Seconde Guerre Mondiale

Rejoins les forces Alliées ou les forces de l'Axes et combat l'adversité dans une vaste guerre pour la domination du monde!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le chemin mouvementé jusqu'à Henderson Field (McGregor)

Aller en bas 
AuteurMessage
Masatoshi Kumagaï
Noto hei Soldat
Noto hei Soldat
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 16/08/2010
Age : 30

Feuille de personnage
pays: Japon
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Le chemin mouvementé jusqu'à Henderson Field (McGregor)   Lun 23 Aoû - 17:10

Guadalcanal, 19 octobre 1942

Masatoshi Kumagaï avait atterrit ici par hasard comme tout son régiment, l’été dernier, on leur avait annoncé qu’ils seraient tous envoyé dans les îles Salomon la première cible de McArthur. Pendant le voyage on leur avait finalement révélé la destination et la mission : l’île de Tulagi et la protection de son aérodrome. 3 jours avant leur arrivée, ont leur avait annoncé un changement de destination dicté par l’urgence : Guadalcanal, sauf que cette fois-ci il ne s’agissait plus du tout de protéger un aérodrome, mais de s’emparer d’un autre. Comme si ça ne suffisait pas, ils avaient été débarqués sur une autre île : Savo, à cause des attaques américaines. Ils avaient attendus là pendant plus d’une semaine avant de finalement débarquer en pleine nuit sur Guadalcanal.

Kumagaï et son régiment était là depuis un mois. Jusqu’ici ils n’avaient pas subit trop de danger. C’était surtout les fusiliers marins japonais qui en avaient bavé un mois avant leur arrivée au moment où les américains avaient envahis l’île. Mais pendant le mois de Septembre les marines étaient resté sur les positions défensives battis à la va vite à attendre des renforts. C’était surtout dans la mer alentour qu’on se battait. Le croiseur Furataka qui avait fait partis de leur convois jusqu’à l’île avait été envoyé par le fonds. Ils avaient été consolés en apprenant qu’au début de la semaine les cuirassés Kongo et Haruna avait lourdement bombardé la base aérienne américaine d’Henderson Field. 40 ou 50 avions avait été détruit à l’occasion, sans doute la moitié de l’aviation ennemie sur l’île.

Aujourd’hui sa compagnie venait de recevoir les instructions que le général Kawaguchi avait transmis à tous les officiers : priorité n°1, prendre l’aérodrome d’Henderson Field. Les autres positions ne sont que secondaire, elles doivent être contourné, elles seront prises plus tard. Ils s’étaient mis en route dans la jungle par section. Celle de Masatoshi comportait 10 hommes en plus de 2 officiers.

20 octobre.

Ils n’avaient pas encore engagé le combat sur le chemin, juste croisé un tank de reconnaissance américain, un Stuart, entouré de quelques hommes. Accroupi et dissimulé non loin de son trajet ils auraient très bien pu l’attaquer, mais le Gun Sho (sergent) en avait décidé autrement. Il ne voulait pas perdre de temps. Une fois t’attroupement adverse hors de vue ils reprirent leur route. Kumagaï n’avait jamais vu de blindé adverse, il avait combattus en Malaisie et n’en avait pas croisé, il demanda des informations à Shogo, l’un de ses compagons d'armes :

« Tu en as déjà croisé des chars ennemies ? »

« Oui, aux philippines, tous pareil à celui qu’on vient de voir, mais ils ne sont pas dangereux, ils ne sont pas lourdement armées ni très blindées, ils sont surtout très rapide mais quelques grenades suffisent à les immobiliser. C’est ton premier ? »

« Oui, je n’ai affronté que des Britanniques qui n’avaient pas trop de matériel, c’est les premiers américains que je croise »

Leur discussion fut interrompu par les messages radios d’une autre section qui 2 Km plus loin était tombé sur une position américaine qui avait déjà donné pas mal de problème au Japonais : Edson’s Ridge. Le sergent après avoir écouté les messages confus donna les ordres :

« On fait un détours, on a 3 sections en prise avec les américains, ils ont bien essayé de contourner leur position mais ils se sont fait repéré. Le but n’est pas de nous en emparer, on est pas assez nombreux pour ça, mais de les empêcher de nous retarder en aidant les autres à passer, dans tous les cas on ne reste qu’une heure là-bas, il faut qu’on arrive avant la nuit au camp juste à côté de la piste Kokoda, sinon on ne mangera pas ce soir. Donc quel que soit le résultat, si au bout d’une heure, la situation ne s’est pas améliorée, on se replie quand même. »

Ils reprirent leur route. Kumagaï n’avait qu’une seule crainte : les avions américains, il n’avait pas vu de char au combat, en revanche il avait vu en action pas mal d’avions britanniques. Depuis qu’ils avaient débarqués à Guadalcanal, ils avaient vu les bombardiers en piqué américains qui passaient souvent au dessus de leur tête pour aller attaquer la flotte japonaise en pleine mer. Depuis une semaine, le ciel était vide à cause du mauvais temps, mais à partir d’aujourd’hui on risquait de les voir revenir à la charge.


Dernière édition par Masatoshi Kumagaï le Lun 23 Aoû - 18:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
McGregor
lieutenant
lieutenant
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 21/10/2008
Localisation : En train de t'aligner dans ma lunette le boche

Feuille de personnage
pays: Angleterre
fonction: MJ
métier: Tireur d’élite

MessageSujet: Re: Le chemin mouvementé jusqu'à Henderson Field (McGregor)   Lun 23 Aoû - 17:22



Au ordre du Gun Sho, l'escouade se mit en marche a travers la jungle. Le sous officier leur fit quitter le sentier, et les fit marcher a travers la jungle. Il fit plusieurs point de topo de manière a se diriger au bon endroit.

Et contre tout attente il ne furent qu'un peu trop au sud lorsqu'il tombèrent sur l'échange de tir. Mieux encore ils étaient pile sur le flanc des américains. Profitant d'un arbre effondré au sol, le Gun Sho s'y cacha avec ses hommes pour observer l'ennemi.
Il put estimer leur nombre a une cinquantaine, voire peut être plus, il y avait une M1919 en soutiens, on distinguait également 4 FM BAR, plus des lances grenades dans le groupe, ainsi que plusieurs Thompson. Dans des creux, des mortiers semblaient dissimulés, mais il ne pouvait en être sur.
Mais le pire n'était pas ça, le gun sho comprit immédiatement pourquoi la section était isolée, et en danger, un Sherman bloquait une route situé sur le flanc gauche des américains, un danger mortel, qui crachait son feu sur les troupes japonaises légèrement en contrebas.

Leur chance était que les Marines ne les avaient pas encore repéré, mais ils savaient tous que ça ne durerai pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masatoshi Kumagaï
Noto hei Soldat
Noto hei Soldat
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 16/08/2010
Age : 30

Feuille de personnage
pays: Japon
fonction:
métier: infanterie

MessageSujet: Re: Le chemin mouvementé jusqu'à Henderson Field (McGregor)   Mer 1 Sep - 9:28

Guadalcanal, 20 octobre 1942

Le char américain était bien plus massif que celui qu’ils avaient croisé un peu plus tôt sur leur route. Le Gun Sho préféra ne pas s’y attaquer. Ils n’avaient rien pour percer son blindage. Autant les grenades étaient capable d’immobiliser un blindée de reconnaissance, autant pour un modèle plus perfectionné, l’officier préférait éviter temps qu’il n’était pas sûr. Ils furent repérés avant d’avoir pu engager le premier tir. Les japonais répliquèrent avec leurs fusils Meiji 38 baptisé ainsi en hommage du plus grand empereur du siècle précédent. Une arme qui était loin d’être aussi fiable que les M1 Garand américain mais qui était très légère. Aucun membre de la section de Kumagaï ne fut tué pendant ce premier échange de tir, mais ils étaient sûrs qu’ils n’avaient abattus aucun américain eux aussi. Les deux camps étaient chacun trop bien abrité pour faire du dégât.

Le Gun Sho les fit se replier vers un autre endroit par mesure de prudence. Le tank américain avait commencé à accomplir ses tirs meurtriers sur l’ensemble des forces japonaises et il craignait que l’arbre effondré derrière lequel ils étaient dissimulés ne soit prit pour cible par le véhicule qui était beaucoup trop près. Ils se déplacèrent rapidement avec une peur bleu de se faire tirer dessus pendant ce laps de temps où ils étaient à découvert mais le char rebroussa chemin. Il se méfiait sans doute lui aussi. Si un tir d’artillerie japonais le prenait pour cible, ses mouvements seraient limités. Il ne pouvait pas s’éloigner de la route, le terrain autour était trop accidenté (Il ne le savait pas mais il ne risquait rien, les japonais n’avait pas d’artillerie pour l’instant).
La section de Kumagaï une fois repositionné reprit son tir. Cette fois-ci en revanche, deux des hommes du Gun Sho furent fauché par les balles. Finalement ils auraient du rester où ils étaient.

Pendant tout cet affrontement, Masatoshi fut envahis de pensées pénibles, d’abord l’appréhension quand on rencontre pour la première fois un tank au combat et qu’on entend le bruit assourdissant de ses tirs. Ensuite un sentiment d’impuissance. L’ensemble des japonais sur cette île était plus nombreux que les américains, mais ils n’avaient rien à leur opposer à part leurs fusils Meiji. Les marines avaient des Thompson. Eux n’avaient pas de mitraillette d’assaut. Ils avaient des M1919, eux n’avaient que très peu de mitrailleuses lourdes. De toute façon le modèle japonais disposait d’un magasin limité à 30 cartouches, inadéquat comparé aux 250 cartouches des M1919. Et en plus ils n’avaient toujours pas reçu leurs obusiers. Les attaques en pleine mer avaient retardé le ravitaillement. Ils avaient beau être en supériorité numérique, ils n’avaient pas leur puissance de feu, ils étaient limité en matériel. Et par-dessus tout, les américains avaient ce maudit aérodrome.

21 octobre

Hier ils avaient cessé le combat au bout d’une heure. Comme l’avait avertis leur supérieur. Ils ignoraient qui était sortis victorieux de l’accrochage, ils l’apprirent en arrivant dans leur nouveau camp à proximité de la plage. Presque toutes les sections avaient du changer d’itinéraire pour éviter cette position américaine particulièrement vexante, à cause de cet affrontement, l’attaque d’Henderson Field avait été retardé d’un jour. Masatoshi et sa section ainsi que tous les japonais présent regagnèrent leur moral à la vue des 10 tanks de type 95 qu’on venait de débarquer, il y avait même 2 chars d’un modèle plus performant qu’ils n’avaient encore jamais vu, le type 97. Entre les groupes de soldats qui avaient traversé la jungle pour se rendre ici, ceux qui étaient déjà présents et ceux qu’on avait débarqués en masse, ils avoisinaient les deux milles soldats. Et dorénavant ils avaient eux aussi leur chars.

23 octobre.

La rivière Matanikau. Les marines s’étaient rassemblés en vue de prendre la route vers un autre coin de Guadalcanal. Henderson Field était à 3 kilomètres. Le gros des troupes se trouvaient là-bas. Lorsqu’ils virent les japonais sortir de la jungle (800 hommes en première vague d’assaut). Ils s’affolèrent, Lorsqu’ils virent qu’ils étaient accompagnés de tank, dont certains étaient des modèles qu’ils n’avaient jamais vu et qui semblaient plus robuste. Ils paniquèrent. Lorsqu’ils appelèrent des renforts, la radio répondit que les rivière Lunga et Tenaru étaient attaqués de tous les côtés. L’offensive générale de l’automne venait de commencer.

Masatoshi était enthousiaste, rien de plus réjouissant que de donner l’assaut quand on avance sur le terrain juste à côté d’un char intimidant, les américains allaient comprendre que cette île leur appartenait, que les mers alentours leur appartenait. Ils allaient prendre cette rivière. Dans le ciel ont apercevait déjà les Mitsubishi aux prises avec les chasseurs de combat américain qui venaient de décoller en trombe d’Henderson Field. Si les forces au sol étaient impressionnantes, celle des japonais dans le ciel l’étaient encore plus. 3 portes avions nippons avaient fait le chemin jusqu’à Guadalcanal pour réduire à néant l’aéronaval américaine : le Shokaku, le Zuiho et le Zuikaku. Les américains ne disposaient que d’un seul porte-avion, il y en avait bien un 2éme à proximité de l’île, mais il était encore trop loin pour envoyer ses avions au combat.

(HRP : historiquement les japonais ne vont pas réussir à passer la rivière grâce aux renforts américains venus en urgence, l'aviation jap elle en revanche va sortir victorieuse)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le chemin mouvementé jusqu'à Henderson Field (McGregor)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le chemin mouvementé jusqu'à Henderson Field (McGregor)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seconde Guerre Mondiale :: RP :: autre zone de combats :: îles du Pacifique-
Sauter vers: