Seconde Guerre Mondiale

Rejoins les forces Alliées ou les forces de l'Axes et combat l'adversité dans une vaste guerre pour la domination du monde!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Vladimir Ballschov
recrue
recrue
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 20/03/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Lun 28 Juin - 13:53

Le commissaire m'ordonne vite de me mettre au repos. Il déplie une carte de la région, qu'il met sur le capot du camion, et nous invite de regarder cette carte. Enfin, moi et trois autres officiers. Nous regardons tous la carte. Je regarde surtout les lignes routières qui mènent directement à Moscou. C'est ces lignes routières qu'il faut prendre, pour couper renforts et ravitaillements. Un homme arriva vers nous, pour nous informer que la radio avait lâché. La tempête de neige débutait. Il fut donc ordonnés aux partisans et aux soldats de monter une grande tente. Le commissaire ordonna aux soldats, comme aux partisans, de rester dehors, alors que les officiers, moi compté dans le lot, resteraient au chaud dans la tente.

Dans cette tente fut installé une lampe à gaz et une table en bois. C'est suffisant. La "porte" en tissus de la tente est fermée, pour qu'on est moins froid. Le commissaire m'invite à rejoindre la tente, alors que le convoi reste en position, les soldats surveillant que des allemands n'arrivent pas. La carte sur la table, éclairé par la lampe, le commissaire nous explique que nous avons un problème. Les officiers, sauf moi, regardèrent le commissaire d'un air plutôt interrogatif.

Il s'expliqua. Aux dernières nouvelles l'Axe est plus nombreux à l'Ouest. Il déclare que le retour au dépôt est compris avec cette tempête. Nous avons une bonne nouvelle au moins : les troupes allemandes sont coincées elles aussi. Il fait un rapide topo. Je pense que les autres officiers ne savaient pas que les allemands étaient aux portes de Moscou et de Leningrad. Les deux villes importantes, avec Stalingrad. Après une phrase digne de notre grandeur, le commissaire se tourne vers moi.

Il me donne le commandement de deux compagnies en plus de mes hommes, notre but étant d'éclairer la zone. Il me prévient que nous serons seul. Nous devrons attendre la fin de la tempête pour partir. Nous devrons aller à l'Est, en direction des forces fascistes, dans le but d'assurer la retraite. Ma force motorisé se compose d'un camion. Nous ne devons pas faire de prisonniers. Nous devrons être revenu pour 12h au dépot. Nous serons sous le commandement exclusif du commissaire. Notre retraite sera assurée par le blindé. Nous devrons donc passer par cette route.

Il me demanda si j'avais des question. Je fis signe de la tête que oui.
- J'aimerai des informations sur les troupes à mon commandement camarade Commissaire.

Et je pus repenser à une chose.
- Nous avons aussi capturée une radio et des cartes allemandes. Ils sont au village. Les informations concernent les prochaines attaques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Dim 15 Aoû - 7:04

La question de Vladimir était intéréssante. Ce contingent soviétique n'était pas le plus important de toute l'Armée Rouge . Ce n'était que des "Volontaires" de la Sainte Mère Russie . Des fermiers , des paysans , a qui nous avions donné un Mosin Nagant datant de la Grande Guerre .


- Tes troupes sauront t'être fidèle si tu te montre digne de la Patrie.

Serguei remarqua que la tempête s'était calmée. Il sortit suivit par ses officiers et rejoignit alors les soldats qui se levèrent peu à peu.

Il se dirigea vers un camion camouflé d'une grande bache enneigée. Des soldats la retirèrent. Le Commissaire posé sa carte sur le capot.

- Les Allemands sont près d'ici.

Il pointa une zone foréstière au sud du campement.

- Adopté toute tactique que vous souhaiterez mais il nous faut gagner du temps. Ils sont plus nombreux. Ont des Blindés , mais ils doivent être affaiblis après cette tempête. UNe attaque brutale devrait suffire à les destabiliser.

Un soldat sortit un PTRD d'une caisse .

- Ceci est une nouvellle arme antichar . Il ne vaut pas les Panzershreck Nazis. Mais vous saurez l'utiliser à bon escient.

Il se tourna vers Vladimir , lui toucha l'épaule.

- Ne nous décoit pas Camarade...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 27

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Lun 16 Aoû - 13:07

HRP : Excusez moi je vous ai complètement oubliés.
J'ai vraiment pas assurer là >_< je vais essayer de me rattraper.
Encore navré ...

MJ


Les blindés se regroupèrent. Un T28 devançait fièrement les quatre T26 encore en état suivis par un Stug IIIA fraichement capturé.
Biorskyia était comme toujours posté fièrement sur son blindés : le Stug.

Camarade Commissaire !! j'ai peut être une idée.

Il descendit du blindé en faisait un signe de tête courtois à Vladimir.

Voilà j'avais pensé qu'on aurais pus constituer un groupe de choc déguisé en allemand et avec l'appui de ce bébé fraichement acquis.

Dit l'officier en pointant du doigt le Stug.
L'effet de surprise et la panique que cela créerait chez l'ennemi serait suffisant pour que les forces russes puise attaquer dans de bonne conditions le village devenu forteresse aux mains de l'envahisseur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Ven 27 Aoû - 17:15

Ce fut une bonne idée , qu'avait là l'officier tankiste. Serguei en entendant cette idée , se tourna et fit les cents pas , les mains dans le dos. Les bottes en cuir enneigées , tandis que les soldats tentèrent de se réchauffer comme il le purent.


-Etre habillé en fasciste...


Les idées du Parti dans la tête , cette alternative ne lui plaisait guère , mais il fallait la tenter...

-Camarade partisan , équipent tes hommes des ces uniformes fascistes , camarade Biorskyia vous accompagnera alors , seulement s'il peut conduire ce blindé.

Tandis que les deux hommes acquiescèrent d'un signe de tête. Mais le Commissaire les arrêta...

- Lors de votre retour , arrangez-vous de vous faire reconnaitre...Je donne ordres aux Pulemetchik d'abattre tout les soldats gris...Gares à vous camarade...


Serguei se dirigea vers sa tente et s'arréta une nouvelle fois...

- Autre chose messieurs ?

Son regard se porta sur Biorskyia , qui avait de bonnes idées , mais pas tellement dans la ligne directrice du Parti...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 27

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Mer 1 Sep - 11:25

HRP : Si Vladimir ne poste pas avant ce week end, je poste.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Ballschov
recrue
recrue
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 20/03/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Jeu 2 Sep - 13:16

La réponse du commissaire au sujet de ma demande n'est pas ce que je voulais. Je ne suis pas un homme qui commande des soldats, je n'ai ni reçu l'entrainement, et je ne pênse pas avoir un don pour le commandement. Je suis trop attaché aux hommes sous mon commandement. La phrase du commissaire résonne dans mon esprit. Mes troupes sauront m'être fidèles si je me montre digne de la Patrie. Je me suis toujours montré digne de la Patrie, en Finlande lorsque nous avons affrontés les Finlandais, de très bons combattants. Pendant l'invasion nazie, j'ai participé à de nombreux combats contre les terribles troupes allemandes, mieux équipés que nous. J'ai toujours participé aux combats pour la Russie, et j'en ai payé le prix fort. Mes amis... Tous décédés. Jusqu'au dernier. Je sais, au fond de mon coeur, que je me montrerai digne.

Je réponds par un simple signe de tête positif au commissaire. C'est alors qu'il sort, suivi de tous les officiers (mais aussi moi), où nous remarquons que la tempête c'est bien calmée. C'est une bonne chose, la progression à pied avec cette tempête de neige aurait été difficile, trop difficile même. Nous rejoignons les soldats, qui, à la vue du commissaire, se lèvent et se mettent au garde à vous, malgré le froid. Le groupe qui suit Tcherskoi, dont moi, s'arrête devant un camion, tandis que les soldats retirent une grande bache pleine de neige. Le capot est froid, le moteur n'a pas tourné depuis longtemps.

Tcherskoi pose la carte sur le capot, puis me montre où sont les allemands. Je réponds toujours par un signe positif de la tête. C'est une zone forestière, au sud du campement provisoire. Il me dit que j'ai le droit d'adopter la tactique qui me plaît, aucune restriction stratégiquement. Le but, c'est de gagner du temps, du temps pour permettre la retraite. Mais si nous pouvions anéantir la poche adverse dans le secteur, qui serait alors dégagé de la présence fasciste, une ligne de ravitaillement plus ou moins importante serait sous contrôle et donc bloquée, empêchant à nos ennemis d'obtenir les renforts et le ravitaillement nécessaire à la conquête de Moscou.

Le commissaire me donne un dernier conseil. Selon lui, une attaque brutale suffirait à les déstabiliser. J'opte plutôt pour une approche plus complexe, une "usure". De nombreuses attaques rapides, puis une attaque de front et sur les flancs, pour les empêcher de mobiliser trop de forces sur le front central, gauche ou droite. Si nous pouvions mettre main sur des explosifs ou quelque chose qui puisse exploser, je pourrais dépêcher Igor pour qu'il place des explosifs, de façon à attirer l'attention derrière l'adversaire. Se sentant encerclé, il ne pourra plus rien, et il sera vraiment déstabilisé. Même si nous avons une chance sur deux de réussite.

Un homme sort d'une caisse en bois un lourd fusil antichar soviétique, que je connais pas. Le commissaire me présente la nouvelle arme antichar en service dans notre armée. Je lis les inscriptions frappés sur le métal de l'arme. Fusil antichar à verrou de 14,5x114mm PTRD-41. Je ne connais pas cette arme, elle doit être en service depuis peu je pense. Le commissaire donne ensuite l'arme à un des nouveaux soldats sous mon commandement. Puis, il se tourne vers moi, pose sa main sur mon épaule, et me regarde droit dans les yeux. Enfin, il termine en me disant de ne pas les décevoir.

J'ouvre enfin la bouche pour lui répondre, avec de façon lente, réfléchie, d'une façon qui laisse penser que c'est beaucoup de responsabilité pour un seul homme. Mais avec le mental j'y arriverait. Quitte à y laisser quelques camarades, que je n'abandonnerait pas. Tout le monde reviendra, mort... ou vivant !


- B... Bien... Camarade commissaire.

Je fais ensuite un demi-tour, puis je vais rejoindre mes hommes, qui commencent à se préparer. Le matériel du campement est à notre disposition. Mais j'organiserai deux groupes distinct. Les hommes qu'on m'a confié, et ceux qui ont rallié ma cause, avant de rencontrer le commissaire. Les partisans qui ont évolué avec moi depuis quelques jours à quelques semaines me connaissent, et ils ont vu de nombreuses escarmouches avec moi. Donc je peux leurs faire plus facilement confiance. Ils sont environ une quinzaine. Ce ne sont pas des soldats, mais ils savent manier des armes. Igor, un partisan qui a servi dans le Génie en Finlande, est mon expert en explosif. C'est lui qui aura le PTRD.

Les autres partisans qui sont avec moi auront eu, les pistolets-mitrailleurs MP40 capturés. Seuls trois autres partisans, en plus d'Igor, ont des armes différentes. Alex, le tireur d'élite, a récupéré un Karabiner 98k avec une lunette de tir; Roman, le doc', est armé d'un Mosin Nagant M91/30; et enfin Taras, le soutien feu, c'est emparé d'une MG34 allemande. Moi, je viens de récupérer une PPSh-41, qui me sera grandement utile je pense. Alors que nous préparons le ravitaillement, au cas où nous serions coincés plus d'une journée, j'aperçois que les chars se mettent en position.

Sur le char allemand capturé, un homme, qui, d'ailleurs, descends du véhicule blindé, puis me fais un signe courtois, auquel je réponds de la même manière. Je m'approche du commissaire, lui aussi d'ailleurs, et il dévoile une idée à celui-çi. Composer un groupe de choc, déguisés en allemands, pour attaquer l'adversaire. Hum... Je trouve que c'est une assez bonne idée. Je me concentre sur des idées de guérilla, le déguisement de soldats est une bonne idée comme une mauvaise idée. Je préfère opter pour des actions rapides et concrètes, qui limiteront les pertes, et feront grimper le niveau de panique, désorganisation et stress au sein des forces adverses.

Après que le tankiste ai énoncé l'idée à Tcherskoi, celui çi se met à réfléchir en faisant les cents pas. Un calme s'installe, agressé par les explosions dû à l'artillerie adverse à quelques kilomètres de là. Foutue guerre ! L'idée ne plaît guère au commissaire, mais il me donne quand même l'ordre de m'équiper et d'équiper un groupe de choc avec le matériel allemand récupéré. Les partisans seront donc en tenue allemande, tandis que les autres seront en tenue soviétique. Biorskyia, le tankiste je présume, nous accompagnera avec le Stug IIIA récupéré. C'est un bon char, aussi, il devrait faire preuves d'une redoutable efficacité face aux troupes d'infanterie allemandes, et face aux blindés surtout.

Nous répondons d'un simple signe de tête syncro en même temps, puis nous nous retournons pour partir, mais il nous arrête, et nous dit de nous faire reconnaître lors de notre retour. Nous devrions bien trouver quelque chose, de la peinture rouge ou quelque chose dans le genre. Tandis que le commissaire marche vers sa tente, il s'arrête, et nous lance une dernière question, auquel le tankiste réponds simplement d'un "non". Et nous nous regroupons, nous préparons, tandis que j'explique au tankiste ce que nous allons faire et comment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 27

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Sam 4 Sep - 7:02

MJ


Les partisans revêtaient les uniformes des cadavres allemands sans le moindre signe de respect envers les dépouilles. Après tout, ces soldats n'en avaient pas eu non plus alors ce n'était que justice.
Le Stug fut surmonté d'un drapeau nazi pour faire encore plus vrai.

Biorskyia fit se rassembler les membres du groupe de choc habillé en allemands. Ils sont vêtus comme de vrais soldats allemands, Vladimir porte l'uniforme d'un sous officier et est armé de son PPSH car de plus en plus courant dans les mains teuton, ceux ci appréciant autant l'arme que leurs adversaires.
Biorskyia Prit rapidement la parole.

Bon, Boris va vous distribuer des foulards rouges ... en faite ce sont des mouchoirs couverts de sang fasciste. Quand le moment de nous replier sera venu, mettez ces foulards au bout de votre arme et brandissez le en l'air. Ca sera le signe que vous êtes le groupe de choc.
Faîtes les ultimes préparatifs pendant que je vais faire un dernier rapport au Commissaire.
Camarade ? Peux tu superviser les derniers préparatifs ?


Dit il à Vladimir.
L'homme quitta le groupe et se dirigea vers la tente du Commissaire.

Pendant se temps, les tankistes faisaient le tour du Stug, vérifiant que tout était opérationnel.
Les hommes de Vladimir montraient un malaise certain à porter l'uniforme nazi. Il fallait qu'il les rassurent avant l'attaque.
Quelques minutes plus tard, Biorskyia revint et monta sur son blindé.

Allez camarades !! EN AVANT !!
POUR LA SAINTE MÈRE RUSSIE !!!!




HRP :
- Serguei, j'aimerais que tu face le dialogue du rapport de Biorskyia auprès de toi. Le but c'est de voir comment tu confrontes deux personnes car pour l'instant tu as fais entrer en jeu que ton personnage et j'aimerais voir comment tu te débrouilles avec un PNJ Wink
- Vladimir, tu peux lancer l'attaque je commencerais la phase de combat. Tu peux également faire la prise de contact si tu veux mais sans lancer vraiment l'engagement du combat stp.

Merci bien messieurs ^_^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serguei Tcherskoi
recrue
recrue
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/04/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Sam 4 Sep - 20:51

Le bruit sourd du Stug en train de partir était plutôt impressionnant. Serguei triait alors quelques papiers puis s'écroula de fatigue sur son lit de campement . Délaissant son képi , et enlevant ses bottes qui le serrait trop pour pouvoir le supporter. Dehors les soldats rangeait doucement , sans vraiment être pressé. Au fond on pouvait entendre l'artillerie. Mais c'était trop loin pour pouvoir intervenir de toute façon. Il décida de faire un petit somme...il pouvait se le permettre à vrai dire.


Puis la porte en toile s'entrouvrit avec la voix de Biorskyia...

- Camarade commissaire...je viens au rapport.

Serguei soupira puis se redressa avant de renfiler ses bottes qu'il venait de quitter pour se rassoir à son bureau . Sa gaine et son Tokarev gentiment accroché a un porte-manteau vétuste...

- Entrez Biorskyia ...entrez...* Je l'avais presque oublié celui là...*

Le tankiste entra et se mit au garde à vous alors que Serguei lui fit signe d'arrêter les manières militaires.
Il entama alors le rapport de la situation globale dans la région.

- Le camp est retranché...

Il chercha une carte , tandis que Serguei sortit une cigarette et l'alluma à l'aide d'une lampe à l'huile. La fumée embauma l'environnement de la tente tandis que Biorskyia semblait désappointé. Il trouva finalement une carte.

-... donc le camp est retranché prés de la ville de Tchekhov qui est tombé plutôt dans la semaine. Donc c'est assez normal de trouvé des patrouilles d'Allemands non loin de là . Mais je suppose que le village occupé où vous avez envoyé les partisans. Pour ce qui est de...


Serguei le coupa en levant la main. Il en avait assez. Son rôle n'était pas de parler de stratégie ou de savoir où vont les forces. Son rôle premier fut tout d'abord de surveiller le comportement des officiers de l'Armée Rouge.

Serguei se leva et observa Biorskyia d'un œil presque pervers...plein de vice.

- Etes-vous fidèles au régime ? Camarade ?


Biorskyia regarda Tcherskoi d'une façon assez étonnée , ne voyant aucun rapport avec ses explications militaires...Donc il répondit , désarçonnés .

-Oui...bien sûr... mais pourquoi cette...

Serguei le coupa.

- Expliquez-moi votre parcours...ce que vous faites aujourd'hui...

Et dans une sorte d'honneur , presque en bombant le torse , il sut répondre.

- Je suis ici comme tout ces hommes et femmes dehors. Bottez le train aux Nazis qui saccagent notre beau pays. Qui violent nos femmes et égorgent nos enfants. Qui volent notre air aujourd'hui même...


Serguei se servit un verre de Vodka , avant d'en servir un à l'officier.Puis Biorskya mena habilement une biographie...


- Vous savez , Camarade Commissaire... je n'ai que 31 ans. J'ai était recueilli dans un orphelinat de Petrograd , enfin Leningrad maintenant , suite au massacre de ma famille par les Bolcheviks. Je viens d'une famille de politicien. J'ai fais mon service militaire et je suis dévoué à l'armée.

Serguei posa son verre...

- ... et au Parti ?

Un long silence s'installa tandis que Biorskyia baissa les yeux.

Serguei le delivra alors...

- Et bien , qu'en est-il de votre rapport ?

Biorskyia se redressa , un peu sous le choc .

- Et bien...comme je vous disais Camarade , les troupes allemandes se situent à l'ouest de notre position , nous sommes à 70 km de Moscou , le dépôt lui est à 30 km de notre position. D'après la VVS , les positions Allemandes ne bougent pas . Seulement des petits villages . Il semblerait qu'il soit à 30 km à l'Est de Moscou et à 60 km au Sud . Selon la Stavka , le front s'étend de Leningrad à Yalta. Et il stagne depuis 3 décembre.


Finalement , la nouvelle radio arriva...Et l'opérateur radio suivit avec une merveilleuse nouvelle. L'ennemi n'avance plus. Et la contre-attaque est prévue le 5 décembre . Soudain un élan de joie pris la garnison. Serguei et Byorskia sortirent en même temps de la tente. Il fallait retourner au dépôt après s'être occupé du village fortifié occupé par les Allemands , et comptés sur les partisans....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Ballschov
recrue
recrue
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 20/03/2010

Feuille de personnage
pays: Russie
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Ven 10 Sep - 16:36

Les hommes sous mon commandement commencent à récupérer les uniformes nazis, n'hésitant pas à récupérer des objets sur la dépouille des nazis. Un peu d'argent, des photographies, des objets précieux tels que des montres par exemple. Les armes, munitions, grenades, médicaments et vivres ont déjà été récupérés par les soldats sous les ordres du commissaire. Il n'y a aucun signe de respect envers les dépouilles, mais je comprends la haine contre les nazis, contre les allemands. Après tout, ils se sont comportés de la même manière. Alex, vêtu d'un uniforme de soldat allemand, vient m'apporter l'uniforme d'un officier allemand. Je regarde les insignes, que je distingue tout de suite. L'insigne du grade de Feldwebel, l'équivalent du Starchiye Sierjant chez nous. Un grade de sous-officier supérieur, je n'aime pas trop l'idée de porter les vêtements d'un homme qui a sûrement ordonné de tuer des civils, sans aucune pitié. Mais, sans rien dire, je met l'uniforme allemand, puis je pose sur mon crâne et ma chevelure la casquette noire, avec les insignes de Feldwebel.

Je tire un léger soupir, de façon à ce qu'il ne soit pas très bien entendu, puis je rejoins les soldats qui se rassemblent autour du Stug allemand, un char redoutable, mais pas autant que notre célèbre T-35. Le tankiste nous explique qu'un de ces hommes va nous donner des foulards rouges, qui sont en vérité des mouchoirs tachés de sang nazi. Nous devrons les accrocher au bout de nos armes quand nous nous replierons, pour éviter qu'on nous tire dessus. Puis le tankiste s'adresse à moi, en me demandant de faire les derniers préparatifs, c'est à dire vérifier le matériel. Lui, il va faire son rapport au commissaire. Je lui réponds d'un signe de tête positif, puis il quitte le groupe, direction la tente du commissaire.

J'envoye Alex en éclaireur, en lui demandant de repérer une position assez élevé avec un point de vue plutôt important, mais qui doit aussi pouvoir dissimuler des soldats facilement. Je lui fais confiance, aussi il se tuera plutôt que d'être captif des fascistes. Les tankistes font le tour du Stug, pour vérifier qu'il n'y a pas de problèmes, tandis que je vérifie qu'aucun de mes hommes ne présente des blessures. Ils sont mal à l'aise. Certains ont peur de mourir, je le vois, je le sens. D'autres, ont tout simplement un "malaise" à porter l'uniforme allemand. Je rassure les plus jeunes, ceux qui présentent des signes de peur, puis je donne l'ordre de marche. Igor, Roman, Alex, Taras et enfin moi seront en avant-garde, en première ligne. Ceux qui ont le plus peur seront au milieu de la colonne de marche. Les plus intrépides seront en deuxième ligne à l'avant, ou seront dans les deux lignes qui forment l'arrière garde. Normalement, si nous ne subissons aucune attaque en route, cette formation ne sera pas exposé au feu.

Quelques minutes à peine passent, le tankiste revient, puis monte sur la tourelle du char. Il se montre fier, droit, et il commence à reparler. Il motive les troupes, en donnant l'ordre de partir, pour la Sainte Mère Russie. Je regroupe alors mes hommes dans la formation décidé, alors qu'Alex revient à ce moment là, avec deux positions notés sur une carte. Je la donne au tankiste, pour qu'il voie d'où nous attaquerons, puis nous partons, guidés par le jeune mais courageux tireur d'élite, Alex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Doman
Major
Major
avatar

Messages : 557
Date d'inscription : 23/02/2008
Age : 27

Feuille de personnage
pays: Allemagne
fonction: MJ
métier: tankiste

MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   Dim 12 Sep - 6:01

MJ

Au loin, on pouvait apercevoir le regain d'activité au dépôt.
En effet, plusieurs monticules de poussière trahissaient les allés et venues de camions, et d'après ce que Serguei pouvait voir, il y en avait beaucoup.
Le ciel restait vide de tout appareil : une bénédiction pour ne pas trahir, dans quelque camp que ce soit, la prochaine action.
Le nouvel opérateur radio affirma au Commissaire que plusieurs camions chargés de munitions arrivaient en ce moment même au dépôt en vue d'équiper les troupes fraiches devant arriver prochainement pour l'attaque du 5...

De son côté, Vladimir entendit et aperçut en se retournant que le Stug capturé fonçait à vive allure vers les positions ennemies.
Le groupe de partisans avançait également vers les lignes ennemies suivant les indications d'Alex.
Apparemment, les prussiens les avaient repérés car la radio prise sur un cadavre grésillait des mots en allemands.

Merde, il y a pas quelqu'un qui parle le boche pour lui répondre ?

S'exclama le porteur de la radio.
Le Stug de son côté suivait la route et stoppait souvent pour contourner un obstacle, de sorte que quand il arriverait en position de tir, les partisans en seraient tout autant.
Mais un imprévu arriva.

Le ciel s'assombrit mais pas à cause des nuages ... mais bien à cause de la flak !!
Un groupe de huit I-15bis plongea vers les positions allemandes et mitrailla quelques camions.
Deux appareils russes s'en prirent au Stug qui esquiva maladroitement les bombes lancées contre lui en ce plaçant dans un trou d'obus.
Le blindé évoluait de trou d'obus en trou d'obus, il disparaissait et réapparaissait constamment.
La flak coupa en deux un des assaillant qui s'écrasa en plein milieu du village. L'altitude n'ayant pas permit au pilote de sauter, c'était dans son cercueil d'acier que le vaillant défenseur de la Russie reposait à présent.
Un autre appareil fut touché et gagna de l'altitude avant que son pilote n'abandonne l'engin.
Un petit parachute s'ouvrit dans les cieux et le pilote de la VVS dériva au dessus du village, il allait surement se poser là bas et Dieu sait ce qui allait advenir de ce brave homme...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Moscou ou la dernière chance pour les soviets . [ Privé ]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Deux charmeurs pour une jument. [Privée]
» demande d'agrément pour une chapelle privée
» demande pour une chapelle privée
» Multi-baptêmes ^^ (privé...Trop de monde pour que je les énumère ^^)
» Juste te revoir une dernière fois[Pv Desty] *et Jurassic si il veut*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seconde Guerre Mondiale :: RP :: QG alliées :: Russie-
Sauter vers: