné mais il y avait du mieux depuis le discours de Serguei .
Des sous officiers tenaient le centre d'approvisionnement . Voyant tout ce monde arriver , l'un d'eux sortit de l'entrepôt dont il avait la charge .
Serguei suivait et lorsque celui ci arriva , le sous officier se présenta avec un salut droit respectueux et net , son âge , environ quarante ans bien passés , trahissait le vétéran mais son allure était celle d'un aspirant fraichement endoctriné .

Starshiy Serzhant Eremenko à vos ordres !!!!


Serguei lui rendit son salut , alors Eremenko se mit au repos et tourna le regard vers les soldats .

Camarade commissaire , j'ai quelques Maxim , les plus forts devraient s'en occuper , par contre je pense pas avoir asser d'arme pour tout le monde . Certains devront se contenter d'un pistolet au lieu d'un fusil . Sinon il y a un chargement qui devrait arriver dans deux jours , mais le dernier chargement n'est jamais arrivé jusqu'à nous , des unités l'ont pillé pendant son chemin .

Les soldats furent mal à l'aise à entendre Eremenko , pas assé d'arme ?! Ils vont se faire trouer sans même pouvoir riposter ?!
Barichkov se tourna vers la troupe .


FERMEZ LA !!!!

Tous se turent .

A quelques kilomètres de là ... la bataille fait rage .
Vladimir et ses partisans eurent le plaisir de voir qu'il restait une vingtaine d'allemands qui courraient dans tous les sens , sans plus aucune cohésion , le dernier gradé ayant rendu l'âme .
Tout a coup , un des hommes jeta son Mauser et leva les mains en l'air .
Il bredouilla des mots incompréhensibles , ses camarades jetèrent alors leur armes aussi et levèrent leurs mains bien haut .
Plusieurs pleuraient , d'autre hurlaient de douleur , frappés par une balle ou un éclat d'obus .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mer 14 Avr - 9:37

Plus loin , au dépôt de ravitaillement, un sous-officier du nom d'Eremenko qui s'occupait de l'armement , semblerait-il , précisait à Serguei , le fit que certains convoi de ravitaillement furent dépecés et que le manque de matériel se faisait sentir.

-Camarade , je me fiche de ce manque. On m'a chargé de rétablir l'ordre sur le front et je vois ici que rien ne va. Un convoi qui est pillé par des soldats de l'armée , c'est inadmissible . Si nous ne serions pas en temps de guerre , vous auriez déjà une balle dans la tête Emerenko. Dans deux jours , si ce convoi n'est pas présent ici même , je vous tiendrais pour unique et seul responsable et j'enverrai même des soldats nus comme des vers en première ligne !

Les soldats commencèrent à s'agiter...Le manque de matériel et l'arrivée de la bataille provoqué la peur chez les soldats. Eremenko s'égosiller pour retrouver le calme , suffisant un premier temps mais rien n'y fit par la suite.Un simple soldat assez puissant forca la première rangée et bouscula d'autres soldats, eux armés et chargés de l'ordre. Il grimpa au grillage de la porte du dépôt , échappant au maintiens des gardes. Cette tête de mule de paysans grimpa toujours plus malgré les sommations des différents gardes.

Serguei dégaina son Tokarev et tira. La balle toucha la jambe du soldat récalcitrant qui chuta , avant de se prendre des coups de crosse de la part des gardes. Serguei prit la parole.


- Je tiens à prévenir , je viens de manquer mon coup. Envoyez-moi cet imbécile en première ligne et désarmé , il servira d'éclaireur.

Serguei revint à sa première activité , gérer ce convoi de ravitaillement.

-Donc Camarade , vous m'avez parler d'un convoi pillé. Que contenait-il ? Nous devrions recevoir des Pushkas mais cela par voie férrés , l'état-major demande à ce qu'il soit protégé coûte que coûte. Nous devrions pas avoir trop de problèmes du côté de l'aviation ennemie , vu le temps mais si par mégarde il se dégage un moment , il faut anticiper. Il faudrait s'équiper de KS-12. Le dernier convoi en à amener suffisamment pour en réquisitionner quelques-uns , j'en parlerai à un officier supérieur...Pour le moment armés les soldats par deux. L'un portera le fusil , le deuxième suivra avec les munitions , cela économisera le stock d'armes. En attendant, les ordres sont claires , préparez ces troupes.

Serguei salua respectueusement d'un signe de tête ce sous-officier , tout en observant tout ces soldats fatigués par un long trajet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Ballschov
recrue
recrue
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 20/03/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mer 14 Avr - 17:22

Les allemands faiblissaient bien vite. Ils faisaient des cibles idéales pour le mortier et pour le fusil à lunette. Ils couraient partout, certains voulurent riposter, mais grâce aux partisans dans la grange, ils ne purent même pas tirer une balle de riposte. Ils étaient vraiment désorganisés, la surprise avait été totale. Vladimir anticipait à cause de cette attaque, croyant que c'était perdu d'avance, mais les russes prennent un sérieux avantage et maintenant ils sont plus fort que les allemands, et ils sont sans répit. Finalement, après une nouvelle minute de combat, les quinze survivants allemands allaient se rendre.

Un soldat terrifié jeta son fusil Mauser 98k par terre, et il leva les mains en l'air. L'ayant très vite repéré, Vladimir laissa son fusil, et sorti d'un étui à la ceinture son Luger récupéré sur un cadavre allemand. Il fit un signe à l'équipe de mortier, pour stopper les tirs. Il se dépêcha, le soldat n'avait peut-être plus beaucoup de temps avant de mourir, et celui qui tuerai le soldat allemand désarmé goutera à la fureur de Vladimir. Mais quand il arriva à quelques mètres du soldat allemand, les autres jetèrent aussi leurs armes et levèrent les bras en l'air. Quinze prisonniers allemands dont six blessés. Des jeunes... des gamins de 18 ans... Vladimir soupira, et fit signe aux autres partisans de le rejoindre. L'équipe de mortier restera là bas. Les partisans se mirent en ligne derrière Vladimir, qui donna un ordre et regardant toujours les soldats allemands.

- Récupérez les armes, et alignez les prisonniers valides !

Les partisans s'exécutèrent, et récupèrent les armes allemandes. Des pistolets Luger P08 en 9x19mm Parabellum, des Karabiner 98k en 7,92x52mm IS, deux Maschinenpistole 40 en 9x19mm Parabellum, des Stielhandgranate Modèle 24, et trois Maschinengewehr 34. Les véhicules capturés furent trois SdKfz 251, dont un rempli de munitions, et deux vides et désarmés. Mais même si les partisans avaient gagnés une quinzaine de prisonniers, des armes en nombre et des munitions en nombre, les premiers problèmes arrivèrent bien vite.

Déjà, il fallait des soins d'urgence pour les blesser. Certains pleuraient, d'autres gémissaient de souffrance, quelques uns hurlaient de douleur. La guerre, quelle connerie. Les habitants virent à la rencontre des partisans, les remerciant. Le maire vint personnellement remercier Vladimir, alors qu'il l'avait presque chassé du village il y a quelques jours. Les deux hommes se retirèrent alors que les partisans faisaient de leurs mieux pour calmer les douleurs des prisonniers, mais sans équipements médicaux adéquat et sans formations, c'était difficile.

Le maire et Vladimir marchèrent en direction de la grange, un pas lent. Vladimir était un peu fatigué, et le maire inquiet.

- Vous pensez que des renforts arriveront ?
- Surêment pas monsieur le maire. Les autres convois ne risqueront pas de s'aventurer ici et nous avons assez d'armes pour nous en occuper !
- Alors vous avez réussi à intercepter un convoi allemand !
- Le combat était rude monsieur le maire. Mais nous n'avons déploré aucune perte, les ennemis furent très vite en déroute. Ils ne pouvaient que mourir ou ce rendre. Et nous avons deux nouveaux combattants, des militaires russes, comme moi !
- Qu'allez-vous faire des prisonniers ?
- Je ne sais pas... les tuer ? Ils vont nous créer des problèmes en voulant s'échapper, et nous n'avons pas de quoi les nourrir ou les soigner. Ou nous pouvons les garder...
- Je vous conseille de les tuer. Ils ne vous apporteront que des ennuis.
- C'est vrai... Mais ce sont des hommes ! De chair et de sang. Comme moi... Comme nous !
- C'est vous le chef, pas moi...
- Pourriez nous fournir du matériel médical, des vivres et la ferme abandonnée en échange d'une protection à toutes épreuves ?
- Nous vous devons bien ça. Je vais voir ce que je peux faire pour le matériel médical et les vivres. Vous pouvez volontier vous installez dans la ferme abandonnée. Elle ne sert plus à rien.
- Merci monsieur le maire. Je vais rejoindre mes hommes !
- D'accord !

Le maire alla rejoindre les habitants pour les rassembler, tandis que Vladimir marcha en direction de la position de l'équipe de mortier, d'un pas très rapide. En une bonne minute, il fut en haut de la colline, là où il était il y aura bientôt dix minutes. Le temps passe vite quand on est occupé. Il récupéra son fusil Mosin-Nagant, avant de parler aux trois hommes de l'équipe de mortier.
- On descend. Rassemblement avec les autres en bas !

Les trois répondirent en même temps un "ok chef !". Vladimir se dépêcha de descendre, et il vérifia un à un les prisonniers. Il fit placer les prisonniers valides en lignes, les blessés assis en ligne à côté. C'était pour voir l'étendu des dégâts. Il faudra transporter un prisonnier qui a une jambe en sang et paralysée. Une fois l'équipe de mortier arrivé vers les autres, il fit rassembler les partisans, et ils se mirent en ligne en face de Vladimir à l'écart des prisonniers. Ils ne tenteraient rien désarmés, et Vladimir avait un oeil sur eux. Il monta sur la cabine d'un tracteur vraisemblablement abandonné, et pris parole.
- Partisans, vous avez fait un véritable combat de militaire aujourd'hui ! Certains soldats russes n'ont pas fait ce que vous vous avez fait. Vous avez prouvé que l'armée allemande n'est pas invincible ! Grâce à ce combat, nous avons été récompensés en armes, en munitions et en véhicules. Trois beaux véhicules blindés allemands ! Je suis content de vous et des résultats ! Un vrai travail de professionnel ! Le maire nous a permis d'utiliser la ferme abandonnée pour nous établir. Nous aurons un meilleur confort, nous serons à l'abri, et surtout, nous aurons enfin le chauffage, du moins pour un petit moment. Le climat sera bientôt rude ! Grâce à vous, ils le sera moins pour nous, et pour les prisonniers ! Surtout, je vous demanderai de ne pas maltraiter les captifs allemands. Ils sont jeunes, plus jeunes que nous tous. Imaginez que vous êtes les parents et que vous apprennez que votre fils de 18 ans est mort au front, alors qu'il c'est rendu et qu'on l'a vulgairement massacré ! La guerre est horrible, ils ont été horrible je sais, mais ce sont des militaires, ils font ce que le gouvernement demande de faire, point final. Alors faîtes de votre mieux pour leurs montrer que la Russie n'est pas comme l'Allemagne !

Il sauta du haut de la cabine du tracteur, et d'un signe de main, il invita prisonniers et partisans à se diriger vers la ferme abandonnée. Il fallait s'installer. La partie habitable fut réservée aux partisans, la grange fut réservée aux prisonniers. La partie réservée aux animaux servie à cacher les armes, bien qu'il n'y est plus d'animaux.

Que le maire allait t'il apporter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 27

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Jeu 15 Avr - 8:04

MJ

Eremenko déglutit .

Le convoi sera là dans les temps camarade , je vous le garantit .

Les soldats furent mit en ligne et équipés selon les ordres du commissaire Tcherskoi . Les huit plus fort avaient étés équipé de mitrailleuses Maxim , l'un comme convoyeur/tireur et l'autre approvisionneur . Quelques heureux eurent une grenade , a vrai dire les seuls a avoir une grenade étaient déjà des combattants , certains avaient combattus dans la Guerre Civile , d'autre dans la guerre Russo-Finlandaise .
L'équipement de ces hommes allait bon train .

De la fumée ainsi qu'un bruit de moteur vint perturber le déroulement de opérations : un groupe de chars totalement hétérocyclique arriva .
Ils passèrent près du dépôt et stoppèrent .
L'un de ces char était absolument énorme !! un T35 et ses cinq tourelles , un couple de T28 et sept T26 ainsi qu'une BA10 .
Les équipage sortirent au dépôt et demandèrent le plein d'essence et de munitions .

Les obus , ca le dépôt en avait , mais les munitions de mitrailleuses , c'était une autre paire de manches .
L'officier responsable du groupe de chars essaya de trouver une solution , dans un calme religieux . Pendant ce temps , les réservoirs étaient rassasiés , le carburant était une des seules choses que le dépôt avait en stock : peut de véhicules passaient par ici .

Serguei allait il réquisitionner ces blindés pour un assaut combiné ?
Au loin , on entendit les bruits d'avions , sûrement en train de combattre d'autres troupes ... ou un groupe de partisan ?!


Dix minutes plus tôt .

Un des partisan alluma une cigarette et se mit à blaguer avec ses camarades , le moral était revenu .
C'est alors qu'un bruit affreux se fit entendre , suivit d'une explosion : celle des bâtiments que les hommes de Vladimir occupaient jusqu'alors !!

Frappe d'artillerie !!!!


Mais il se trompait , malgré le bruit caractéristique d'une frappe d'artillerie , c'était six Hs 123 qui bombardaient le village !! C'était logique , bon sang , l'officier du convoi avait demandé un appuis aérien avant de mourir !!!!

Les avions larguaient bombes et balles de mitrailleuses sur le village .
Le partisans qui avait hurlé jura et saisi une des MG 34 fraichement capturé , il la posa sur un muret et fit feu sur l'avion le plus proche .
Malheureusement , son feu attira deux de ses camarades et la position de Vladimir fut mitraillée copieusement , faisant des morts parmi les partisans et les prisonniers .

Un couple de I15 Bis sortit des nuages , une patrouille de l'aviation russe . Le combat aérien s'engagea , aidé par les partisans qui mettaient en œuvre les trois MG 34 .
Un Henschel fut abattu par la chasse soviétique , un autre endommagé mais les avions d'assaut allemands eurent finalement raison de leurs assaillants , les deux Polikarpov furent abattus , un des pilote sauta en parachute néanmoins . Un autre appareil teuton s'écrasa suite aux impacts précis des tirs de DCA improvisés , ceci entraina le repli des autres avions , le calme revint alors . Il falait compter de nouveau les blessés mais cette fois les morts étaient au rendez vous , dans les deux camps .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Jeu 15 Avr - 9:08

Serguei se tourna pour parler à un subordonné qui lui délivra un message provenant du bureau de Lavrenti Beria lui-même et de l'état-Major de l'Armée Rouge. La Wermacht avance de plus en plus. Le combat sera mené bien avant la contre-attaque massive en préparation.

Serguei s'asseya sur une chaise en bois. Il était exténué. Sortant à l'instant d'un train venant de Sibérie , sous le commandement de Joukov , il devait bientôt menait des troupes aux combats contre les armées d'Hitler. Un grondement sourd se fit entendre non loin et les grilles du dépôts s'ouvrirent. Une colonne de Blindés Soviétiques venait faire le ravitaillement.

*Govno...Il manquait plus que ça...*

Un officier descendit d'un énorme T-35. Il s'expliqua rapidement avec Eremenko , puis des techniciens et des ingénieurs procédés au ravitaillement en carburant et en munitions ,malgré que ces dernières ne soient une denrée assez rare.

Puis une voix s'éleva derrière Serguei.

- Tovarishch komissar ,Tovarishch komissar !

Serguei se retourna et aperçut un opérateur avec un casque autour du cou.

- Un appel provenant de Kouïbychev, Camarade...

Serguei suivit l'opérateur est prit le combiné à côté de la grosse boite de conserve qui servait d'antenne téléphonique.

- Serguei Tcherskoi , j'écoute...


Après quelques paroles échangés en Russe avec ses supérieurs , il se retourna observant les chars en train de faire le plein puis raccrocha après avoir salué son subordonnés.

Serguei marcha hâtivement en direction de la colonne de char qui venait d'arriver.Il regarda l'officier qui était assis sur son T-35.

- Camarade...

L'officier tourna la tête et aperçut Serguei. Il sauta du Char et se tenait droit en gardant le salut militaire.

- Polkovnik Biorskyia , Camarade Commissaire.

Serguei reprit alors la parole.

- La VVS vient d'engager un vol de reconnaissance et ils ont rencontrés la Luftwaffe non loin d'ici. Des résistants et des paysans viennent d'intercepter un convoi de l'armée Allemande. J'ai ordre de mener l'évacuation et la sécurisation au sol de cette zone. Je réquisitionne vos blindés et avec l'appui de l'infanterie nous allons aider ces hommes et ces femmes qui se battent pour leur terres.

Biorskyia approuva et une fois le ravitaillement effectué et les soldats armés et organisés . Il en manquait plus que le signe du départ donné par Serguei en voiture non loin. Pour le moment , il ne fallait craindre que la Luftwaffe . Des GAZ-AAA transportait les troupes tandis que de la DCA tels que des 85 mm furent également emportés pour être tractés par de simples tracteurs agricoles d'un Kolkhoze non loin de là. L'Armée Rouge était donc en route en direction de ce village pillonés par les Allemands.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 27

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Sam 24 Avr - 12:04

MJ

[ HJ ] J'enchaine sans Vlad' , Cf son poste en Discussion [ / HJ ]

Les hommes finirent de s'armer et se rassemblèrent près des chars , qui terminaient leur plein .
Biorskyia insulta les magasiniers qui ne travaillaient pas assé vite à son goût , les munitions furent acheminées par des soldats volontaires pour filer un coup de main , bientôt ce fut toute la troupe qui aida les magasiniers .
Les chars prêts , Biorskyia regarda Serguei et lui fit un signe de tête : il était prêt au combat .

Alors le commissaire politique donna l'ordre d'avancer .
Les chars partirent en tête , l'infanterie progressant très près derrière les blindés .
La DCA fit feu sur les appareil teuton lorsque ceux ci passaient à porté ... mais aucun ne fut abattu .
Tout a coup , Biorskyia fit signe à son officier de regarder à gauche de la formation , sur la route perpendiculaire à une intersection qui se profilait au loin de leur route ... et de sa voiture , Serguei put voir avec ses jumelles un contingent allemands .
Infanterie , quelques Stug en couverture et surtout ... un Fiesler 156 qui devait avoir repéré les forces de l'URSS montant au feu .
La voiture de Serguei accéléra et se place près du T35 qui menait la charge , là le commissaire put entendre a travers le grondement sourd des chenilles

Hey !! .................... les chars allemands ................ partisans peuvent attendre ..................... putain de dégâts ces engins ...............

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: i   Sam 24 Avr - 13:34

La route semblait assez calme et assez propice à l'avancée des troupes de l'armée Rouge malgré les vols de reconnaissance de la Luftwaffe . Serguei regardait calmement les plans de la région. Soudain un nuage de poussière au loin attira l'attention du convoi...Serguei sortit ses jumelles et observa des unités allemandes qui allait empêcher les armées du Peuple d'aider les partisans plus loin.

-Chauffeur , avance en tête !

La voiture accéléra et se rapprocha du T-35 de Biorskyia. Celui-ci tenta de lui parler... Il compris alors que le village n'allait être qu'un objectif secondaire. Serguei fit stopper le convoi. Il fallait arrêter les envahisseurs.

Serguei descendit de voiture. Il rassembla les officiers d'infanterie : Narivoi , d'artillerie : Menchidavitch et Biorskyia pour la cavalerie. Il posa le plan sur le capot de sa voiture.

- Camarades , nous n'avons pas le temps de déblatérer pendant des heures. Les Allemands sont à portée de canon. Mais les Pushkas sont au camp. Il va falloir combiner l'Infanterie et les blindés. Avec les obusiers qui pourront couvrir légèrement au sol. Je participerai aux actions d'infanterie comme votre officier supérieur Narivoi .

Biorskyia pris alors la parole.

- Lancer un assaut blindés contre les Stugs serait de la folie , l'appui aérien serait la solution , en neutralisant les Stugs nous pourrions faire de nombreux prisonniers et enchainer une contre-attaque avec la VVS sur le village.

Les deux autres officiers semblait d'accord. Un opérateur radio fut convoqué pour contacter la base aérienne la plus proche. Or cette base est à une centaine de kilomètre de là. Et la préparation des Shturmovik est assez lente avec la neige qui recommencer à tombée. De toute manière les mauvaise antennes radio de la zone ne permettait pas de contacter qui que ce soit. L'opérateur radio fut envoyé au dépôt pour pouvoir contacter ce qu'il faut et quand il le faudra , il ne restait plus qu'à résister. Des puskas arriveront plus tardivement ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 27

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Dim 25 Avr - 17:23

MJ

Les russes se mirent alors en position défensive , selon les ordres de Serguei .
Les allemands continuaient à avancer ... ils étaient à porté de tir mais n'ouvraient pas le feu .

L'infanterie russe était prête à en découdre et n'attendait que cela , les chars eux étaient sortis de la route et avaient créé des amas de neige devant eux dans ce qui semblait être un champs : une protection supplémentaire plus psychologique qu'autre chose .

Les Stugs stoppèrent et l'infanterie allemande bondit vers les russes ... qui ouvrirent le feu .

Les teutons se couchèrent alors et ils devinrent quasi invisible . Les soldats soviétiques continuaient à tirer .
Narivoi se mit alors à hurler .

Économisez les munitions !! Bon sang tirez que si vous avez une cible tas de cochons !!

Les tirs diminuèrent mais ne stoppèrent pas .
L'infanterie ennemi progressait en rampant , parfois cueillie par une rafale de mitrailleuse d'un des chars .

Ceux ci eurent une tactique plus offensive : les T26 n'avaient aucune chance de percer les Stug de face , ils allaient donc charger pendant que les T35 et T28 les couvraient avec leur 76 mm ... la BA10 elle devait jouer le rôle d'appât en menant la charge .

L'attaque des blindés commença , un T26 fut immédiatement foudroyé et explosa très violemment , traversé de par en par .
Les Stugs s'en prirent comme prévu au T35 et T28 .
L'un des T28 , proche de Serguei , fut touché par plusieurs obus et commença à prendre feu , des cris atroces s'élevèrent faisant déglutir la plupart des soldats . La trappe de la tourelle principale s'ouvrit et l'officier du char en sortit en brûlant , se jetant dans la neige et aider par deux soldats à éteindre cette torche humaine .

Les allemands profitèrent du spectacle pour foncer sur les positions russes , baïonnette au canon , commença alors un combat au corps à corps digne de la première guerre mondiale .
Les Stugs touchèrent un autre T26 mais celui ci continua à avancer ... et ses camarades prirent de flanc les Stugs .

L'un d'eux s'enflamma suite aux tirs à bout portant de trois T26 . Deux autres T26 et la BA10 incendièrent un autre Stug pendant qu'un troisième était touché par le T35 qui faisait feu comme un démon de l'enfer .
Toutes les tourelles sans exceptions usaient de leurs armes de bord , canons , mitrailleuses ... ce char cracha la mort en achevant le Stug commencé et en transformant en charpie un groupe de nazis trop groupé .

Serguei vit bien que cette escarmouche ne faisait que commencer et qu'il fallait montrer l'exemple . D'autre teuton arrivaient sur les vaillants défenseurs et la bataille à bout portant s'intensifia .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Dim 25 Avr - 18:18

Les combats débutaient enfin.

L'infanterie allemande tenta une percée dans les lignes soviétiques profitant de la confusion des combats de blindés. Serguei observa alors plus en arrière tandis que le claquement des mitrailleuses était de plus en plus insupportable.

Les effectifs restreints des soviétiques à la veille d'une contre-attaque était de mauvais augure. Si ces troupes ne se frayèrent pas un chemin à travers les lignes de la Wermacht , alors qu'est-ce que ce serait face aux Waffen-SS plus tard...

Serguei regarda Narivoi. Un jeune officier trop confiant à poser défensivement l'infanterie , alors qu'en harcelant les troupes du Reich , cela pourrait créer la brèche voulu par le commissaire. Il fallait arrêter le massacre.


-Camarade ! Vous êtes sous mon commandement direct à partir de maintenant. Prenez-moi ces hommes et menez-les à l'assaut .

Serguei montra du doigt des hommes effrayés par l'intensité du combat cachés derrière des mottes de neige , fumant en chantonnant des chants patriotiques ... Narivoi regarda avec terreur le commissaire.

- Camarade Commissaire...je...ne suis pas sûr que...

Serguei posa sa main sur la gaine de son Tokarev. L'officier déglutit , et se mit avec ses hommes. Tremblant...de froid ou de peur , allez savoir. Sudain un grondement se fit entendre. Ils n'était pas si loin du dépôts , l'opérateur était arrivé depuis pas mal de temps , et plusieurs GAZ-AA transportant peu de munitions et tractant quelques pièces de 76 arrivèrent non loin des troupes qui se préparait à un assaut frontal et plutôt violent.

Les renforts d'infanterie était composés de deux centaines d'hommes armés de Mosin Nagant , PPsh-41 et même deux Degtyarev . Serguei envoya les 75 en hauteur le plus possible , visant alors les Stug d'une part et les renforts d'infanterie de la Wermacht d'autre part.

Le T-35 se défendait avec admiration ,tandis que les T-28 ne tenait pas la route face aux monstrueux Stug. La neige commença à tomber...Il en fallait pas se faire avoir par le Général Hiver , ce serait le comble.

Lorsque les 75 firent feu , le grondement sourd des coups de canons faisait penser a l'artillerie des Guerres Napoléoniennes...Au niveau des position des blindés allemands , des départs de feu purent être recensés.

Serguei sortit son Tokarev Il regarda les soldats apeurés Il fallait les rappeler à la Guerre Patriotique !


- Camarades ! Soldats ! En face se trouve vos frères qui tombent sous les balles de l'envahisseur ! Celui-là même qui ne se gêneront pas pour violer vos filles et égorger vos femmes ! Soldats de la Mère Patrie , de l'Union Soviétique ! Allez vous les laisser faire ??

Dans un grand cri menés par les plus patriotes d'entre-eux on pouvait distingué un "Niet" massif .


- A mort les fascistes , A mort !!! A mort !!!

(Tous : A mort !)

Serguei souffla dans le sifflet qui lança un cri strident , et jeta quasiment ce pleutre de Narivoi hors de son terrier. Une vague de soldats soviétiques tirant en direction des Allemands qui venait d'achever quasiment les derniers combattant de la première ligne. Sous le tonnerre des Canons de 75 , des Chars allemands et soviétiques et les balles de DP et de MG-34 et 42. Les flancs allemands était débordés , et harcelés par les soldats de l'URSS du moins...pour le moment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 27

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mer 5 Mai - 9:38

MJ

Les troupes de l'URSS chargèrent ce qui prit les allemands totalement par surprise .
Les Stugs étaient réduits un à un au silence par l'artillerie de la mère patrie et les chars russes qui commencèrent également à s'attaquer aux soldats teutons .
Ceux ci réagirent intelligemment et se massèrent en hérisson de défense , comme ils l'avaient appris en France à leurs dépends avec la tactique Weygand .

Les soldats se battaient pour leur peau , au corps à corps mais il y avait pire : dans la neige , difficile de distinguer qui est qui !!!! des tirs amis furent échangés avec son lot de mort supplémentaire .
La bataille était décousue sauf sur un point de front où les allemands étaient très bien regroupés et tenaient bon : leur officier veillant à ce que la ligne tienne .

Les derniers Stugs virent en position défensive dans ce dernier carré et firent un tir de contre batterie contre l'artillerie soviétique qui cessa le feu .
Se faisant , le feu sut reporté sur les blindés soviétiques qui chargeaient vers ce dernier ilot allemand .

Un T26 s'enflamma suite à un coup au but , la BA10 chavira en roulant sur une grenade qui fit volé le train avant du véhicule en miette ... et pour finir le T35 fut la cible de nombreux tirs des Stugs .
Immobilisé , il agissait maintenant comme un bunker . Mais un tir le frappa dans le bâti moteur : de grandes flammes s'élevèrent de l'arrière du char , la neige ne parvint pas à éteindre l'incendie .

Serguei était en pleine action quand un teuton se jeta sur lui , sa baïonnette à la main . Un des soldats russe vit son officier en difficulté et pointa son Mosin vers l'agresseur ... mais il ne put tirer , foudroyer par une rafale . La lutte à mort s'engagea .


HJ : Navré pour le retard .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mer 5 Mai - 10:53

L'assaut fut donné en masse. Après une avancée rapide et un avantage conséquent des forces soviétiques. Les soldats de l'Armée Rouge rencontrèrent les troupes de la Wermacht . Un combat à la baïonnette s'amorça , les effectifs soviétiques était retenu par une formation défensive allemande .

L'artillerie avait cessé , les colonnes des Blindés en difficulté... Les équipages des T-26 se roulant dans la neige , complétement brulé pour éteindre les flammes. Le T-35 en feu , les troupes effrayé par ce spectacle commencèrent à rebrousser chemin , mais Serguei , un peu à l'arrière tira en l'air. Les fuyards stoppèrent...


- Camarade ! Les fuyards seront abattus ! Autant mourir en héros et en Martyr qu'en traitre ! Retournez-vous et soutenez vos frères !

La plupart suivirent le conseil aveuglément. Mais quelques récalcitrant remontèrent la légère pente ,avant qu'une MG ne tire en rafale, et ces soldats furent abattus , dans le dos...La lacheté des Allemands fut assez mal avalé par les Russes. Qui en criant charger une nouvelle fois...Serguei à leur tête , d'ailleurs , l'oreille , on pouvait distinguer le coup d'un Nagant , d'un Kar , d'un p-38 ou d'un Tokarev...D'ailleurs celui-ci se manifesta assez rapidement.

Soudain , un soldat massif tomba sur Serguei...Baïonnette au canon...La lame se trouvait à quelques centimètre de la cage thoracique de l'officier Soviétique. Son képi tomba dans la neige , son Tokarev , presque vide , dans une main. Il tenta de basculer le soldat Allemand , mais la fatigue et la position défensive n'était pas suffisante. A sa droite arriva un soldat russe qui tenta de mettre en joue l'allemand mais il se fit abattre par la MG qui venait de recharger... Un carnage sans précédent d'ailleurs et dans les deux camps.

Serguei lutta toujours...La lame se rapprochait de son coeur au fur et à mesure...Un grondement arriva de l'Est... Les Allemands autour levèrent la tête... la MG venait de cracher le feu...Puis soudain un soldat Soviétique cria de toute ses forces...


- Frontovaya Aviatsiya !!!


En effet , des Lagg-3 et des l-16 Ishak sortirent des cieux ... Ils volèrent à basse altitude à cause de la neige...Serguei toujours se débattant violemment avec l'Allemands cria de se baisser aux Soviétiques...Donc en Russe...ce qu'ils firent sans rechigner et sans distinction ... Certains allemands comprirent et en firent de même...Puis Serguei poussa un cri de douleur affreux...La baïonnette commença à peine de pénétrer en surface et peu profondément le torse de Serguei puis les claquements des mitrailleuses de l'Armée de l'air , était effrayantes , les tactiques soviétiques faisait en sorte qu'ils tiraient dans le tas...Tout en visant les masses grises et noir malgré tout.


Serguei dégagea son fardeau avec toute la force qu'il lui restait , la baïonnette se retira rapidement et le fusil de l'allemand tomba aux côtés de Serguei...Par chance les tirs de l'aviation passèrent à côtés du commissaire mais aussi sur le corps de l'Allemand qui s"écroula de tout son poids...Touchés au dos et surtout gisant encore une fois...Serguei regarda autour de lui , les allemands tombèrent , affolés...

Le replacement de l'artillerie permis d'ouvrir une nouvelle fois le feu... Serguei retourna l'Allemand...Il le regarda dans les yeux. Il avait de la neige sur le front et dans les sourcils. Le commissaire pointa son arme de poing sur le crâne de cet Allemand...mais la retira...

- Tu mourras dans ta merde , chien !!!

Serguei lui cracha dessus et sonna la retraite pour laisser le feu libre à l'artillerie et aux avions... Des monticules de neige furent aménagés pour les deux Degtyarev . Qui ouvrirent le feu , légèrement en hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 27

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mar 11 Mai - 15:18

MJ

HJ : Vlad' ? Tu es avec nous ou pas ??

Les soldats bâtirent en retraite et l'assaut allemand fut terminé par l'habile combinaison artillerie-aviation .
L'escarmouche était maintenant terminé , l'unité teutonne avait été décimée et les russes avaient fait quelques prisonniers .
Il fallait maintenant comptabiliser les pertes .

Les chars russes revinrent : encore trois T26 étaient en état de combattre et un était bien amoché , il arriva en remorque d'un Stug A capturé par les forces soviétiques et servit pas les tankistes rescapés de leurs épaves ... un drapeau de l'URSS sur le toit , l'engin attira la curiosité de tous .
Les T28 étaient réduits à un unique exemplaire et le T35 était tout simplement foutu . Mais l'équipage était saine t sauf et avait non seulement fournit un appuis décisif , mais il était le bourreau de deux Stugs allemands .

Le commandant des blindés descendit de son char épave pour aller inspecter la prise de guerre .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Ballschov
recrue
recrue
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 20/03/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mer 19 Mai - 14:43

Je suis dans la cave de la ferme, nous nous sommes installés là en cas de bombardement. Le seul soucis : on n'entend presque rien, je ne sais pas pourquoi. Les armes sont déposés ici, avec la radion allemande. Nous avons mis une table au milieu avec une carte récupérée sur un officier allemand. Des renseignements précieux sur les prochaines attaques sur Moscou, à quelques dizaines de kilomètres d'ici. En combinant la radio plus la carte, nous avons un très grand nombre d'informations sur les mouvements de l'Axe. Alors que j'écoutait la radio allemande avec un homme du village qui connaît bien l'allemand, un homme arrive vers moi essouflé.
- Camarade Vladimir ! Les... avions allemands... nous sommes bombardés... le village entier... un massacre !

Ni une, ni deux, je récupère un pistolet-mitrailleur allemand, modèle 1940, appelé "MP40". Je fais un signe de tête, et je grimpe les marches de l'escalier qui mène au bâtiment où les autres partisants sont abrités normalement, et ce à une vitesse fulgurante. Une bombe a éclaté en plrin milieu du bâtiment. Deux blessés graves. Je donne l'ordre de les faire transporter en bas, puis je donne des ordres à ceux encore en état de ce battre. Chaque partisant doit prendre un prisonnier pour s'en servir comme bouclier humain. Le reste des prisonniers resteront dans la grange, mais seront enfermés et sans aucun partisant pour les garder. Comme ça, si la grange est bombardée, il n'y aura pas de pertes côté russe, en gros, les avions feront un tir ami.

Un homme hurla "frappe d'artillerie". Non... Pas une frappe d'artillerie. Des avions... J'ai pu le reconnaître au bruit. L'homme qui vint d'hurler alla chercher une mitrailleuse, puis il commence à tirer dans les cieux dès qu'il vit en avion passer.

- Non ! Pas ça !

Trop tard. Un avion descend en basse altitude... Il va nous mitrailler !
- Couchez vous tous !!!

Tous plongent par terre, sauf celui qui veut mitrailler l'avion. Et puis, des centaines de balles pénètrent la maison. L'homme à la mitrailleuse est fauché directement par une trentaine de balles, il s'écroule par terre. Aucune autre perte. Je me relève, puis je me rue vers la mitrailleuse. En colère, je tire comme un fou sur un avion, et, pendant trente secondes, je n'arrête pas de tirer. Je suis forcer de m'arrêter car l'avion pique vers un champ plus loin où il va s'écraser.
- Mettez deux autres mitrailleuses aux fenêtres, et canardez-moi ces fils de pute ! Les autres, tirez sur eux avec tout ce que vous avez : fusils, pistolets, pistolets-mitrailleurs. Je m'en fous. Il faut les détruire !

Je m'apprête à cribler de balles un autre avion mais le signe de la VVS m'empêche d'accomplir cet acte. Un miracle ? Des avions russes, ici ? Oui !
- Feu à volonté sur les avions allemands !

Une vague de balles touchent les cinq avions allemands. L'un d'eux est abbatu par la chasse russe, un autrte sèverement touché par les avions russes, mais ils se font dominer malgré notre DCA improvisée. Cependant l'un des pilotes ouvre son parachute. Et nous alignons à notre tour un avion allemand, ce qui provoque la retraite des avions de combat... Quelqu'un crie "victoire !". Victoire ? Certainement pas ! Plusieurs dizaines de morts et de blessés de notre côté, que ce soit prisonniers ou partisants. Une cinquantaine de morts côté civil. Morts à cause des bombes.

Nous rassemblons nos munitions et notre matériel. On compte les morts, puis on les met au milieu de la cour, sur des bûches de bois. On fait brûler le tout. Au moins, ils ne sont pas morts pour rien, ceux là... J'organise une expédition pour aller voir si le pilote qui a ouvert son parachute en encore vivant. Deux hommes se portent volontaires. J'ordonne à quelques hommes d'aller voir les épaves des autres avions tombés pour tenter de récupérer mitrailleuses, munitions, informations et armes. C'est toujours ça de gagner face à un nouvel assaut... Si il y a un nouvel assaut...

Nous prennons quelques grenades et des pistolets-mitrailleurs allemands. On aura ainsi une puissance de feu plus adaptée au combat, si on trouve des unités d'assauts. Nous prennons aussi un casque allemand chacun, pour mieux résister à des bombardements. On ne sait jamais. Nous partons donc à pied, parce que les véhicules blindés allemands qu'on a capturés sont réservés à d'autres usages, et parce que de cette manière on n'est beaucoup moins facile à tuer.

On marche en direction de l'avion russe tombé. La fumée nous guide. Bientôt, nous arrivons là bas. On ne pourra rien récupérer de l'avion, par contre, aucune trace du pilote. Les deux volontaires regardent l'autre côté de l'épave tandis que je réfléchis... quand quelque chose me fait tomber en arrière. Je vois un couteau qui s'arrête à quelques centimètres de ma gorge. Un homme vêtu comme un pilote de la VVS s'apprêtait à me tuer...

- Tu es russe ? Partisan ?

Je lui fais signe de tête que oui. Il m'aide à le relever alors, puis j'appelle les deux autres et il nous explique tout. Selon lui, un nouveau commissaire politique aurait pris les rênes dans le secteur. Un soit-disant Tcherskoi. Bordel, un autre con. L'autre était même pas capable de riposter aux attaques allemandes... Il est mort dans un bombardement il y a une semaine.

Nous le ramenons à ce qui est notre quartier-général improvisé. Quand nous arrivons là bas, un homme vient me chercher et m'explique qu'il y a des unités russes de l'armée qui se battent pas loin. On va les aider. Je fais rassembler tout le monde sur la cour, puis je donne les ordres. L'équipe de mortier se rendra sur la colline avec un partisan tireur d'élite pour bombarder les positions allemandes. On armera les halfs-tracks de mitrailleuses, notamment celles trouvés sur les épaves des avions. Elles fonctionnent très bien. Chaque civil est armé, les femmes de pistolets, les hommes de fusils. Les pistolets-mitrailleurs sont réservés aux partisan qui vont attaquer.

Les volontaires attaqueront sous mes ordres, les autres resteront pour défendre le village. Les enfants et les femmes doivent se cacher dans les caves. Les hommes doivent descendre dans les caves en cas de bombardement. Il y a déjà eu assez de morts comme ça. Je monte dans le premier half-track. Une mitrailleuse à l'avant place passager. Une mitrailleuse comme normalement (soit à l'arrière du véhicule en direction de l'avant) et une mitrailleuse tout au fond en direction de l'arrière. Et c'est pareil dans chaque half-track. On remplie les bâches des half-tracks, pour que les éclats touchent un peu moins les hommes. Tous ont des casques allemands et plusieurs couches vêtements, une idée pour bloquer quelques balles qui pourrait être bonne.

Quand nous arrivons là bas, nous massacront sans problèmes les allemands qui se replient. Un bombardement semble avoir anéanti les forces allemandes. Je descends du half-track, seul, et j'enlève mon casque. On entends des véhicules arrivés droits devant nous... Des russes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mer 19 Mai - 16:33

Le cri de la victoire résonnait dans la plaine et sur la colline enneigée. Les cadavres de soldats soviétiques était placés dans les camions sous une bâche.

Les prisonniers Allemands se firent exécuté froidement par les soldats soviétiques à la baïonnette , à la balle ou à la crosse de de Mosin-Nagant. Le T-28 qui semblait pouvoir encore avancer se détacha des carcasses des autres chars. L'équipage survivant du T35 monta aux côtés de Serguei qui ordonna alors la saisie des équipements allemands , armes , munitions ...des dizaines de K-98 , de MP-40 et trois MG-34 et une MG-42 . Ce butin s'accompagnait de lourdes pertes pour les troupes du secteur.

Les renforts finaux devraient arriver dans quelques jours mais pour le moment , il fallait suivre les avions jusqu'à ce village où des civils et des soldats égarés se battent pour la zone. Un appui en hommes et en matériels devrait les soulager et calmer les allemands. Tout en espérant qu'il n'y ait pas d'assaut important , sans colonne de blindés , il sera difficile de rencontrer les Panzers ou même des Stugs.

Le danger était de se rapprocher de ce village. Car plus on avancés , plus on s'éloigné du dépôt de ravitaillement et de liaison et plus on s'enfoncé en direction des lignes ennemies. Le convoi stoppa une nouvelle fois après quelques kilomètres. Le T28 menait le convoi . Serguei et l'officier de la colonne de Blindés descendirent et le tankiste du T28 lui offrit ses jumelles. Serguei les posa sur son nez et repéra un Half-Track allemand. Serguei leva le bras . Signe du déploiement de l'artillerie et des soldats , mais une fois que Biorskyia regarda il retint le bras du Commissaire. Serguei dévisagea l'officier...il prends beaucoup de liberté...L'officier retira immédiatement son bras en déglutissant , et justifia son geste la reconnaisance du moins la non-reconnaissance d'un uniforme Allemands.

Cruel dilemme...Mais les avions de la VVS qui semblait ne pas faire attention à ce véhicule . Il fallait faire confiance. Le convoi partit en direction de ce véhicule .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Ballschov
recrue
recrue
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 20/03/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mer 2 Juin - 7:37

Bon ben puisque Hans ne semble pas répondre... on fait quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mer 2 Juin - 12:55

réponds y je suppose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Ballschov
recrue
recrue
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 20/03/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mer 23 Juin - 14:27

D'un signe de main, je fais sortir tout le monde, pour faire un signe discret de la main. Il faut se mettre en position. Je ne sais pas si nous avons affaire à des russes ou à des allemands. Je regrette ne pas avoir pris le fusil de sniper avait lequel j'avais tué une paire d'allemands. Je vois un partisan passer avec un fusil de sniper. Hum... Fusil à verrou Vz. 24, un bon fusil, que les allemands utilisent régulièrement. Il a du être récupéré lors de l'assaut allemand. J'y pense, il faut récupérer les armes sur les allemands en fuite qu'on a tué. J'échange mon MP 40 contre le Vz 24 avec une lunette de tir, et je dépêche 2 partisans pour récupérer les armes et tout ce qui peut être utile : papiers, informations (cartes, ordres, etc...), armes, barda et surtout casques. Les casques peuvent nous être utiles, ont a moins de risque de mourir en ayant des casques. Les pelles pliantes sont aussi très utile. Nous en avons cinq. Je demande à des partisans de creuser des trous pour s'y cacher. On enlève les mitrailleuses des véhicules pour les mettre par terre, en position de tir, ou sur des points d'appuis tel la borne kilométrique en marbre.

Bien vite tous le monde est en position. Des avions survolent notre position. Je ne sais pas si ce sont des avions ennemis. Par mesure de précautions je laisse deux mitrailleuses sur les halfs-tracks, en position de DCA improvisé. Les avions ne semblent, pas faire attention à nous. Comme je coordone les opérations, je fais mettre les halfs-tracks en position de barrage, pour barrer la route. Si ce sont des allemands ils auront du mal à la passer. J'ordonne à quelques hommes de s'installer sur les côtés de la route, dans des trous prévus pour abriter un homme des explosions ou des tirs. Les quelques hommes aux abords de la route ont les mitrailleuses ou des armes tels les fusils de sniper, aussi peut nombreux soient-ils. Ensuite une deuxième vague se cache dans les halfs-tracks, utilisant les parois blindés pour se protéger des tirs. Enfin une dernière vague se trouve derrière les halfs-tracks, prêt à déborder sur les côtés pour prendre les allemands, si il s'avère être des allemands, en tenaille.

Je suis avec la première ligne. J'ai donné l'ordre à la deuxième ligne de lancer plusieurs grenades pour que la première ligne puisse battre en retraite s'il le faut, au moment ou je crirai "retraite" en russe. Normalement, si il s'avère être des allemands, nous ne devrions pas avoir de problèmes. Nous plaçons les corps des allemands sur la route, à une dizaine de mètres devant nous. Ils peuvent bloquer les allemands, si il s'avère être des allemands bien sûr, ou pas. Le dispositif en place, je ne prends pas le temps de surveiller à travers la lunette s'il s'agit de russes ou d'allemands...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: s   Dim 27 Juin - 5:48

Le convoi continua son chemin , se préparant à un éventuel assaut sur les forces posté plus haut . Les troupes étaient plutôt confiante , ils venaient de repousser des soldats allemands...

La radio grésilla. L'opérateur se jeta sur le casque et le micro. Écrivant sur un calepin des coordonnées et un message. Il fit signe à la voiture de Tcherskoi...Seguei ne fit pas attention mais finalement il ralentit , et sa voiture ainsi que le convoi s'arrêta.

- Qu'y a-t'il camarade ?

- Un message de la VVS , les troupes observés sont des partisans soviétiques , ils ont tenu tête aux allemands , mais ils opnt besoin de notre aide pour repousser les troupes.

Serguei était plutôt content de savoir que des paysans se battait pour leur terres ...

- Et bien soit Camarades , qu'attendons-nous pour allez les rejoindre ! En avant !


Le convoi , enthousiaste repris sa route . Les véhicules avança au plus prés de ceux Allemands , capturés par les partisans. Serguei descendit , ainsi que les soldats pour aller à l'encontre des héros de la région.

-Camarades ! Sortez de vos caches , nous ne sommes pas ennemis. Je suis le Commissaire politique Tcherskoi , nous sommes le contingent qui a pour ordre de nettoyer la zone.


Les soldats de l'Armée Rouge descendait des camions tandis que l'unique char lourd arriva par un autre chemin car la pente était trop hardue ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Ballschov
recrue
recrue
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 20/03/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Dim 27 Juin - 12:33

Les véhicules avancent de plus en plus. Bientôt ils s'arrêtent. Je lève mon bras. Si ils avancent encore, j'ordonne de leurs tirer dessus. Nous ne devons prendre aucun risque avec eux, je dis bien aucun risque. Il pourrait s'agir de Waffen SS, les troupes que je redoute le plus. Ils sont fanatiques, et surtout très difficiles à combattre. Pourtant il n'ont rien de plus que nous, mis à part la rage du nazisme. Et je ne ferai jamais de cadeau à aucun allemand. Ils méritent tous la mort ! Aucun ne doit survivre ! Ils ont assez fait souffrir la Mère Patrie, pourtant nous ne subissons leur invasion que depuis juin 1941. Et nous sommes décembre 1941. Si nous ne résistons pas pour défendre Moscou, nous n'aurons plus aucune chance. Plus aucune. Et c'est ce que je redoute. Qu'on perde. C'est la chose la plus horrible qui puisse nous arriver : perdre.

Un homme s'adresse à nous en russe. Il se dit être le commissaire politique Tcherskoi, et qu'il fait parti du contingent qui devait nettoyer la zone. On m'a parlé des allemands entraînés spécialement pour berner les partisans ruse. J'enlève doucement mon bras qu'on ne voyait pas. En fait le contingent inconnu devant nous ne peut pas nous voir, mis à part les deux half-tracks. Je vois qu'ils ont un char. Merde. Si ce sont bel et bien des allemands, nous n'avons aucune chance face à un blindé. Je dois prendre une décision. Je regarde les autres partisans. Tous me regardent. Je chuchote doucement quelque chose, ma voix est couverte par les soldats qui se déployent, les soldats d'une faction qui me reste inconnue. Je décide de me sacrifier. J'ordonne aux autres partisans de tirer si je suis capturé ou si je meurs. J'enlève la lunette sur le fusil et je met une baïonette, et je vérifie le chargeur, avant de me lever, le fusil en direction des hommes. J'avance doucement, jusqu'à être voir que ce sont tous des russes.

A partir de ce moment là, je fais signe aux autres de venir, et je me met au garde à vous, l'arme droite tenue par mes deux mains, en diagonale à mon corps, le canon pointé en direction du ciel. Je me présente.
- Mladchiye Sierjant Vladimir Ballschov, à vos ordres commissaires !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Dim 27 Juin - 13:04

Finalement , un homme sortit seul. Les soldats tenaient leur Mosin-Nagant bien fort . Sait-on jamais...Puis petit à petit des hommes sortirent. Certains habillé de manteaux bien fourré , d'autres d'une tunique de paysans et encore d'autres d'uniformes de soldats soviétiques . Le meneur se mit au garde à vous avec son arme bien droite. Il venait surement de l'académie militaire Moscovite .


- Mladchiye Sierjant Vladimir Ballschov, à vos ordres commissaires !



Serguei regarda cet homme bien droit. Les hommes étaient beaucoup soumis à l'autorité. Il fallait montrer l'exemple avant toute chose !


- Ca sera Camarade Commissaire pour vous , Camarade Vladimir. Vous avez fais du bon travail , je vous félicite , mais tout n'est pas fini ici. Nous avons intercepté un convoi allemand lourdement équipé dans le but de prendre le village à revers. Nous les avons repoussé. Qu'en est - il de votre contingent ? Ou se trouve votre régiment et votre affectation ? Qui sont ces hommes...

Sergeui posaient beaucoup de questions , laissant Vladimir au garde à vous. Le plus souvent , quand on reste longtemps avec les Paysans ont prends ses aises. Il fallait éviter toute insubordination de la part de Vladimir , sous la peine d'un traitement expéditif de la pat de Tcherskoi . Le char s'arréta . Il allait faire le plein de carburant tandis que les soldats aidaient les bléssés ...

Les allemands vont revenir. Si le village est sécurisé , cette position en hauteur risquerait d'être avantageuse pour l'armée Rouge. Malgré que les communications soient impossibles , du moins avec le dépot , il faudra ruser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Ballschov
recrue
recrue
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 20/03/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Dim 27 Juin - 13:46

Les soldats russes avaient leurs fusils braqués en ma direction. A un seul signe du commissaire, ils me tiraient tous dessus. Les partisans, tous armés, se mirent derrière moi, imitant eux aussi le garde à vous. Il devait avoir une bonne cinquantaine de partisans, tous bien armés. Certains avaient des mitrailleuses, d'autres des fusils, ou des pistolets-mitrailleurs. Mais tous avaient minimum un pistolet ou un revolver et une arme principale, avec pas mal de munitions. Nous récupérons ce que nous pouvons pour nous défendre.

Le commissaire me félicite pour ce que j'ai fait. Je n'ai rien fait, mis à part défendre la Russie des envahisseurs, comme tous le monde. Je n'ai rien fait, je n'ai pas fait plus que tous les partisans qui ont risqués leurs vies en m'aidant. C'est pour ça que je veux pas être félicité moi.
- Camarade Commissaire, je n'étais pas seul. Sans ces hommes, je n'aurais rien pu faire. Je ne veux pas qu'on me félicite. Je veux qu'on les félicite, parce que c'est eux qui ont tout fait !

Quand je commence à parler comme ça, on dirai que je reflète toute la grandeur de notre système ! Parce que vive la mère Patrie !

Le commissaire explique qu'ils ont intercepté un convoi allemand en direction du village et que les allemands sont en déroute. Je ne peux m'empêcher de sourire à cette bonne nouvelle. Mais ensuite, d'un ton très sérieux, le commissaire me pose de nouvelles question, auxquelles je dois répondre.
- Camarade Commissaire, je n'ai comme contingent que ces hommes. Mais ils sont aussi vaillants et courageux que nos soldats, et ils ne manque pas de rage contre les envahisseurs allemands. J'ai été capturé par les Allemands pendant le siège de Leningrad, et transporté jusqu'à un village pour aller en Pologne. J'ai pu m'enfuir grâce à des partisants, qui m'ont fait venir ici. Mon régiment est sûrement détruit dans le siège de Leningrad.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Lun 28 Juin - 7:16

Serguei le mit au repos ... Il prit une carte de la région sans un mot. Il la déplia sur le capot du camion , rassembla les trois officiers. Le blindé restant sera utile. Mais il faudra le préserver. De plus la radio venait de lacher à l'instant... Les éclaireurs de la VVS étaient donc indisponibles , une tempête de neige débuta lentement...une grande tente fut montée par des soldats pour les officiers tandis que ces mêmes seront obligés de rester dehors dans leurs manteaux épais de fourrures animales.

Une lanterne à gaz pour unique éclairage. Une table en bois installée. Et les trois officiers ainsi que Vladimir invité pour l'occasion par le commissaire.


- Messieurs , nous avons un problème.


Les officiers regardèrent le Commissaire d'un air interrogatif .


-D'après nos dernières informations , les fascistes sont plus nombreux à l'ouest. Avec cette tempête , notre retour pour le dépot est compromis. Par chance , les forces mécaniques Allemandes se sont stoppés. Il sont aux portes de Moscou , font crever de faim les camarades de Leningrad et harcèlent nos positions. Mais cet hiver leur sera fatal. Napoleon n'a pas su garder Moscou , Hitler ne saura pas s'en emparer.


Serguei se tourna vers Vladimir.

-Camarade , tu devras éclairer,avec tes hommes plus deux compagnies de notre contingent , la zone. La radio n'est plus disponible , alors vous serez seul. Vous attendrez la fin de la tempête . Vous partirez à l'est en direction des forces Fascistes , dans le seul but d'assurer notre retraite. Vous disposerez d'un camion . Ne gardez pas de prisonnier. Inutile , il ne feront que vous alourdir et ralentir votre propre retraite. A Midi , vous reviendrez au dépôt. Je vous mets sous mon commandement exclusif . Pour l'équipement il n'y a pas de problème. Pour assurer votre retraite , nous allons laisser le blindé ici même. Vous passerez donc ici une fois que notre contingent aura fuit.

Tcherskoi éspérait avoir été clair !


- Des questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Deux charmeurs pour une jument. [Privée]
» demande d'agrément pour une chapelle privée
» demande pour une chapelle privée
» Multi-baptêmes ^^ (privé...Trop de monde pour que je les énumère ^^)
» Juste te revoir une dernière fois[Pv Desty] *et Jurassic si il veut*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seconde Guerre Mondiale :: RP :: QG alliées :: Russie-
Sauter vers: